vendredi 8 décembre 2017

Marie quatrième incarnation humaine de l'Adi Shakti

« Après s’être incarnée en tant que Sita, l’Adi Shakti est née et a vécu en Chine en tant que vierge appelée Kuan Yin, la Mère de la Miséricorde. Sa première incarnation a eu lieu au Népal, où la Déesse est encore aujourd'hui la divinité nationale. La plupart de ses naissances se sont produites dans l'Himalaya, près du Népal, où le visage des gens présente un mélange de traits indiens et chinois. Les femmes népalaises ont le plus souvent une peau claire et fine. On les dit très sereines et très belles, car leurs pommettes saillantes leur donnent un air très jeune. L'expression du visage de l’Adi Shakti est faite sur ce moule Pour être exact, Elle a l’air d’une Népalaise.
Sa quatrième naissance humaine a été celle de la Vierge Marie, la Mère du Christ. Elle s'est incarnée au Moyen-Orient, dans le royaume de Judée. Dans cette vie-là, Elle n'était pas mariée et n’a pas non plus vécu comme Radha. Elle a amené son Fils unique, Mahavishnou, à naître sur terre, bien qu’Elle l’ait créé dans le corps du Virata au stade antérieur de Vaikuntha. Marie, en tant que vierge, a conçu Jésus-Christ, la neuvième Incarnation de l’Adi Vishnou.

On ne peut pas trouver de mots pour décrire la grandeur de cette Incarnation, mais dans le Devi Bhagavatam, il existe un passage sur le Christ. Ce passage raconte comment, dans les cieux, Il est né de Radha en tant que Mahavishnou, le Fils unique du Virata. Il n'est autre que Ganesha, le symbole de l'éternelle enfance. Son corps a été construit à partir du corps de Kartikeya – qui était Lui-même Brahma – le frère unique de Ganesha. Le corps du Christ a été conçu à partir d’un seizième de Krishna, le Virata, qui était son père. En tant que Mahavishnou, Il est le soutien (Ashraya) du monde entier. Un père voulant toujours que son fils soit plus grand que lui, Krishna a offert à son Fils une bénédiction et a rendu Mahavishnou un million de fois plus grand que Lui. Il Lui a aussi promis de Le placer encore plus haut que Lui-même. Ainsi, son Être contient des formes, illimitées de Brahma, Vishnou et Mahesha (Shiva), et quand le dernier jour de la destruction adviendra, onze Rudras seront créés de son front.
Radha, dans l’Incarnation de Marie, a voulu donner à son Fils le nom de Krishna, son Seigneur. Krishna vient de krishi+na. Krishi signifie agriculture et na signifie celui qui porte. Ainsi, le nom du Christ vient du morphème krishi dans Krishna. Le nom de Jésus a été dérivé de Jasoda, une forme du nom de Yeshoda, la mère adoptive de Krishna. Radha a aussi voulu ajouter le nom de Yeshoda à son fils, en raison de la dévotion et de l'adoration que Yeshoda avait pour Elle à Brindavan et à Gokul. L'abréviation de Yeshoda étant "Jesu" ou "Yesu", Radha-Marie a prénommé son Fils Jésus-Christ.
La vie de Jésus-Christ représente la plus haute expression de l'essence de l'innocence spirituelle, incarnée sur terre en Dieu-le-Fils. Les hommes ont été témoins du sacrifice du Fils unique et chéri du Père (Virata) pour le salut de l'humanité. Cela leur a permis de percevoir plus profondément la grandeur de l’amour de Dieu envers l'humanité. La crucifixion du Christ s’est produite à un moment où les gens connaissaient Dieu le Père, mais ne savaient pas comment crucifier leur moi humain pour permettre au moi spirituel de s'exprimer. Tel est le véritable sens de la résurrection du Christ: que l'homme puisse être le témoin physique de l'immortalité de l'Esprit, qui ne souffre pas et ne périt jamais. Pour la première fois, la conscience humaine a enregistré la vérité de l'immortalité de l'Esprit, celle que Krishna avait prêchée sa vie durant et qui est consignée dans la Bhagavad Gita, écrite par le poète Vyasa.
Pour invoquer le nom de Krishna, on doit d’abord invoquer celui de Radha : ainsi un chercheur récitera le mantra du Virata en disant "Radha-Krishna". De même, le nom de Sita doit être prononcé en premier dans le mantra de "Sita-Rama". Même la Vierge Marie (Kanya) qui, à l'époque du Christ, n’était que présence discrète et potentielle, a été reconnue plus tard par ses disciples comme étant la Puissance à l'arrière-plan du Christ. Elle a été vénérée pendant de nombreuses années après sa mort par les premiers chrétiens. »
Shri Mataji Nirmala Devi, chapitre 2 sur les Incarnations, Le Livre de l'Adi Shakti, écrit entre 1975 et 1977 (?) Publié en anglais le 09/13 

After Her incarnation as Sita She was born and lived in China as Kuan Yin, the Mother of Mercy, as a virgin. Adi Shakti took Her first Incarnation in Nepal where still today the Goddess is the presiding national Deity. Most of Her births were on the Himalayas near Nepal where people have mixed Indian and Chinese features. The women of Nepal are mostly fair and soft skinned, and are known to be very serene and beautiful. Because of their high cheek bones they look very young all the time. Adi Shakti’s facial expression is very much in this mould; to be precise She looks Nepali.
The fourth human birth of Adi Shakti was as the Virgin Mary, Mother of Christ. She incarnated in the Middle Eastern kingdom of Judea. In that life She did not marry and did not live like Radha who did not bring forth Her only Son, Mahavishnu, on this Earth though She had created Him in the Body of the Virata in the Vaikuntha stage. It was as a virgin that Mary conceived Jesus Christ, the ninth Incarnation of Adi Vishnu.
The greatness of this Incarnation cannot be adequately described in words but in the Devi Bhagavatam there is a passage about Christ. It tells how He was born in Heaven to Radha as Mahavishnu, the only Son of the Virata. He is none other than Shri Ganesha, the symbol of eternal childhood. His body was constructed from the body of Shri Kartikeya who was Brahma Himself, the only brother of Shri Ganesha, and was conceived by one-sixteenth part of Shri Krishna, the Virata, who was His Father. As Mahavishnu He is the sustainer (Ashraya) of the whole world. A father always wants his son to be greater than himself, so Shri Krishna gave His Son a boon making Mahavishnu a million times greater than Himself and promising to place Him even higher than Himself. His Being would contain unlimited Brahma, Vishnu and Mahesha (Shiva), and from His forehead eleven Rudras would be created when the last day of destruction will come.
Radha in Mary’s Incarnation wanted to give Her Son the name of Her Lord, Krishna. Krishna comes from ‘krishi’ + ‘na’. ‘Krishi’ means farming, ‘na’ means the one who carries. So the name ‘Christ’ came from the ‘krishi’ in Krishna. The name Jesus was derived from ‘Jasoda’, a form of Yeshoda, the foster mother of Shri Krishna. Radha also wanted to give Yeshoda’s name to Her Son because of Yeshoda’s devotion and worship of Her in Brindavan and Gokul. The abbreviation of Yeshoda was ‘Jesu’ or ‘Yesu’, so Radha/Mary named Her Son Jesus Christ.
In the life of Jesus Christ, the highest expression of the essence of spiritual innocence came onto Earth as God the Son. Human beings witnessed the sacrifice of the dearest and Only Son of the Father (Virata) for humanity’s sake. This allowed a deeper human perception of God’s great love for the human race. The crucifixion of Christ happened at a time when people knew about God the Father, but did not know how to crucify their human self to allow the spiritual self to express itself. This is the real meaning of the resurrection of Christ: that man could be the physical witness of the immortality of the Spirit which does not suffer and never perishes. For the first time, human awareness registered the truth of the immortality of Spirit which Shri Krishna had preached in His lifetime, which is recorded in the Bhagavad Gita written by the poet Vyasa.
When one takes the name of Shri Krishna one has to take the name of Radha first, so a seeker recites the mantra to the Virata as ‘Radha-Krishna’. Similarly Sita’s name has to be taken before Rama’s for the mantra ‘Sita-Rama’. Even the Virgin Mary (Kanya) who was so quiet and potential at the time of Christ, was recognised later on by His disciples as the Power behind Him. She was worshipped for many years after Her death by early Christians.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire