mardi 29 mai 2018

L'huile du coeur

« Aujourd'hui, nous nous sommes réunis ici pour célébrer le "Diwali" ou "Dipawali". En fait, ce n’est qu’après avoir débuté Sahaja Yoga que le véritable Diwali prend forme. Nous avons eu de nombreuses et belles lampes ainsi que beaucoup d'huile à brûler. Mais il n'y avait aucune étincelle pour éclaire la mèche, dipa, ou baati en hindi, qui est comme votre Kundalini.

Donc, la Kundalini doit rencontrer l'étincelle. Les lampes étaient toutes belles mais inutiles, sans but. Et c'est la grande bénédiction de l'époque actuelle, que tant de lumières soient éclairées et que nous puissions (souhaiter) le Dipawali des coeurs humains. Lorsque vous devenez la lumière, vous ne vous inquiétez pas de la lampe, de son apparence, de la façon dont elle doit être faite. Tout est déjà fait. Il faut simplement se soucier de la flamme et de l’huile, car c'est l'huile qui brûle et qui donne la lumière.

En sanscrit, qui est la langue des Dieux, on appelle l'huile "snigdh", ce qui veut dire "doux", et l'amitié se dit "sneha". Et les poètes d'autres langues (indiennes) ont utilisé ce mot de manière différente et ont appelé cet amour "neha". Ils ont chanté les louanges de cet amour fraternel. Chaque poète, chaque saint a utilisé ce mot dans sa belle poésie. Qu'ils soient seuls ou en groupe, dans leur yoga, dans l'union.
C'est cet amour fraternel qui donne la lumière. Si huile n'est pas propre, si elle est contaminée, cela fait de la fumée. Mais si elle est pure, alors elle donne une lumière brillante, sans fumée. Mais quand cette huile est parfumée, alors la lumière donne du parfum.

L'huile est faite de diverses choses, celle qui vient de la Terre Mère (pétrole) ne peut pas être utilisée car elle est très matérialiste et donne du carbone. L'essence, le kérosène polluent l'atmosphère. Puis celle qui vient des animaux, dont certains sont très vénérés en Inde, ont un type très particulier de snigdha, ou on peut dire de ghee ou d’huile, donne une lumière qui est très apaisante et paisible. Donc quand la matière évolue vers l'état d’animal, l’huile évolue également. Mais quand cette huile est frottée sur les pieds d'un saint, elle acquiert un parfum. De la même manière, si cette huile est mise en contact avec des fleurs, elle donne du parfum. Ainsi les pieds d'un saint sont comme les fleurs sur l'arbre. Et quand la fleur tombe sur le sol, sur la Terre Mère, elle est si responsable, elle est si sensible qu'elle ne lui fait pas de mal, elle tombe avec une grande vénération comme si elle rendait un grand hommage à la Terre Mère.

De même, un saint doit être doux, doux comme la manière dont la lumière de la Lune tombe sur la Terre. C’est une lumière qui ne brûle pas, ne donne aucune brûlure. Cette gentillesses, on doit développer.
C'est de cette huile que vient l'amour qui se trouve dans votre cœur, qui oint tout, qui supprime les frictions et apaise. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Diwali Puja, Rome, Italie, 17/11/1985
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire