dimanche 8 avril 2018

La place des femmes a été volée


« Interviewer: Je voulais utiliser une citation de "Timothée 1" pour vraiment emphaser ce point. Il est dit dans la Bible: "Une femme devrait apprendre dans le calme et la soumission complète. Je ne permets pas à une femme d’enseigner ou d’avoir autorité sur un homme; elle doit rester en silence. Car Adam a été formé d'abord, puis Eve. Et ce n’est pas Adam qui a été trompé; c'est la femme qui a été trompée et qui est devenue pécheresse." [Le Nouveau Testament, 1 Timothée 2: 9-14]

Shri Mataji: C'est aussi une erreur au sujet d'Adam et d’Eve aussi. Mais Je traiterai de cela plus tard. Mais c’est tout simplement une attaque totale de la féminité. Et c'est ainsi que les femmes ont accepté - imaginez un pays aussi développé que l'Angleterre, se demandait jusqu'à hier, si une femme devrait prêcher ou non. Oui! Je veux dire, maintenant, avec beaucoup de difficultés, certaines personnes ont convenu que les femmes devraient prêcher.
Je ne comprends pas. En Inde, une femme est très puissante. Elle ne s’occupera pas de son mari s'il courre après une autre femme. Elle dira: "D'accord, c’est pécheur, qu’il aille au diable! Je m'en désintéresse." Elle restera fidèle à son propre mérite, à sa chasteté. Elle ne s’en souciera pas.
Maintenant, la situation en entier est si mauvaise que les femmes doivent toujours essayer, vous voyez, d'exposer leur corps aussi. Je n'ai pas vu un seul film dans lequel un homme s’exposait. Ce sont toujours les femmes qui doivent s’exposer comme si les hommes étaient des "Sanctum sanctorum".
Je pense que l'esclavage de la femme est plus important en occident qu'en Inde.

Interviewer: Et que diriez-vous du Coran? Je parle des Iraniens. Je sais que vous avez donné un programme cette semaine et que c'était un programme très important. Et j’aimerais parler de la façon dont les Iraniens ont mal interprété Mohamed et les effets que cela a eu sur leur société et l'importance de leur changement pour les femmes.
Shri Mataji: Oui. Même le Prophète Mohamed, vous voyez, respectait énormément les femmes. Vous savez, ils faisaient la guerre. C’était des tribus, ils étaient des ppopulations tribales. Il n’y a que le Prophète Mohamed qui pouvait s’incarner parmi ces horribles Arabes. Et il a vu que beaucoup d'hommes, de jeunes hommes avaient été tués. Alors il a dit: "Très bien. S'il n'y a pas de jeunes hommes, que les vieillards se marient, même aux jeunes filles, cela n'a pas d'importance, mais ils doivent se marier. Même s'ils doivent se marier cinq fois, ils doivent se marier pour qu'elles ne deviennent pas des prostituées." Il a prescrit cela juste pour respecter leur chasteté, mais il n'est pas obligatoire de se marier cinq fois.
Vous voyez, nous avons des choses horribles en Inde. Un homme se marie quatre fois, a huit enfants à chaque fois … Puis, après un certain temps, ils répudient leurs épouses en disant trois fois: "Talaq, talaq, talaq." (Talaq, mot arabe signifiant répudiation). Or, ces femmes qui ont tant d'enfants, sont juste abandonnées dans la rue. Et si vous les voyez, vous penserez que c'est pire qu’en Somalie.

Il respectait les femmes! Non seulement cela, mais il a dit à sa femme que: "Aïcha, tu vas faire fonctionner" il lui a dit: "Tu vas faire fonctionner quelque chose contre la religion." Et vraiment, ce n’était pas juste pour elle, parce que sa propre fille, comme vous le savez elle s’appelait Fatima, s’est levée et a dit que: "Ca, le Prophète Mohamed ne l’a jamais dit!"
Mais cet Abu-Bakr, c’est quelqu’un qui s’est juste servi d’un tremplin, devrais-Je dire. Au lieu (d’avoir comme calife) le propre beau-fils, Hazrat Ali, qui était une grande âme Réalisée. Et Abu-Bakr a complètement changé les idées sur les femmes dont Fatima allait parler.
Donc, il y a eu de grandes guerres, une appelée Karbala, dans lesquelles deux enfants de Fatimabi ont été tués, Hazrat Ali a également été tué. Et puis deux groupes ont été formés, l'un est chiite et l’autre sunnite.
Mais les chiites ne comprennent pas non plus qu'ils doivent respecter leurs femmes parce que Fatimabi elle-même était non seulement une sainte mais une incarnation. C’était une déesse. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Interview TV, "real women", première partie, Los Angeles (États-Unis), 11/10/1993
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire