vendredi 15 juin 2018

Les pièges du Swadisthan


« Nous avons tellement de problèmes, de nos jours, d'une nature très différente: les gens sont hyperactifs et l'hyperactivité les éloigne de la réalité et ils deviennent des sortes d'esclaves de l'hyperactivité. Ceci est créé par le deuxième centre, qui est, vous le voyez, en jaune, c’est la bile. Ce centre est- par exemple, Je vais au moins vous parler d'un centre aujourd'hui- ce centre s’appelle le Swadisthan et il s'occupe du côté physique et pourvoit aux besoins du plexus aortique (abdominal). Et ce centre a un travail très important à faire, c’est convertir la graisse pour le remplacement des cellules grises de notre cerveau.

C'est un travail très important pour les gens qui sont futuristes, qui planifient tout le temps, qui pensent trop. En conséquence, toutes les autres fonctions de ce centre sont négligées, et ces autres fonctions sont qu'il doit pourvoir à votre foie. Or, le foie a un travail. Il doit transformer la chaleur, ou le poison de votre corps, en chaleur dans la circulation sanguine, afin qu'elle soit expulsée. Mais quand ce centre est occupé à faire quelque chose d'autre d’important, ce travail n’est pas fait ou parfois très négligé.
En conséquence on développe un mauvais système de foie. Ce foie crée de la chaleur, ne rejette plus la chaleur du corps et vous en retirez tellement de complications, comme l'asthme et autres. Aujourd'hui, nous avons eu une malade qui est venue et elle a eu le même problème. Et elle a dit: "On m’a dit que j'avais des virus, ceci, cela toutes sortes de diagnostics", m'a-t-elle dit.
J'ai dit: "Rien de cela, vous avez juste un problème de foie. Et essayez simplement d’améliorer votre foie, vous irez bien."
Au bout de dix minutes, elle a dit: "Je me sens bien."
J'ai dit: "Voilà. Vous avez un problème de foie. "
Donc il y a ce virus-ci, ce virus-là, il y a toutes sortes de façons de parler pour montrer que c'est absolument incurable.

Puis, de là, vous allez à un autre travail très important, c’est celui du pancréas qui s'occupe ou répond au besoin de devoir dissoudre votre sucre. Mais quand ce pancréas est en pagaille, parce que ce centre (le Swadisthan) ne s'en occupe pas, alors vous développez une horrible maladie appelée diabète et ce diabète n'arrive qu'aux personnes qui réfléchissent trop, qui planifient trop, surtout aux bureaucrates et peut-être aux politiciens. Rires. Je ne sais pas.

Mais, par exemple, en Inde, les agriculteurs prennent du sucre et si vous leur donnez du thé, il doit y avoir tellement de sucre que la cuillère devra y rester plantée à angle droit, vous voyez. Rires. Autrement, ils penseront: "Ce n'est pas du thé, c'est horrible!" Et malgré tout cela, ils ne contractent jamais le diabète. Mais un bureaucrate qui est trop planificateur, ou un politicien, ou quelqu'un comme ça qui pense trop, le contracte même avec une seule cuillère. Peut-être qu’avec une demie il aura du diabète. Donc, cela est dû au fait que ce pauvre centre doit travailler pour toutes ces personnes qui "sur utilisent" leur cerveau, et les autres organes comme le pancréas sont négligés.

Alors le troisième est encore plus important, plus dangereux, c'est la rate. La rate, c’est elle, dira-t-on, qui conserve le rythme de la vie. Comme vous avez vu (avec les musiciens), le travail rythmique conserve le rythme de la vie. Or, si nous ne permettons pas à ce travail rythmique d’agir selon un bon rythme et que nous devenons très agités, alors ce centre doit de créer des globules rouges pour régler les cas d’urgence.
Supposons que vous ayez pris votre repas et que vous vouliez soudain vous mettre à courir, alors vous aurez mal ici, et vous ne saurez pas pourquoi vous avez mal. Parce que, à ce moment-là, votre rate entre en action d'une manière frénétique et produit plus de globules rouges, et avec cela, il lui faut travailler dur: vous avez mal.
Ainsi, quand vous menez une vie aussi trépidante, subissant tout le temps des chocs, comme par exemple, lire tôt le matin les journaux: un choc est suffisant. Ensuite, vous devez prendre votre petit-déjeuner, vous n’en avez pas le temps, vous êtes occupés, vous courez au travail et sur le chemin vous découvrez qu'il y a des embouteillages. Ensuite, vous arrivez, votre patron crie après vous pour le retard- toutes sortes de choses liées au temps, vous voyez. Tout cela joue sur votre rate et la pauvre rate ne comprend pas quelle sorte de personnalité est celle-là, elle est si agitée! Dieu sait qu’il faut des globules rouges dans le sang ici et là, et comme ça, elle est si agitée, il n'y a pas de rythme. Donc la rate devient folle, dira-t-on. Ensuite elle devient vulnérable »
Shri Mataji Nirmala Devi, programme public, Brisbane, Australie, 03/08/1990
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire