jeudi 12 décembre 2019

Allez voir les jeunes


« Je n'ai rien à redire sur les Sahaja Yogis ici, ils sont très bien. Mais ce que nous devons développer maintenant, c’est cette joie, cette paix. Cela peut être fait très facilement si vous pouvez vous trouver des Sahaja Yogis, ce sera très agréable.
Mais, comme Je vous l'ai dit, faites des pique-niques. Avec les nouveaux arrivants, vous pouvez faire des pique-niques le long de la rivière ou de la Serpentine ou quelque part à proximité, où ils peuvent venir facilement. Ils ont fait cela en Australie quand Je leur en ai parlé et cela a marché, Je veux dire que bien sûr, l'Australie a un si grand collectif sahaj là-bas. Ensuite, vous deviendrez collectifs le plus vous vous rencontrerez, demandez à chacun qui il est, voyez-vous plus, ce genre de choses.
Derek Lee: Cela fonctionnera ici Mère, quand ils auront surmonté leur cynisme.

 Il y a tant de cynisme chez les gens. 

Shri Mataji: Il y a du cynisme, Je suis d'accord, mais ils ne pourront le dépasser que s’ils obtiennent la Réalisation. C’est quelque chose comme ça, s'ils obtiennent la Réalisation, ils iront bien.
Donc, pour cela, tout d'abord, ce que nous devons faire, c'est d’être humble. Une fois qu'ils sont des âmes Réalisées, alors c’est mieux pour leur dire de faire toutes ces choses. Le fait est que ce ne sont pas des âmes Réalisées, voilà le point principal. Quand ils viennent, maintenant ils obtiennent la Réalisation et il y en a tellement qui viennent, alors notre espoir c’est que cela se développe. Une fois qu'ils entreront dans l’océan de la Réalisation, ils iront bien. Aucun problème.
Je suis sûre que si vous y arrivez, vous voyez, une fois que ce sont des âmes Réalisées, ce sont des gens différents et ça marchera, J'en suis sûre. Nous devons simplement les rencontrer, organiser des rencontres festives et des choses comme ça. Ils apprécieront. Je veux dire que le cynisme est ancien vieux, maintenant c’est terminé! Les jeunes ne sont pas comme ça, n'est-ce pas?
Derek Lee: Pas tellement. Surtout les petits. Ils sont en train de voir comment ils peuvent donner la Réalisation dans les rues, les plus jeunes la reçoivent immédiatement. 
Shri Mataji: Les plus jeunes?
Derek Lee: Oui. Et les adolescents, les jeunes adolescents. 
Shri Mataji: Et aussi, vous voyez, une fois qu'ils grandissent avec ça, ils peuvent aussi le diffuser. 

L’alcool, c'est trop dans ce pays; c'est la chose qu’il faut contrôler. 

Il n’est pas besoin de boire. Je ne comprends pas qu'il y ait un besoin. Mais en quelque sorte, c'est une tradition et les enfants se mettent également à toutes sortes de boissons alcolisées. Je pense que le pire n'est pas ici peut-être, c’est peut-être en Amérique. Mais ici aussi, c'est important. Une fois qu'ils auront leur Réalisation, Je pense qu'ils iront bien. Tout à coup, ils prendront conscience d'eux-mêmes, ensuite ils iront bien, ils iront mieux. Ils doivent d'abord obtenir leur Réalisation.

Derek Lee: Ils commencent à aller dans les écoles, les Sahaja Yogis vont dans les écoles, les écoles primaires, pour enseigner ou leur montrer de la danse Kathak et chanter. Et ainsi les enfants obtiennent la Réalisation.
Shri Mataji: Non, mais la seule chose c’est qu'ici, les parents pourraient avoir une objection.
Derek Lee: Ils ne parlent pas vraiment directement de Sahaja Yoga, juste pour les amener à ressentir et c'est par la danse et la musique Mère.
Shri Mataji: Le mieux est d'aller voir les jeunes adultes. Il vaut mieux dépenser de l’argent pour eux, du temps pour eux, que pour les enfants. C'est problématique ici. Vous voyez, si quelqu'un commence, ils se mettront tous ensemble et iront contre nous. Alors il vaut mieux donc être prudents. C'est un pays très bizarre, vous savez. Je ne sais pas comment le décrire. Le cœur, le cœur est fermé. Un cœur fermé qui doit s'ouvrir. Elle circulent, les idées circulent à partir d'ici, mais en la matière, en matière spirituelle, elles sont très pauvres. »
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation avec Sahaja Yogis, Ealing Ashram, Londres (Angleterre), 30/08/2002
Publié par dictionnaire Sahaja Yoga

mardi 10 décembre 2019

He Maa de bhakti ka daan



Hey Ma
De bhakti ka daan.
De bhakti ka daan.


Tera prema hi
veda puran ka gyan

Sabe ke te jo...

Bhramand ke hai
Tui Janani

Puja teri deti amrita
Ise dharti par sab lokoh mein

Teri icha se hai behta...

Teri kripa se hai yeh Ambara

Interprété par Deepak Verma.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

samedi 7 décembre 2019

A quoi sert un havan?

« Nous avons envie de partager cette histoire avec vous tous. Notre histoire a commencée l'été 2018 quand Marius, mon mari, a eu envie de postuler pour un travail en Belgique. Si nous devons aller là, cela se ferait. Il a fait appel à une société américaine très puissante, et ils l'ont appelé. Bizarrement, il y avait un emploi à Bruxelles mais il semblerait que ce poste soit fermé pour le moment mais .... ils lui ont proposé un autre emploi à Cracovie, en Pologne. Nous avons été très surpris car ces deux pays sont très différents mais, après avoir pris les vibrations (qui étaient très cool), Marius a accepté le poste en Pologne. Donc, juste avant Noël, nous avons emballé nos affaires et avons déménagé en Pologne.
Nous avons trouvé un charmant appartement de trois pièces proche du travail de Marius, entièrement meublé, dans un magnifique coin avec beaucoup de moyens de transport, etc., etc. Le critère le plus important était: pas d'églises, de musées d'histoire ou de cimetières à proximité. Cela s'est bien passé! Nous étions supposés nous rendre à Cracovie avec tous nos bagages un samedi et le jeudi, l'agent immobilier nous a appelés pour nous dire que la propriétaire avait changé d'avis parce que nous étions des étrangers ! Mais les papiers étaient signés. C'était drôle parce qu'elle aurait dû le remarquer dès la première réunion. Nous avons paniqué pendant quelques heures puis nous avons commencé à faire des bandhans. Comme nous ne pouvions rien annuler ni reporter, nous avons donc décidé de venir quand même. Mais le ciel nous avait donné un ange pour nous aider, l'agent immobilier. Il a dit qu'il ferait tout pour nous trouver un endroit convenable en travaillant le samedi après-midi et même en nous conduisant dans sa voiture personnelle. Nous avons visité trois appartements et nous avons estimé que le premier était parfait.
Nous avions des critères de sélection, mais ce n'est pas nous qui choisissons: par conséquent, nous fuyions des cimetières, des lieux historiques ou des églises, alors c'est ce qu'on a reçu… tous les trois! Il y a une église à proximité, d'anciens et de nouveaux cimetières juifs, un autre immense cimetière et une belle forêt avec les vibrations les plus horribles que nous ayons jamais rencontrées: c'est le lieu de l'ancien camp de concentration de la Seconde Guerre mondiale de Cracovie, Plaszow. Bien sûr, nous ne savions rien de tout cela lorsque nous nous y sommes allés car c'était comme une pièce de théâtre dont le metteur en scène était Shri Krishna.
Nous avons commencé à marcher à travers la forêt, à visiter les alentours.

Il nous a fallu du temps pour comprendre pourquoi nous avions toujours mal à la tête.

J'ai toujours été intéressée par ce sujet depuis que j’ai environ 14 ans (car j’ai besoin de travailler quelque chose de mon passé lié à ce domaine et à cette période). Donc ce sujet m'a toujours intéressée. "Faites donc attention à ce que vous désirez dans la vie, car un jour cela se réalise!"
Plus je me rendais compte de ce qu'il y avait dans cette forêt, plus j'avais peur d'y aller, à un moment donné, je l'évitais presque. J'ai été malade en Pologne comme jamais dans toute ma vie Sahaj: une diarrhée sévère pendant deux mois, une perte de 7 à 8 kg, de la fatigue, la perte de la moitié de mes cheveux, une intolérance à tant de choses (gluten, lactose, fruits frais ou des légumes et ainsi de suite). Officiellement, les médecins n’ont trouvé qu’une intolérance au lactose bien que j’ai vraiment eu l’impression de mourir ...
Mais un jour, tout a changé lorsque Shri Mataji est apparu dans l'un de mes rêves après Pâques. C'était une nuit vraiment noire, au milieu de la forêt, et j'étais dans une voiture avec une autre personne et Shri Mataji qui conduisait. Il y avait un silence total jusqu'à ce que Shri Mataji arrête la voiture, se tourne vers moi et me dise: "Maintenant, il faut marcher." Woah, vous ne pouvez pas imaginer mes sentiments, mes peurs! Mais j'ai pris conscience que Shri Mataji m'avait demandé de marcher, alors c'est ce que j'allais faire. Je suis descendue de la voiture qui a disparu dans les bois. En marchant, j'ai réalisé qu'il y avait une autre personne, un peu plus loin, qui marchait avec moi. En regardant de plus près, j'ai compris que c'était mon père mais nous n'avons pas échangé un seul un mot. Lentement, ses cheveux sont devenus bleus, plus tard, ils sont même devenus plus longs. J'ai eu un peu peur, mais j'ai continué à marcher. Ensuite, mon père est devenu Shri Krishna dans toute sa splendeur: grand, brillant, bleu, avec tous ses ornements. Magnifique! Pas de mots, mais j'ai ressenti son message dans tous mes chakras. Puis il est soudain disparu, si bien que l'obscurité s'est de nouveau installée.
J'ai marché, marché, marché, jusqu'à ce que je revoie la voiture de Shri Mataji. La porte s'est ouverte toute seule. Je me suis mise à sourire et heureuse comme un enfant lorsqu'il rencontre sa mère. Ce moment-là, Shri Mataji a tourné la tête vers moi et m'a dit: "Tu vois? Je te l'ai dit, tu peux le faire toi-même!"
J'ai immédiatement commencé à chanter des bhajans à Shri Krishna, et quelques jours plus tard, je suis retournée dans la forêt plus confiante que jamais. Une fois, en marchant avec Marius, nous avons trouvé un endroit qui était une carrière, sans savoir ce qu’il y avait encore mais les vibrations ne mentent jamais (plus tard, nous avons compris que des dames juives étaient obligées de travailler là-bas). J'ai senti que j'allais vomir et m'évanouir. Et puis j'ai réalisé que c'était l'endroit sur lequel nous devions nous concentrer! Nous avons commencé à descendre toujours plus chargés de différents éléments naturels qui pourraient absorber toute cette noirceur: noix de coco, beaucoup de sel, du riz, de l'eau ou des fleurs vibrées etc.

Incroyablement, il y a des gens qui y vont avec leurs enfants, en promenade ou même faire un barbecue dans ces bois! Pauvres enfants ... Nous avons continué à le faire pendant quelques mois jusqu'en septembre, date à laquelle cela m'a frappé: nous avons besoin de quelque chose de plus fort, car l'endroit ne se nettoyait pas aussi vite que nous le pensions. Nous avons réfléchi et nous avons donc choisi de faire un havan très tôt dans la carrière, afin que personne ne soit présent. Nous avons demandé de l'aide et un seul yogi a estimé que c'était la bonne chose à faire.
Nous voici donc, trois personnes motivées, qui se lèvent à 5 heures du matin un beau dimanche, chargées de toutes nos armes: noix de coco, ajwain + charbon, sel et tout le nécessaire pour la préparation de Havan. C'était indescriptible! Je n'ai jamais ressenti des vibrations aussi fortes et merveilleuses dans un endroit aussi lourd!
Au moment où nous avons commencé à le préparer, tous les trois sont devenus si connectés, sans parler, tout le monde connaissait sa place ou son rôle et nous avons tous senti une sorte de bulle protectrice nous entourer. C'était tout simplement incroyable! Le premier Havan était dédié à Shri Mahavira et Shri Bhairava, en demandant de libérer les âmes meurtries de cet endroit.

Ça a marché!

Les vibrations ont changé mais nous avons quand même eu l'impression que cela ne suffisait pas.

Donc après 2-3 semaines, nous nous sommes revus. Plus forts, plus expérimentés, avec plus de noix de coco, de bois et un désir plus fort d'aider les âmes perdues de ces endroits. Le second Havan était dédié à Shri Mahakali, lui demandant de libérer ces âmes, cette douleur, cette frustration et tout le passé de chacun de nous. Si le temps était très mauvais, un peu froid, nuageux avant le Havan, quand nous sommes restés silencieux, le soleil brillait, les oiseaux ont commencé à chanter et les vibrations étaient extrêmement fortes! Pour la première fois de ma vie, dans un endroit si triste, je me suis sentie au bon endroit sans avoir envie de le quitter.
C'est la première fois que j'ai compris ce que signifie que "l'amour est notre arme". Nous y sommes allés sans crainte ni doute, car si nous envoyons de l'amour dans ces lieux ou vers ces âmes si nous aimons l'humanité, rien ne nous fera de mal. Si l'Adi Shakti est notre mère, comment pourrions-nous être blessés ou effrayés? »
D'après le témoignage de Delia

Le camp de travail fut créé en décembre 1942 dans les faubourgs sud de Cracovie, en Pologne, sur deux anciens cimetières juifs. Le camp était d'abord un camp de travail pour différentes usines d'armement et une carrière de pierre. De nombreux prisonniers étaient des femmes et des enfants qui y moururent du typhus, de faim ou bien exécutés. 50 000 personnes au total seraient passées par Płaszów, et il y a eu au minimum 9 000 morts (ce qui est le nombre des corps retrouvés dans les fosses puis brûlés à l'été 1944 par les unités chargées de dissimuler les traces du massacre). 
En janvier 1945, les gardiens du camp entraînèrent les survivants dans une marche de la mort qui les conduisit à Auschwitz, où ceux qui y parvinrent furent assassinés à leur arrivée. L'Armée rouge libéra le camp, alors vide, le 20 janvier 1945. Il y a un chemin qui menait à la villa où tous les Juifs travaillaient. Ce chemin est pavé avec les pierres tombales d'un cimetière juif qui fut ainsi profané et rasé pour laisser place à des bâtiments.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

jeudi 5 décembre 2019

Pourquoi prendre un bain de pieds?


« En 1982, Shri Mataji est allée à Rome pour organiser des programmes publiques… Un jour, tout en marchant à travers les rues pavées de Rome, les pas de Shri Mataji sont devenus très laborieux, comme si elle traînait une lourde charge. Nous nous sommes demandés quelle pouvait être la cause de ce malaise évident. Elle nous a expliqué qu'il y avait des centaines d'âmes suspendues à ses jambes… et que c'est pour cette raison que les Sahaja Yogis se sentent lourds à la fin de la journée.

Quand nous sortons, au quotidien, beaucoup d'âmes qui sont incapables de renaître (car elles sont coincées dans des sortes de limbes) voient que nous sommes des âmes Réalisées. Elles savent que nous avons une connexion avec la Déesse et que nous serons en mesure de les transporter vers Elle. Shri Mataji nous a expliqué qu'elles ne sont pas mauvaises et ne nous veulent aucun mal. Lorsque nous prenons notre bain de pieds, ces âmes tourmentées passent par la flamme devant la photo et sont alors en mesure de prendre une nouvelle naissance, recevant ainsi une chance d'obtenir leur Réalisation du Soi.»
D’après le souvenir d’Allan

A propos des âmes: 
« Quand j'étais enfant, je faisais un rêve récurrent qui est aussi revenu de temps en temps une fois que j'ai reçu ma Réalisation: j'étais dans un bel endroit, lumineux et brillant, et en quelque sorte, là-bas, tous les autres avaient un corps de lumière. Un jour, j’en ai parlé à Shri Mataji. Elle m'a dit: "Tu ne te souviens pas? Tu étais avec moi." Elle voulait dire avant de me réincarner dans cette vie-ci. Peut-être que nous étions tous avec elle et que nous avons pris place dans cette pièce de théâtre, comme une compagnie de théâtre amateur. »
D’après le souvenir de Linda
Publié par dictionnaire sahaja yoga

lundi 2 décembre 2019

Les vibrations de Stonehenge


« Shakespeare est un autre (grand poète), une autre grande âme Réalisée qui a montré la futilité du non-sens de ce prétendu romantisme et de tout cela. Alors, soyez avisés, soyez sages, vous avez un grand héritage. J'ai parlé de votre Stonehenge et de toutes ces choses. Qu'est-ce que c'est? Cet endroit a été travaillé par de nombreux saints et aujourd'hui, vous êtes nés ici.
Vous êtes ici pour atteindre votre plus haut niveau. Il y a un but derrière cela. Comme Je l'ai dit, l'Angleterre est le cœur de l'univers, sans aucun doute, c'est le cœur. C'est pourquoi Je suis ici. Je ne suis pas venue en tant qu'immigrante ou quoi que ce soit. Je suis venue parce que mon mari a été élu à ce poste ainsi Je suis venue ici. Tout a été organisé. Je suis simplement là pour ça, et vous serez heureux de savoir qu'il a été réélu pour cinq ans, alors Je serai ici cinq ans. Et puis, l’Angleterre étant le cœur, nous devons faire très attention car tout s’articule à travers le cœur et l’Esprit vit dans le cœur.

L'Angleterre c'est le cœur, l'Inde c'est la Kundalini et l'Europe c'est le foie. 

Maintenant, voyez la contradiction: la Kundalini, quand la Kundalini est en Inde, les gens dorment, la Kundalini dort. Là où se trouve le foie, l'Europe, là où se trouve l'attention, les gens sont des ivrognes, ils boivent, le foie est abîmé. Là où le cœur se trouve, en Angleterre, il y a de la léthargie. Dites-moi maintenant ce que Je dois faire?
Voilà la situation dans laquelle nous nous trouvons.
Nous devons donc nous montrer à la hauteur et atteindre notre objectif. L’Angleterre est très importante, très, très importante. Je vais travailler très dur ici, c'est certain. Mais vous devez tous m'aider et comprendre que le moment est venu d'obtenir ce que vous recherchiez. Vous devriez tous arriver à avoir ce que vous recherchiez, ici et maintenant. »
Shri Mataji Nirmala Devi, programme public, Hampstead Meeting House, Londres, 23/10/1980 

« Nous sommes partis en convoi vers nulle part en particulier. Lorsque nous sommes arrivés à ce rond-point, nous avons tourné en rond et en rond et en rond. Ensuite, à chaque rond-point, les gens se perdaient alors que Mère décidait où aller. Et nous avons fini avec seulement quelques voitures car nous avions perdu presque tout le monde. Et je faisais partie de ceux-là. Puis, nous nous sommes retrouvés à Stonehenge. À cette époque, on pouvait toujours aller jusqu'au bout et voir les pierres et nous sommes montés et avons passé du temps là-bas. Et quelqu'un là-bas a affirmé pouvoir sentir que quelque chose d'étrange se produisait. »
Pat Anslow 
 
« Certains Sahaja Yogis s'étaient rendus à Stonehenge et avaient ressenti beaucoup de vibrations merveilleuses provenant des grosses pierres. Et ils avaient suggéré d'y retourner avec Shri Mataji pour voir Stonehenge. Nous sommes donc allés à plusieurs voitures voir Stonehenge. »
Bala Kanayson

« La salle près de Stonehenge était tapissée de bois, l'acoustique était incroyablement mauvaise et il devait y avoir quoi, deux cents d'entre nous là-bas. Shri Mataji parlait vraiment, très doucement, la tête baissée et on aurait pu entendre une épingle tomber. Et c’est à ce moment-là que Shri Mataji a dit que Sahaja Yoga n’était qu’un véhicule qu’elle utilisait. Elle a dit: "Vous devez vous raccrocher à moi. Si Sahaja Yoga ne fonctionne pas, alors je ne l'utiliserai plus, mais vous devez vous raccrocher à moi." Et les vibrations là-bas étaient si fortes, je me souviens de m'être allongé sur la pelouse à l'avant et d'avoir levé les yeux: l'air était comme épais de vibrations. »
Kay McHugh

Le romantisme en tant que mouvement de l'amour malheureux, est pour Shri Mataji une idiotie, c'est ce qu'exprime la fin tragique de Roméo et Juliette. Mais par ailleurs, Shri Mataji parlera de la force de l'amour de Roméo et Juliette et dira que cette qualité de fidélité et d'amour n'est pas facile à trouver.
Publié par dictionnaire Sahaja Yoga

dimanche 1 décembre 2019

La valeur de Stonehenge



« Je dirais, bien sûr, que la Kundalini a été décrite depuis des milliers d'années, mais le moment est venu pour vous de voir la manifestation du monde en masse, car le temps de la floraison est venu. Quand l'arbre en est à ses tous débuts, il n'a qu'une ou deux fleurs. Mais au moment de la floraison, des milliers de fleurs peuvent être converties (en fruit) car c'est le bon moment.

Je dirais que c'est le Jugement dernier. Dieu ne va pas vous faire asseoir sur un plateau et voir quel poids vous avez. C’est la Kundalini, qui va s'élever. C'est elle qui va dire qui vous êtes. Et c'est ainsi que le Jugement dernier a déjà commencé: vous verrez par vous-même comment on peut juger quelqu'un d'autre - non pas sur les vêtements qu'il porte, non pas sur son poids lourd ou léger, s'il est grand ou petit, mais sur la Kundalini. Jusqu'où il est là, jusqu'à quel point il est l'Esprit. Cela se juge sur ses vibrations. Les vibrations sont tellement absolues. Si vous voulez poser une question, disons que vous voulez savoir si Dieu existe. Posez ce gendre de questions, même maintenant, vous aurez la réponse, vous serez surpris. Vous commencez à travailler à la façon d'un ordinateur. Vous serez surpris de voir que toutes vos questions auront une réponse.

Par exemple, Stonehenge. Les gens ne savent pas ce que c'est.

 

Je sais ce que c'est. J'y suis allée, ce sont les pierres qui sont sorties de la Terre Mère. Nous en avons beaucoup comme ça dans notre pays. Nous avons senti les vibrations. J'ai dit aux Sahaja Yogis: "Maintenant, sentez les vibrations."
Puis, plus tard, les gens ont essayé de les recouvrir et de faire toutes ces choses, mais en fait, ce sont des pierres engendrées par la Terre-Mère.
Et il est écrit dans les dix commandements: "Ce qui est créé par la terre Mère ou par les cieux ne doit pas être reproduit - ne doit pas être vénéré." Or, que sont ces choses? Nous ne pensons jamais à ces choses. Quelles sont ces choses, qui sont produites par la Terre Mère, qui sont créées par la Terre Mère? Ce sont les pierres, un type spécial de pierres, qui ont une coefficience telle qu'elles émettent des vibrations. Il y en a tellement, mais nous avons cette sensibilité pour les reconnaître, nous avons construit des temples au-dessus d'elles. Ce n’est pas la vénération d'une statue, c’est la vénération des véritables vibrations qui se manifestent.
C’est une science très profonde qu’il faut comprendre, qui intègre toutes les religions du monde et vous donne un éclairage complet sur toutes les Écritures, rien n'est faux, rien n'est mauvais. Ces gens dogmatiques et horribles, qui ont voulu en tirer de l'argent ou une sorte de pouvoir, ont développé les religions d'une mauvaise façon. Ce sont toutes les fleurs d'un seul arbre. Ils ont enlevé toutes les fleurs de ces arbres et en ont fait quelque chose de laid.
Ainsi, lorsque vous avez cette Réalisation, vous atteignez ce point absolu d'où vous obtenez toutes vos réponses absolues et un sentiment de relaxation et de joie totales.
La joie ce n'est pas quelque chose qui serait bonheur ou malheur. Par votre ego, vous obtenez du bonheur. Les gens disent: "Je suis allé là-bas, je me suis senti très heureux." Vous allez dans un pub, vous vous sentez très heureux aussi, mais certaines personnes disent: "Je me suis senti très malheureux" - c’est du surperego.
La joie se trouve entre les deux, elle est complète, silencieuse, elle agit, elle coordonne, elle aime et la joie est la connaissance. »
Shri Mataji Nirmala Devi, programme public, Cambridge, Angleterre, 15/07/1980 

Dans le monde entier, les grands saints ont reconnu la coefficience vibratoire de certaines pierres, de certains lieu et ont fait construire des chapelles ou autre édifices religieux sur ces pierres. En France, il y a le Mont Saint-Michel par exemple. Le mot sanscrit est "swayambhu".
Publié par dictionnaire Sahaja Yoga

mercredi 27 novembre 2019

Les choses ont évolué

« Brian: Mère, il y a un genre populaire à la télévision qui consiste en un examen approfondi de certains sujets. Par exemple, un programme d’une demi-heure, peut-être, sur la santé. Dans un tel programme télévisé, seriez-vous disposée, par exemple, à parler d’aspects de la santé dans un programme qui contiendrait des soi-disant experts médicaux qui essaieraient en fait de réfuter ce que vous dites?
Shri Mataji: A un stade ultérieur, nous le pourrons. Pour le moment, vous devez vous dissimuler. Vous voyez, si vous me mettez sur le devant de la scène, tout Sahaja Yoga, tout, ils seront choqués et ils sauront qui vous êtes. Mais d’abord, vous avez d’autres personnes, vous voyez, renforcez-les. Ces autres gourous, mettez-les comme ça, comme vous l'avez fait en Australie. Plus tard, Je pourrai être là, mais vous devez d'abord préparer le terrain pour cela. Ensuite, J'aimerais faire n'importe quoi. D'autres suggestions?
Sahaja Yogi: Mère, serait-il souhaitable que les médecins de notre groupe s'adressent à des personnes comme la fondation pour la recherche sur l'arthrite?
Shri Mataji: Nous avons essayé cela.
Sahaja Yogi: Nous avons constaté un traitement assez réussi chez un patient atteint d’arthrite.
Shri Mataji: Nous avons essayé cela. Vous voyez, ce que nous avons fait c'était avec le docteur Srivardana, il faisait de la recherche sur le cancer. Et il voulait en parler. Il fait ce travail et il a voulu en parler aux autres mais personne n'a été disposé à l'écouter. Ils ont pensé qu'il était devenu fou. Ce n'est pas facile. Il était là, il faisait ces recherches.
Gavin est au courant pour lui. Il faisait des recherches sur le cancer et quand il est allé leur dire que c'était possible (de soigner avec Sahaja Yoga), voici ce qu'ils ont dit: "Non, non, non c'est tout, vous êtes en fou, comment cela se pourrait-il?" Parce qu'ils ne peuvent pas croire qu'il y ait quelque chose, une source supérieure d'où vous obtenez toutes ces choses.
Vous voyez, ils pensent tous selon un comportement égotique, que ce sont leurs propres accomplissements.

Ils ne veulent pas y croire sinon leur existence serait réduite à zéro.

Vous voyez, ils m'ont dit en Inde que si Je faisais cet institut de recherche, ils recevraient une importante donation du gouvernement. Mais J'ai dit: "Qu'est-ce qu'il y a à étudier ici?" Je veux dire, J'ai tout recherché, Je veux dire, Je suis au courant de tout. Qu'y a-t-il à rechercher dans le Sahaja Yoga? Et qu'allons-nous faire avec ces dons? Je veux dire qu'aujourd'hui il n'y a pas de terrain, rien. Mais même là, vous voyez, ils voulaient faire des recherches. Et cette organisation est destinée à la recherche. Si vous dites qu'il existe une solution, alors l'organisation n'a pas lieu d'exister. Vous regardez simplement comment ils vont le faire, psychologiquement aussi. En fait, ils ne le font pas vraiment  dans le but de trouver quelque chose, ils le font parce qu'ils doivent exister. »
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation sur les media, Brighton, Angleterre, 16/08/1982

Les choses ont beaucoup évolué depuis. Il y a eu, 20 ans plus tard, des conférences avec des médecins. Aujourd'hui, il y a deux centres de recherches médicales dont les travaux commencent à être reconnus en Inde. Notamment pour la gestion du stress, les Sahaja Yogis sont invités dans plusieurs administrations pour aider les employés, même au sein de l'armée.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

dimanche 24 novembre 2019

Bhairava, responsable du canal lunaire

« Le Seigneur Shiva gouverne l'organe cardiaque, et protège le monde vivant (Samsara ou Bhavasagara) de l'invasion des esprits désincarnés. Son épouse et énergie, Parvati, s’introduit parfois dans la chambre centrale du chakra de l'Adi Anahat (le coeur). Elle s’est souvent incarnée dans le Vide du Bhavasagara afin de tuer les démons qui tentent de perturber ou de détruire les saints. Le Subconscient Primordial Collectif est composé de plusieurs canaux qui défilent horizontalement et créent les sept strates du royaume des morts (Pretaloka) où vivent les esprits des morts jusqu'à ce qu'ils se réincarnent sur terre.

Ils sont placés dans ces strates en fonction de leurs Karmas.

Ce canal possède également plusieurs sous-canaux parallèles, appelés Husthi, Dakini, Rakini, Shakini, etc. Il y a donc un vaste réseau de vies et d’expériences passées qui y sont enregistrées.

Sur le canal de Mahakali, l'activité de l’Être Primordial, représenté par Shiva en tant que Destructeur, crée des émanations qui s'accumulent dans le Superego Primordial, sur le côté droit du Cerveau Primordial. Il est connecté au Subconscient Primordial Collectif sur le côté gauche du Corps du Virata. Ainsi, le cerveau Primordial a le côté gauche recouvert par le Supraconscient Primordial, représenté par l’Ego Primordial, tandis que le côté droit du cerveau Primordial est recouvert par le Subconscient Primordial, représenté par le Superego Primordial du Virata (l'être collectif).

Le Subconscient Collectif Primordial contient tous les esprits désincarnés qui meurent sur terre, et qui se sont livrés à la paresse et à la léthargie. Ceux qui se sont adonnés à des pratiques sexuelles perverses, aux drogues et à l'alcool, sont projetés, à leur mort, sur l'extrême gauche du canal de l'Adi Ida Nadi par Saint Michel ou Bhairava, qui est l'assistant de Shiva et le responsable du canal lunaire. Ces gens égarés renaissent encore et encore, et à chaque fois, on leur offre une chance de s’améliorer et de cesser d'être les esclaves de leurs intempérances.

Mais les âmes qui persistent dans leurs activités anti-Dieu s'enfoncent de plus en plus profondément dans la fange. En dernier lieu, elles sont précipitées en Enfer et deviennent destructrices, travaillant indépendamment du plan divin, déconnectées de leur lien avec l'Être Universel. Elles finissent par s’incarner en personnalités sataniques et dépravées. Elles perdent leur Kundalini et n'ont pas d'Esprit (Atma) en elles.
Si leur origine est le royaume de l’ego, leurs personnalités seront arrogantes et prétentieuses, mais si elles viennent du royaume du Subconscient Cosmique, elles seront très sournoises et rusées. Elles pénètrent la psyché des autres et hantent les gens qui se délectent du même type d'intempérances. Elles sont également expertes en magie noire et pratiquent les sciences occultes.

Dans ce Kali Yuga, beaucoup de ces entités dépravées et sataniques (rakshasas) se sont incarnées, et font étalage de miracles matériels pour séduire les êtres humains et les attirer dans leur camp. Bien qu'ils se présentent comme des saints et des hommes de Dieu, ces hommes ont pour principales préoccupations les femmes et l'argent. Ils boivent ouvertement de l'alcool et préconisent la promiscuité sexuelle chez leurs disciples. Ils viennent sur terre pour établir le royaume du mal. Ils envahissent l’ego et le superego de ceux qu’ils hantent...

La personne affectée devient extrémiste à certains égards. En ces temps modernes, on peut voir clairement les effets de leur influence dans les sociétés qui s'effondrent et dont les valeurs humaines ont été jetées aux quatre vents.
C’est pour ces personnes que Dattatreya, la trinité de Brahma, Vishnou et Mahesha (Shiva) a créé l’Enfer. Cette zone a été projetée à l'extérieur du Corps du Virata dans la zone située sous la trompe de Shri Ganesha. L’Enfer a sept strates et sept niveaux dans chaque strate. Elles sont décrites dans les moindres détails dans les écritures de nombreuses religions.  »
Shri Mataji Nirmala Devi, chapitre 14 sur les Puissances de l’Adi Shakti, Le Livre de l'Adi Shakti, écrit entre 1975 et 1977, publié en anglais septembre 2013

Il y a des âmes qui ont perdu leur humanité et qui s'incarnent à notre époque car elle sont attirées par cette atmosphère où tout vice est possible, où l'être humain devient de plus en plus comme un objet de consommation. Tant qu'il reste de l'humanité, l'âme peut changer et s'améliorer. L'une des descriptions les plus parlantes, c'est l'Enfer de Dante.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

vendredi 22 novembre 2019

Les enfants n'ont pas l'attention sur la nourriture


« Dans les pays occidentaux, bien qu'ils soient si riches, ils aiment beaucoup la nourriture et le divertissement. Les Indiens ne sont pas comme ça, vous voyez, bien que nous soyons pauvres, nous sommes satisfaits. Je pense que peut-être, ceux qui sont satisfaits, naissent en Inde. Ce que vous devez faire - J'ai eu un indice par Christine. Vous voyez, nous devons apprendre les uns des autres! Shri Mataji rit.
Ce que vous faites, vous les appelez pour un week-end et nous aurons de la musique, nous dînerons et il y aura des chiens, ils peuvent y passer toute la journée, lors d'un week-end. Si vous leur demandez de se rendre quelque part, ils apprécient beaucoup cela. Et deuxièmement, vous devez les appeler pour le dîner. Ils seront très heureux et impatients de venir. Mais si vous les appelez uniquement pour les programmes, ils ne sont pas intéressés. Vous voyez, ils sont toujours si grossiers et si matérialistes, vous voyez. Je suis surprise que dans les pays riches, les gens soient si friands de nourriture, cela me surprend. Mais ils sont. Plus ils deviennent riches, c'est comme des ivrognes, vous savez : une fois qu'ils commencent à boire, ils veulent juste en avoir plus, c'est quelque chose comme ça. Je veux dire, les Occidentaux sont beaucoup plus matérialistes que les Indiens, même si nous sommes pauvres ou peut-être que nous sommes comme cela par tempérament.

Nous sommes des gens satisfaits, n'est-ce pas?

Sahaja Yogi: Oui.
Shri Mataji: Vous les avez vus (en Inde).
Sahaja Yogi: Oui, beaucoup.
Shri Mataji: Vous devez n'avoir vu aucun Indien manger, nulle part.
Sahaja Yogi: Ils sont très satisfaits. Ce sont des gens très affectueux.
Shri Mataji: Ils se sont levés le matin, ont tout organisé pour que ces personnes aient de la nourriture, tout et vous ne les auriez jamais vus manger quelque part, s'asseoir et manger. Servir, s'occuper de vous, vous donner à manger, organiser des choses, courir, mais vous ne les verriez jamais s'asseoir soudainement. Mais les Occidentaux vont soudain s'asseoir sur leurs affaires et commencer à manger "cra, cra, cra" (onomatopées).
... Je ne comprends tout simplement pas. Premièrement, Je n'ai jamais appris que vous n'étiez pas des gens satisfaits. En ce qui concerne la nourriture, après un certain âge, une personne devrait être satisfaite. Disons que quand vous êtes jeunes, disons vers environ cinq, six ans, sept ans, on se sent comme ça. Mais ensuite, ils grandissent, vous voyez, et alors vous ne demandez pas toujours de la nourriture: manger, manger, manger, manger, manger, c'est si important! Ce n'est pas le cas. Donc, ce point, vous devez vous rappeler. Et Christine m'a envoyé un indice que si vous pouviez appeler des gens – Hé, John!
Sahaja Yogi: Bonjour Mère.
Shri Mataji: Si vous pouviez inviter les gens à venir manger et à se divertir, alors ils viendront. Mais si vous dites seulement, "venez pour des programmes", ils ne sont pas intéressés. Ils ne sont pas intéressés par les programmes. Et troisièmement, mes conférences peuvent être en troisième position, peut-être. En premier, la nourriture, en second le divertissement, en troisième, mes conférences. Donc, vous mettez mes conférences-
Sahaja Yogi: Dans la dernière partie, quand le ventre est satisfait. Rires.
Shri Mataji: Ils ressemblent encore à des enfants, ils ne sont pas adultes. Je vous le dis maintenant, J'ai découvert, quand Christine m'a donné un indice que, voyez-vous, J'étais, Je ne savais pas cela, qu'ils aiment tellement la nourriture, que les Occidentaux aiment tellement la nourriture alors qu'ils sont riches, ce sont toujours des enfants qui veulent manger toujours plus, toujours plus. Et s’ils ont de la nourriture, voyez-vous cela. On ne pense jamais à la nourriture!

Sahaja Yogi: La maison sera ouverte un après-midi, une journée par semaine et un week-end également pour toute personne intéressée et nous partagerons notre vie et nos repas. Alors...
Shri Mataji: Non, non, ayez une affaire de repas de groupe. Tous, tous les Sahaja Yogis, au moins, doivent être avec vous pour célébrer l'anniversaire de Mère ou quelque chose du genre, si l'action est remise à plus tard, cela n'a pas d'importance, mais nous aurons à manger, vous voyez.
Sahaja Yogi: Oui, d'accord.
Shri Mataji: Vous pouvez avoir du fromage pour les Français.
Rires.
Ils ont deux cents types de fromages mais ils en choisissent quand même un seul!
Très bien, donc ayez quelque chose à manger et quelque chose de divertissant, ensuite vous pouvez leur passer les conférences. Je vous dis que ce sont encore des enfants comparés aux Indiens.

Nous ne sommes pas intéressés par la nourriture, pas du tout! Au moment où nous avons-Même les enfants même en Inde ne sont pas intéressés, vous devez leur courir après l'assiette à la main: "Mange, mange, mange." Ils ne vont pas manger. Ils ne mangent tout simplement pas. Vous demandez à n'importe quel père, mère en Inde, ils auront ce problème: "Ils ne mangent toujours pas, que faire?" Ils ne mangent tout simplement pas.
J'ai vu cela ici. Je pensais que c'était seulement un ou deux, mais si c'est courant que les gens viennent simplement et mangent ceci, cela, ils viennent de là, mangent et c'est fait. Pas de question, en Inde. Or, le serviteur, regardez-le.
Sahaja Yogi: Il ne mange pas beaucoup.
Shri Mataji: Lui, voyez-vous, vous lui donnez n'importe quoi, vous le laissez là, il ne mangera pas. Je ne mangerai pas, C.P. ne mangera pas. Nous ne mangeons tout simplement rien.
Mais, j'ai vu qu'avec les Occidentaux, il suffit de poser le plat, c'est fini. Vous voyez, vous devez finir, c'est juste mangé.
C'est quelque chose, voyez-vous, c'est une, Je pense que c'est le mental peut-être, éventuellement. Sahaja Yogi: Ils ne sont pas satisfaits à l'intérieur, alors.
Shri Mataji: Hum?
Sahaja Yogi: Nous savons donc que lorsque nous mangeons, nous sommes-
Shri Mataji: Je pense que c'est juste de la nervosité.
Marie: C'est désirer quelque chose sans savoir ce qu'on veut. Alors vous prenez la chose la plus évidente qui est la nourriture. Ou vous savez ce que vous désirez mais vous ne voulez pas y aller parce que cela demande plus de discipline. Et au lieu de -
Shri Mataji: Non, mais nous ne nous mettons aucune pression. Automatiquement, Marie, Je te le dis, c'est automatique. Nous ne nous mettons aucune pression. Je veux dire, si nous mangeons, c'est bien, si nous ne mangeons pas, cela n'a pas d'importance.

Mais en quelque sorte, ce n'est pas si important pour nous d'avoir de la nourriture. C'est plus le respect, plus les manières. Le savoir vivre est très important en Inde. Disons que si vous n'avez pas de bonnes manières, alors la personne se sentira comme si elle avait été blessée, vous voyez. Si quelqu'un dit que vous n'avez pas de bonnes manières, c'est la pire chose que vous puissiez dire à un Indien. Donc, si vous mangez comme ça, c'est considéré comme avoir de mauvaises manières en Inde. Je pense que vous avez développé cela.
J'ai vu que mes petits-enfants maintenant ne mangent pas, ne mangent pas du tout. Vous leur donnez n'importe quoi, vous leur donnez du chocolat, vous leur donnez ceci, ils s'en débarrasseront. Très peu, peut-être qu’ils aiment parfois avoir de la glace. Alors, Je prends des glaces pour eux. Shri Mataji rit. C'est tout, Je pense, pas beaucoup plus. »
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation avec les Yogis français, Cambridge, Angleterre, 24/03/1982

Le titre est peut-être mal choisi car il y a deux sujets importants ici: comment intégrer les nouveaux et comprendre que les enfants ne sont pas forcément intéressés par la nourriture. Il faut donc du détachement et savoir qu'un enfant (en âge d'être scolarisé) ne se laissera jamais mourir de faim. Mais parfois, ils sont fatigués et n'ont pas d'appétit à l'heure du repas de midi, par exemple, car le déjeuner arrive trop tard dans la matinée par rapport aux rythmes biologiques. 

Il est important de respecter les enfants qui ont encore un rapport sain à la nourriture et qui ne mangent que ce dont ils ont besoin. (A moins qu'ils aient déjà un dérèglement affectif et souffrent d'obésité, ce qui est une maladie à traiter.)
 Cela nécessite du détachement et de la confiance. Il faut comprendre aussi que l’alimentation doit être diversifiée mais que cela se règle au niveau de la semaine, pas sur un seul repas.
Publié par dictionnaire Sahaja Yoga

mardi 19 novembre 2019

Bhairava jayanti 2019


« Alors maintenant, nous avons parlé de Bhairava et nous avons vu comment la négativité agit en nous et comment cela nous bloque. Donc, Je dirais que nous devons toujours garder à l'esprit que nous avons une âme et que cette âme peut être attaquée. Elle a déjà été attaquée quand, avec tout le genre de choses que nous avons dans ces vies modernes, elle a déjà été attaquée. Mais maintenant, nous devons le nettoyer et le corriger. Si vous voulez vraiment apprécier Sahaja Yoga et vous nettoyer, vous devez comprendre que nous avons besoin de faire beaucoup d'introspection - beaucoup d'introspection.
Maintenant, les gens qui sont à gauche sont en quelque sorte- ils ne sont pas directs, ils sont sournois et parlent mal des autres.
La dernière fois, J’ai découvert qu’à Perth il y avait beaucoup de médisances, et J'ai voulu vous rappeler à nouveau que J'en ai entendu parler. Aussi que même en Australie, ce genre de personnes existe toujours qui ne fait que médire dans le dos. Quelqu'un dit un truc, une autre l’écoute et c’est une très, très mauvaise chose.

Parce dire du mal des autres signifie que d'abord vous absorbez ce mal en vous. 

Deuxièmement, la manière dont vous le propagez, vous empêchez la Divinité de se répandre. Troisièmement, vous développez de la négativité vous-même et si vous parlez à quelqu'un, cette personne est également infectée. C’est comme une maladie.

Je pense donc qu’en Australie, nous devons faire très attention, car nous avons eu deux grands revirements, dira-t-on, avec une chute importante, pour cette raison seulement. C’est secrètement - et c’est un aspect, dirais-Je, l’Australie est très à gauche, sinon aussi parce que c'est l'endroit de Ganesha. C’est pourquoi Ganesha a été placé ici, pour vous sauver et pour vous corriger par rapport au côté gauche. Et nous devons être très prudents car ce tempérament se développe, vous savez, cela dépend.
Cela existe aussi beaucoup en Angleterre. Mais pas en Amérique, ni en Autriche, ni en Russie, ni en Allemagne: ils sont au contraire ouverts et peuvent être agressifs, mais ils ne sont pas sournois. Donc, soit vous êtes agressifs, soit vous êtes sournois.
Par conséquent, vous devez découvrir ce qui ne va pas chez vous et où nous nous trompons. Parce qu’après tout, nous sommes des Sahaja Yogis, c’est une chance que nous ayons, que nous ayons notre Réalisation, et que nous avons maintenant atteint un stade où nous avons vraiment notre place dans le Royaume de Dieu. Mais maintenant, jusqu'où vous allez ne dépend que de vous.
Or, la Russie, pourquoi nous avons réussi? Parce que les gens sont très introspectifs. Si vous lisez n'importe quel livre d'un écrivain russe comme Tolstoï ou qui que ce soit, pour tout ce qu'ils font, même s'ils tombent amoureux ou autre, immédiatement ils se mettent à faire leur introspection: "Pourquoi ? Pourquoi suis-je amoureux? Pourquoi ça m'arrive? Pourquoi je pense comme ça? Pourquoi je fais comme ça?"
Vous voyez, ils font leur introspection et si nous n’avons pas en nous-mêmes cette introspection, alors il se passe pour nous allons soit sur le côté droit soit le gauche. Mais dans ce pays, Je vois que c’est plutôt sur le côté gauche: il y a des choses sournoises.

Maintenant, comment est-ce que tout cela s’est produit? Nous avons eu d’horribles leaders, Je l'admets. Et au lieu d'en parler ou de m'en parler, ils ont juste commencé à parler entre eux et tout ça. Et toutes leurs mauvaises qualités qui se sont combinées en eux, et c’est ainsi que tant de personnes ont perdu leurs vibrations et ont perdu leur, devrais-je dire, leur puissance de chercheur.
Ainsi, quand vous voyez quelqu'un, n'importe qui faisant le mal, le mieux c'est de l’oublier. Ou si n'oubliez pas, écrivez-moi.
Même si vous ne le faites pas, alors allez parler à cette personne et dites-lui en face: "Je pense que ce n’est pas correct." Mais si vous m’écrivez, cela peut se résoudre, le problème peut être résolu. Disons maintenant que vous avez un certain M. X comme leader ou quiconque ici qui viendrait de Nouvelle-Zélande ou venant de l’extérieur. Immédiatement, vous devriez voir si vous êtes critique à son égard. Que regardez-vous chez cette personne? Qu'essayez-vous de savoir sur cette personne? Si vous êtes critique, sachez que vous ne pouvez jamais progresser. Vous devriez être critique de vous-même, pas des autres. Sachez que vous êtes le plus imparfait, c’est le meilleur moyen. »
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation après la puja de Mahavira, Perth, Australie, 28/03/1991
Publié par dictionnaire Sahaja Yoga

lundi 18 novembre 2019

Chez nous, soyez reine, nous sommes à Vous


« Marie: Mère?
Shri Mataji: Oui.
Marie: Je sais que vous avez dit que la Déesse ne comprenait pas le français mais il existe une belle chanson à la Vierge Marie, en France.
Shri Mataji: Non, chantez cela. Je comprends.
Marie: Cela, vous le comprenez?
Shri Mataji: Ils ont l'air si agréables. Tu vois ça?
Sahaja Yogi: Oh oui Mère, c'est beau.
Shri Mataji: Vous voyez, avant qu'une chanson ne commence, il y a des vibrations, vous savez. Je comprends donc cela. Je les comprends, pas la langue.
Marie: Pouvons-nous vous chanter, Mère?
Shri Mataji: S'il vous plaît.
Marie: Cela dit: "Mère, soyez la reine de notre foyer, soyez la reine de notre pays."
Shri Mataji: Maintenant, dites-le.
Les Sahaja Yogis se mettent à chanter.

Chez nous, soyez reine,
Nous sommes à Vous,
Régnez en souveraine
Chez nous, chez nous.
Soyez la madone
Qu'on prie à genoux
Qui sourit et pardonne
Chez nous, chez nous.

Vous êtes notre Mère
Daignez à votre fils
Offrir l'humble prière
De vos enfants chéris.

Chez nous, soyez reine,
Nous sommes à Vous,
Régnez en souveraine
Chez nous, chez nous.
Soyez la madone
Qu'on prie à genoux
Qui sourit et pardonne
Chez nous, chez nous.

Le soir quand les fatigues
Alourdissent nos coeurs
Gardez nos coeurs prodigues
D'amour pur et d'efforts.

Chez nous, soyez reine,
Nous sommes à Vous,
Régnez en souveraine
Chez nous, chez nous.
Soyez la madone
Qu'on prie à genoux
Qui sourit et pardonne
Chez nous, chez nous.

Dites à ceux qui peinent
Et souffrent sans savoir
Combien lourde est la haine
Et combien doux l'espoir.

Chez nous, soyez reine,
Nous sommes à Vous,
Régnez en souveraine
Chez nous, chez nous.
Soyez la madone
Qu'on prie à genoux
Qui sourit et pardonne
Chez nous, chez nous.

Shri Mataji: Magnifique. C'est beau et très apaisant. Et ce "Chez nous" c'est quoi?
Marie: Dans notre maison, Mère, dans notre pays.
Sahaja Yogini: Dans nos cœurs.
Marie: Dans nos cœurs.
Shri Mataji: Dans nos cœurs, "Chez [inaudible]" dans nos cœurs.
Marie: "Chez nous" signifie en nous, avec nous.
Shri Mataji: "Chez".
Marie: "Chez" signifie dedans.
Shri Mataji: "Chez" est à l'intérieur.
Marie: C'est la maison ou le cœur de quelqu'un.
Sahaja Yogini: "Nous" signifie nous, Mère, "chez" signifie dans notre maison.
Marie: Chez nous.
Shri Mataji: "Chez doux." "Chez doux"?
Sahaja Yogis: "Chez nous."
Shri Mataji: "Chez nous."
Sahaja Yogini: "Nous" signifie nous.
Shri Mataji: "Nous."
Sahaja Yogini: Oui, Mère.
Shri Mataji: "Nous" veut dire quoi?
Sahaja Yogini: Nous.
Shri Mataji: Et "chez"?
Sahaja Yogi: À l'intérieur.
Shri Mataji: À l'intérieur.
Sahaja Yogi: En nous.
Shri Mataji: En nous. "Chez." »
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation avec les Yogis français, Cambridge, Angleterre, 24/03/1982
 

Ce cantique à la Vierge est très célèbre. Il doit venir du XVII e siècle car la ferveur pour Marie est très importante et devient institutionnalisée. Son auteur est inconnu ou bien on l'attribue au Chanoine Huet, évèque d'Avranches. Il est mis officiellement en musique par le Chanoine Roussel au XIXe siècle. On y reconnaîtra la voix de Marie, premier leader de Sahaja Yoga en France.
Publié par dictionnaire Sahaja Yoga

vendredi 15 novembre 2019

Créez une association de bénévoles

« Le frère de Graham qui n’est pas un Sahaja Yogi, c’est juste le frère de Graham, mais il gère des relations publiques, et imaginez! Il a fait du bon travail. Une seule personne. Vous aurez tous les détails auprès de lui.
Sahaja Yogi: Oui, en réalité, il s'adresse aux entreprises et leur explique comment elles peuvent promouvoir leurs propres produits de la meilleure façon possible. Donc, je veux dire, d'une certaine manière, je suppose que nous pouvons dire aux gens qu'avec des vibrations et des actes propices, ils peuvent améliorer leurs affaires, s'ils adoptent réellement notre façon de penser, nous pouvons réellement-
Shri Mataji: Mais cela pourrait être fait plus tard. Pour l'instant, nous ne devons pas être identifiés en tant que Sahaja Yogis. Mais vous pouvez dire que c’est ce que disent les Sahaja Yogis. Ça vaut le coup d'essayer. Non pas que vous soyez Sahaja Yogis.

Sahaja Yogi: Comment pouvons-nous en fait les rencontrer? Sous quel prétexte allons-nous les voir dans ce cas?
Shri Mataji: Un prétexte pour les voir? Nous disons simplement que nous sommes ici en tant que relations publiques,
Sahaja Yogi: Je vois.
Shri Mataji: D'accord?

Sahaja Yogi: Pour voir si nous pouvons les aider de quelque manière que ce soit? Shri Mataji: Pour les systèmes alternatifs. Même pour ceux d'aujourd'hui. A supposer que l’Église catholique veuille que nous les aidions, d'accord, aidons-les maintenant. Avec l’ important archevêque de Canterbury qui veut avoir de l’aide, cela ne nous dérange pas de les aider très bien. Avec ces gens stupides et rusés, Je ne sais pas quoi faire! Shri Mataji rit ...

Sahaja Yogi: Mère, pensez-vous que cela peut aider, Jason pourrait nous aider à ce sujet, le fait que nous sommes sur le point de devenir un association caritative? Pensez-vous que le Golden Age International pourrait également être impliqué?
Shri Mataji: Une association caritative?
Sahaja Yogi: Oui, impliqué. Je veux dire la façon dont nous sommes établis, pas pour être l'entreprise, mais nous n’avons pas à faire de gros profits financiers à cause de la base d’une association caritative.
Shri Mataji: Un système de bénévolat. Quelque chose de bénévole.
Sahaja Yogi: Donc, le point qu'ils ont soulevé auparavant était que si -
Shri Mataji: Appelez cela une organisation bénévole. C’est une organisation bénévole, car pour une association caritative, nous n’avons pas d’argent. Nous n'en prenons pas , ni n'en donnons, donc pas question. Une association caritative va de pair avec l'argent. Mais le travail bénévole, tout le monde peut le faire. Une organisation bénévole.
Savez-vous que Sahaja Yoga n'a pas d'organisation? Jusqu'ici tout va bien. Je ne sais pas. J'espère que vous ne le transformez pas en un autre truc mort, en l'organisant. Avec des secrétaires et tout ça. Je ne pense pas que ce serait possible.»
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation sur les media, Brighton, Angleterre, 16/08/1982
 

Publié par dictionnaire sahaja yoga

jeudi 14 novembre 2019

Approcher les personnes comme elles sont

« Sahaja Yogini: Donc, le but de Golden Age International n'est pas de promouvoir Sahaja Yoga en tant que tel, je veux dire ouvertement vis à vis des autres, mais juste de…
Shri Mataji: Pas ouvertement. Pas du tout ouvertement, pas du tout. Mais, d’une certaine manière, cela se produira ouvertement, car quand on en viendra à Sahaja Yoga, voyez-vous, disons qu'il fait nuit noire et les membres de votre famille ne font que servir, prenez-le comme ça. Vous voyez, lors d'une nuit noire, personne ne voit qui est qui, et les membres de votre famille servent toute la nourriture, alors vous avez le meilleur. C'est comme ça. Oui c'est ça, ce n'est pas une évidence ou ce n'est pas apparent, dira-t-on, mais c’est vraiment ça.

Sinon, qu'est-ce qui nous intéresse?

Pas seulement Sahaja Yoga, mais aussi le fait de sauver des personnes. Je veux dire, nous avons tout essayé, n’est-ce pas? Nous avons échoué. Personne ne nous écoute. Nous ne sommes rien.
Sahaja Yogi: Ce n’est pas tout à fait vrai Mère, les choses changent à partir d'un certain point.
Shri Mataji: C'est ça. Nous devons comprendre. Il faut le comprendre.

Je veux dire, imaginez ce Kolhi, jusqu'où il est allé! J'espère que tu trouveras ce livre, Gavin, quelque part.
Sahaja Yogi: Mère, certaines personnes s'ennuient, vous savez, lorsque nous les abordons et que nous parlons de religion, de Dieu, la plupart des gens s'ennuient. Donc, si nous essayions quelque chose comme donner des vibrations.
Shri Mataji: Quoi?
Sahaja Yogi: Certaines personnes, quand nous les abordons et parlons de Dieu, deviennent-
Shri Mataji: Non, en tant que quoi? En tant que Sahaja Yogis?
Sahaja Yogi: Non, non, ce sont des gens extérieurs. Si nous leur parlons de religion, de Dieu, normalement, cela les ennuie beaucoup et ils disent qu'ils ont déjà entendu tout ça, mais si nous pouvions parler de vibrations ou de quelque chose d'autre, explorer ce domaine.

Shri Mataji: Je pense que même les Sahaja Yogis qui veulent enseigner Sahaja Yoga et développer Sahaja Yoga doivent suivre une formation. Quoi dire, comment le dire, comment gérer les choses, c’est très important. Dans ces 26 conférences que vous allez avoir ici, à chaque fois que cela sera possible, J'aimerais aussi venir pour voir comment ça se passe, de quoi nous devrions parler. Nous prenons l'un de ces sujets, quelqu'un devrait le gérer. Comment devrions-nous parler aux gens? Comment devrions-nous commencer? Voyez, prenons-les comme ils sont. Nous devons les approcher comme ils sont, vous voyez, c'est vrai.

Sahaja Yogi: Est-ce une bonne idée de parler davantage des vibrations? Parce qu'ils peuvent les ressentir. Et si nous devions leur parler de la puissance des vibrations, que cela passe par les télécommunications, qu'il existe un système maintenant que nous connaissons au sujet de la télé-vision, qu'il existe un réseau de télécommunication. Donc, si on leur en disait plus sur le fait qu’il existe un autre système.
Shri Mataji: Je veux dire, faites ce que vous pensez être correct. Il n’y a aucune objection à cela, mais vous devez comprendre les choses de telle manière que cela entre dans leur tête. Mais dans l’ensemble, la situation est telle que les gens sont vraiment dans un état misérable.
Essayez tout ce qui est possible, c’est notre travail. Ne nous inquiétons pas de savoir si on les sauve ou pas, car jusqu'où pouvez-vous aller avec eux? Laissez-les être comme ils sont. Nous pouvons aller jusqu’à un certain point, n’est-ce pas? Disons si Je passais le même temps en Inde, nous pourrions sauver des milliers d’êtres humains, n’est-ce pas? Mais ici, vous continuez à leur demander cela, et pourtant leur ego est juste en train de dominer leur tête, que faire? Jusqu'où pouvez-vous aller? Ce sont des gens très insensibles, léthargiques et conditionnés. C'est vraiment choquant.

Brian: L'idée, Mère, est-ce vrai que Sahaja Yoga s'adresse aux chercheurs, mais que les personnes du Golden Age approchent les personnes qui peuvent attirer-
Shri Mataji: Non, elles s'adressent aux médias. Elles sont pour les médias. C'est pour les médias. Tout doit être élaboré à travers les médias. C'est actuel.»
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation sur les media, Brighton, Angleterre, 16/08/1982
 

Même si les gens n'ont pas totalement conscience de ce qu'il reçoivent, s'ils ne voient pas ce qu'on leur sert dans l'assiette, ils en tirent des bénéfices et du bien-être. De même pour ceux qui seront entrés en contact avec les personnes Golden Age International.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Featured post

Arun Apte slokas pour tous les chakras

Publié par dictionnaire sahaja yoga

Popular Posts