vendredi 20 juillet 2018

L'illusion des vacances

« Je dois prévenir les gens de Brighton (Angleterre). La mer est en train de s’accorder un sursis maintenant, on le voit simplement parce que vous insultez la mer, vous l'insultez tout le temps. Ces vacances font maintenant- c'est une maladie chez les Occidentaux ces vacances!
Il y a une jeune femme Sahaja Yogini, sa sœur vient aussi de temps en temps, elle devait avoir un bébé, la sœur, c’est une doctoresse. Elle est partie en vacances, sans aucun problème de cœur. Elle a eu une césarienne, pouvez-vous imaginer? Tous les Sahaja Yogis avaient leur attention portée sur la naissance de l'enfant, et cette dame est allée en vacances car il lui faut prendre des vacances. Vous voyez, sans vacances, elle ne tient pas.
Tout est programmé: vous devez aller partir en vacances. Qu'avez-vous accompli en allant aux vacances? Je voudrais bien le savoir, quelle sagesse (avez-vous obtenue)? A part s'asseoir au soleil, développer une maladie de la peau, un cancer de la peau pour que Je le guérisse ensuite. Pourquoi faut-il tant s’exposer au soleil? Je ne comprends pas. Qu’est-ce que vous accomplissez?

Votre santé va de mal en pis. Vos ancêtres étaient en bien meilleure santé que vous. Malgré tous ces problèmes de santé, vous y allez. Comment est votre santé? Votre foie est hors service. …
C'est bien, Je suis contente que le soleil arrive, maintenant vous allez abandonner l’alcool. Laissez le soleil vous brûler, ensuite vous abandonnerez l’alcool. Sinon, vous ne le ferez pas. Ici, vous vous exposez au soleil, assis là, prenez tous les alcools, buvez tout le vin, en présence de la mer. Pas étonnant que tous ces pétroliers se fracassent là et gâchent vos stations thermales. Cela arrivera.
Vous n'avez aucune considération pour l’océan qui est là, qui est votre gourou et vous buvez comme des fous. Des femmes nues se font bronzer. Quelle est cette absurdité? Je veux dire, Je ne comprends pas le besoin de tanner votre corps ainsi. Qui vous a dit que vous aviez l’air beaux? Vous avez l'air affreux comme ça. Je vous le dis vraiment, vous avez l'air affreux. Ici vous faites de la discrimination sur des critères raciaux, en disant que les gens sont noirs, pourquoi noircissez-vous votre peau? Je ne peux pas comprendre, où est la sagesse? Vous allez maintenant d’un extrême à l’autre. De temps en temps, c’est très bien de se mettre au soleil, de faire quelque chose, ça va.
Mais pourquoi êtes-vous si extrêmement préoccupés par vos vacances? Et dans les saouleries vacancières, vous vous battez avec votre femme, revenez chez vous puis divorcez. C’est toujours après les vacances qu’on voit les répercussions de l'alcool, vous pouvez les voir très clairement.

En Inde, Dieu merci, nous ne partons pas du tout en vacances, nous ne croyons pas du tout aux vacances. Tout au plus, si on doit aller quelque part, c’est pour aller à un festival ou au mariage de quelqu'un ou quelque chose; c’est seulement s'il y a une occasion que nous sortons de chez nous, nous sommes des "gruhastas" (qui restent à la maison), nous nous installons dans la famille, des "gruhastas", ceux qui restent dans le gruha, au foyer. Nous ne sommes pas comme des gitans nomades qui voyagent tout le temps.
C'est très bien, de temps en temps, de sortir juste pour profiter d'un pique-nique ou de quelque chose. Je veux dire que vous n'êtes pas des scouts toute votre vie. Oui, c'est tellement exaspérant, vous ne pouvez pas savoir! Au travail de mon mari il y a deux grands dirigeants britanniques, qui se rendent en vélo au bureau. Ça a l'air si bizarre, vous savez, de les voir en shorts. Dans un si grand bureau, de quoi vont-t-elles avoir l’air ces deux personnes en shorts qui transpirent et sentent et le reste? C'est absurde.

Mais il y a quelque chose derrière cet effort frénétique, c'est que vous recherchez quelque chose. Certaines personnes pensent qu'en partant en vacances elles vont réaliser quelque chose. Je veux dire en musique, qu'avez-vous réalisé en musique maintenant? Je ne comprends pas. En partant en vacances, si vous avez atteint ce genre de musique qui brise toutes les parties de votre peau, Je veux dire quand Je l'entends, vous savez, toutes les vibrations continuent de résonner en vous.
Et vos mauvais foies, pensez au moins à eux, à ces mauvais foies, à vos maladies de peau, aux cancers de la peau. Tout cela en présence du gourou, de l’océan. Pouvez-vous imaginer? Ce n’est pas de bon augure, vous ne réalisez pas. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Guru puja, Caxton Hall, Londres, 28/07/1980

Shri Mataji a voyagé continuellement. Il semble qu’Elle parle plus de la mode des vacances qui consiste à aller se faire bronzer, sortir en boîte de nuit et finir en s’enivrant. Ce genre de vacances met la fidélité d’un couple à dure épreuve. Cela se passe souvent sur la côte. Or l’océan est notre gourou.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire