dimanche 8 juillet 2018

Conditionnements ou subsistance?


« Ganesha est venu, s’est incarné sur cette Terre en tant que Jésus-Christ. Regardez-le. Regardez sa vie, la façon dont il a vécu. Il était le fils d'un charpentier. Il a vécu comme le fils d'un charpentier. Il n'a pas amassé d'argent. Et quelle vie dynamique en trente ans! Quelle vie dynamique, pour laquelle il n'a eu que quatre ans de vie publique.
Avec toutes nos complaisances et avec notre confort, tous nos déplacements et nos avions, tout cela, combien y a-t-il de gens qui ont eu une vie aussi dynamique? Quel dynamisme avons-nous été capables de démontrer? Le dynamisme de la Terre Mère? "Nous devons avoir ceci, avoir cela, nous devons posséder ceci, profiter de cela", Bien, mais qu’est-ce qui est fondamental? Je veux dire combien nous avons été capables d’absorber et qu'est-ce que nous donnons aux autres ? Quel est notre fruit de l’arbre que nous sommes?
La raison c’est que nous avons manqué de sagesse. Il était la sagesse. C’est lui qui émet la sagesse, qui équilibre notre ego, notre superego, tout. Vous savez où demeure cette divinité (au chakra de l’Agnya). Mais les gens qui le suivent, qui se disent chrétiens, où est passée leur sagesse? Il leur manque à tous la sagesse.
Pourquoi? Car avons-nous tout simplement cru qu'il avait été crucifié parce qu’il était pauvre? Je ne sais pas ce que nous pensions de Lui. Je ne peux pas comprendre les êtres humains, quelle leçon nous avons-nous tirée de sa vie? Et les nations chrétiennes sont si en avance matériellement. Pouvez-vous imaginer cela? Elles ne savent pas que la pauvreté est parfois une chose très douce.
Et maintenant, une réaction a commencé. Je suis sûre que cette réaction va vous emmener également à un autre extrême, vous passerez à côté du sujet. C'est comme un fou qui court vers une extrémité et arrivé là, court vers l’autre extrémité.
Avez-vous déjà vu courir un sanglier, avez-vous déjà vu courir un sanglier? Vous voyez, il est très facile de s’écarter du chemin que trace un sanglier car il court tout droit, jusqu'à ce qu'il rencontre une opposition. C’est simple. Il ne regardera pas de ce côté, ni de l’autre. Si vous pouvez juste vous écarter de la ligne qu’il trace, il ne vous frappera pas. Puis il s’en retournera de la même manière. Il va par la puis revient.
Voilà le mouvement que nous avons eu en nous-mêmes. Qu'avons-nous fait de notre vie? Voyons voir. Alors que nous sommes capables, nous sommes les graines qui vont donner les véritables fruits. Nous sommes capables, vous le savez maintenant. Et c'est pourquoi, tout d'abord, nous avons fait le plus grand mal en ruinant toute notre subsistance intérieure. Comme Je vous ai parlé, l'autre jour à la conférence, de la façon dont nous devons maintenir notre subsistance.

J'espère que ce n'était pas trop pour vous si vous pensiez que J'essayais de dire aux gens- aussi ils disent, un groupe de personnes pense que ce sont des conditionnements. En fait, nous sommes vraiment confus en cette époque moderne à tous les propos.
Supposons qu'un avion doive décoller, toutes ses parties doivent avoir une proportion appropriée, doivent être liés au corps principal. Sinon, tout sera pêle-mêle, n'est-ce pas? Maintenant, si vous devez plonger dans l’inconscient, toutes les parties de votre être devraient être rattachées à la gravité du corps, à votre subsistance, sinon vous irez dans tous les sens. Direz-vous qu’arranger l’avion de cette façon c’est le conditionner pour sa liberté? Vous avez beaucoup plus de liberté quand les choses sont faites correctement. Quelqu’un qui est bien préparé pour ce vol a beaucoup plus de liberté que les gens qui pensent que leur nez ira là, les oreilles de l'autre côté, les yeux à l’opposé, le mental vers un troisième côté, l’estomac encore ailleurs.
Ici, celui qui m'écoute pense à sa nourriture. Ses yeux regardent autre chose. Ses pieds bougent. Il est nerveux. Il n'y a pas de lien approprié. Et c'est pourquoi le conditionnement porte un nom en sanscrit: "samskara". "Samkar". Or "sam" signifie "bon, beau", on dira, "bon pour l’Esprit". Même pour ajouter à cela, on peut dire "susamskara", ce qui signifie de bons conditionnements, par lesquels vous devez être ciselés.
Et ce ciselage, si vous comprenez qu’il n'est non seulement pour votre bien, mais pour votre vol, alors vous ne laisserez pas tout aux vents. Et c'est la plus grande erreur que nous avons commise lorsque nous avons entamé notre vol vers la liberté.
Comment pouvez-vous être libres quand tout vous asservit?
Il vous faut aller au pub le soir. Vous devez aller danser. Vous devez voir un ami qui fume et fumer avec lui. Vous devez assister à une fête où vous devez boire. Vous devez dormir à un moment particulier, comme vous ne pouvez pas dormir, vous devez prendre des pilules. Vous devez avoir des petites copines ou des petits copains, dépenser de l'argent pour - Je ne sais pas ce que vous dites - les rendez-vous et des choses comme ça. Je veux dire, tout cela me semble si frivole! C’est pareil en Inde. Je veux dire qu'ils ont d'autres frivolités superficielles.

Mais quand vous comprenez à travers votre Réalisation, ce qu’est l’estime de soi, alors vous essayez de penser: "Eh bien, qu'ai-je fait de ma vie?" Vous êtes comme des diamants jetés dans la poussière. Vous devez découvrir la relation relative avec toutes ces choses inutiles où l'argent est dilapidé, vous êtes gaspillé, votre temps est gâché, tout est gaspillé, découvrez-le. Une fois que vous aurez découvert cela, vous commencerez à vous en détacher. Mais d'abord et avant tout, Je suis désolée de dire - vous pouvez appeler cela des conditionnements ou quoi que ce soit d’autres - sont ces choses importantes, ces dix choses dont Je vous ai parlées l'autre jour.
Maintenant, tous les gourous, tous les gourous qui sont venus - disons, on peut partir de Socrate et Abraham, Moïse - sont le Gourou Tattva, le principe du maître, des maîtres primordiaux. Le principe s’est incarné encore et encore.
En Inde, nous pouvons parler de l'Adi Nath, nous avons eu un Adi Nath, le Gourou, il y a longtemps. Ensuite, nous avons eu Dattatreya, nous avons eu Janaka, Nanaka, Sai Nath. Nous avons eu au Moyen-Orient le Prophète Mohammed, Lao Tse et Confucius en Chine - tous ces grands principes du gourou se sont incarnés. Ils avaient un travail à faire, celui d'établir votre dharma. Leur travail n'était pas de vous donner la Réalisation, vous devez comprendre que chacun a son propre travail. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Guru puja, Caxton Hall, Londres, 28/07/1980

"Un principe qui s'incarne" c'est une utre façon de parler d'une déité. 

Peinture de Beverly Budgen : http://beverleybudgen.com/
Publié par dictionnaire Sahaja Yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire