lundi 16 juillet 2018

Des exercices pour muscler l'attention


« Shri Mataji: Une autre question?
Rustom: Shri Mataji, pourriez-vous dire quelque chose sur le maintien de notre attention afin qu'elle reste là où elle devrait être et ne soit pas détournée par des choses triviales?
Shri Mataji: Rustom a posé une question très pratique, c’est vrai: garder l'attention là où elle devrait être.
Vous voyez, pour tout, vous devez faire des exercices "abhyasa" - pas avant la Réalisation, après la Réalisation. Le meilleur moyen, c’est d'apprendre à vous observer. Ici et maintenant, mettez-vous simplement dans la position de vous observez vous-même: "Maintenant que suis-je en train de faire?"
Voilà l'abhyasa, voilà l'étude. En dehors des mantras, en dehors du reste, l'abhyasa c’est la pratique, la pratique de l’état de témoin. Et le témoin, c’est l’Esprit. Là, l’attention ne déviera pas. Je veux dire que vous verrez tout, l'attention sera là, mais elle sera intériorisée. Essayez de pratiquer ceci: "Suis-je témoin des choses?"
Or, disons, certaines personnes disent: "Oh mon Dieu, j'ai passé un terrible moment. Mère, ceci s’est produit, cela s’est passé." Vous voyez, vous n'êtes pas témoin. Comment pouvez-vous passer un horrible moment si vous êtes l'Esprit? Vous avez seulement un temps horrible quand vous n'êtes pas l'Esprit.
Si vous pouvez regarder le tout comme une pièce de théâtre qui se joue, alors vous n'aurez pas de moments horribles, mais ce "vous" extérieur passera un temps horrible que vous observerez.

C'est ainsi que l'attention peut être très bien fixée si vous pratiquez des abhyasas, entraînez-vous toujours à être témoin. Par exemple, vous sortez, vous voyez quelque chose, essayez juste de le regarder sans y penser. Soyez témoin de l’ensemble. La joie sera complète, et aussi vous serez absolument en paix. Votre attention sera complètement éclairée. Et puis l'inspiration que vous obtiendrez sera formidable.

Vous voyez, ça marche; ça marche. Essayez d’observer. Et, si vous savez comment observer, il y a une mémoire si énorme. Je veux dire, pour moi, si Je vois quelque chose - Je veux dire que pour moi, c'est comme un film dans ma tête. Si J'ai vu cette salle, maintenant Je connais son plan. Je sais tout: la façon dont vous êtes assis, quelle pose vous avez prise, comment vous étiez, qu'est-ce que c'était - tout est comme un plan. Vous voyez, cela me vient juste comme une image - absolument. Pas (seulement) pour cette vie, mais pour des vies.
Parce que c'est un système d'enregistrement qui enregistre au mieux. S'il y a des pensées, c'est comme s’il y avait quelque chose entre les deux, voyez-vous. Maintenant, il essaie de m'enregistrer sur le film, et s'il y a quelque chose qui bouge entre temps, cela ne donnera rien. Mais quand il n'y a rien entre les deux et que vous êtes simplement en train d’observer, vous enregistrez tout ce qui est important. De plus, vous serez étonnés, vous n'enregistrez pas les choses insignifiantes.
Par exemple, disons, des gens vont dans un village ou dans n'importe quel endroit. Ils vont mémoriser: "Oh mon dieu, c'était très sale, et ceci s'est passé et nous sommes allés là-bas et on a dormi sur du ciment, par exemple, nous avons eu du ciment." Ou: "Alors nous sommes allés à l'intérieur, et il n'y avait pas de chaise correcte pour s'asseoir, et la chaise était si dure que mon dos a commencé à me faire mal." Ils se souviendront de toutes ces choses.
Et après, que s'est-il passé? "Oh mon Dieu, je n’ai pas pu avoir la Réalisation."
Tout ce qui est mauvais, vous voyez, juste comme un journal: que des mauvaises nouvelles. Mais quelqu’un qui est une âme Réalisée pour de vrai, il ne voit pas, Je veux dire qu’on ne sent rien de sale, on sent toujours quelque chose de bon. Vous ne sentez jamais, vous ne pensez à rien de sale. Où que vous alliez, c'est beau. Même si vous ne voyez que du sable, vous voyez le motif. Même si vous voyez une colline stérile.

J'ai vu des gens qui étaient venus au Maharastra. J'ai dit: "Regardez la beauté de ces collines." Ils ont dit: "Mère, quelle beauté? Il n’y a pas d'arbres." J'ai dit: "C'est la beauté justement, regardez les motifs." Ils ne pouvaient pas voir les schémas que Je voyais. Mais si vous me demandez: "Quelle est cette colline?" Je le sais aussi. Parce que Je connais les schémas de toutes les collines, comment elles ont bougé, comment elles ont fait des schémas et des choses comme ça. Comme ils ne voient pas cela, voyez-vous, ils ne peuvent pas voir la beauté parce qu'ils sont à la recherche de défauts. Ou relativement, vous voyez, "les arbres anglais sont meilleurs que les arbres X, Y, Z. Donc, ce n'est pas mieux." Ils se mettent à relativiser. Mais vous êtes au point absolu, vous recevez l'absolu de tout. Tout est à vous. Que trouvez-vous à juger? »
Shri Mataji Nirmala Devi, conseils aux yogis sur l’importance de la dévotion, Nirmala Palace, Londres, 06/08/1982
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire