dimanche 10 décembre 2017

La psychosynthère au service l'humanité

« Chez l’enfant, jusqu'à cinq ans, on peut insuffler le sens du sublime au moyen de la qualité des sentiments naturels d'amour, car son ego et son superego ne sont pas pleinement développés. Jusqu'à cet âge, l’os de la fontanelle n'est pas complètement calcifié, et l'enfant est connecté avec le Pouvoir omniprésent et sublime de l'Amour divin. À cet âge, s'il dort avec sa mère et d'autres parents comme sa sœur, sa tante ou sa grand-mère, il développe un sens sublimé de ce qu’est une relation pure, absolument étrangère à toute pensée sexuelle, qui n'a rien à voir avec le sexe. C'est aussi vrai pour une fille que pour un garçon. Être uni à l'Amour divin touche tous les champs de l'expérience pure et sublime. Cela construit chez le sujet le sentiment d'avoir un beau passé vécu dans l'innocence et le bonheur.

Ceux qui se livrent à des propos indécents concernant des relations sexuelles avec leur mère ou leur père doivent avoir vécu des expériences affreuses dans l’enfance. Ces personnes souffrent de perversions sexuelles dues à l'influence de leurs parents dépravés ou de la société dégradée dans laquelle ils vivent. Ce sont de rares exceptions, mais en donnant une trop grande importance à ces cas pathologiques, nous tendons à en faire la règle plutôt que l'exception. Malheureusement, toutes ces tentatives dévoyées ont en général conduit les hommes dits éclairés sur des voies contre nature, recommandées par la société industrielle sottement imitative, ce qui va totalement à l’encontre de la voie de l'évolution. Le comportement de ces êtres humains, dont la subsistance (dharma) est perturbée et désorientée, est pire que celui des animaux. Même les animaux n'ont de sexualité qu’en rapport avec la simple procréation, selon certaines restrictions, tandis que les êtres humains ont perdu tout sens de la décence et toute subsistance.
On avance souvent le cliché suivant: si vous inhibez vos désirs, il se produit un phénomène de conditionnement (superego). Or, une intempérance excessive conditionne également l’ego. Ce qui est malheureux, c'est que la prise de conscience du conditionnement de l’ego n’est pas évidente. Dans de tels cas, l'ego devient colossal, et le psychologue et son patient n’en prennent conscience qu'au moment où l’ego commence à se comporter comme un despote ou un psychopathe. Le préjudice causé par le conditionnement de l’ego est beaucoup plus important que celui créé par le conditionnement du superego, communément appelé le refoulement du subconscient.

La voie du milieu est le point d’appui qui repose sur la sagesse. Une connaissance unilatérale de l’être humain – se limitant à sa nature sexuelle, donc incomplète – est très dangereuse. De plus, les connaissances recueillies sur des personnes anormales, qui sont les patients des psychologues, ne peuvent servir à guider le destin des hommes normaux. Il ne faudrait pas accepter comme parole d'évangile les présomptions d'auteurs qui prétendent être des scientifiques et des psychologues, et qui fondent leurs conclusions sur l'observation de personnes anormales. Les chercheurs souffrent également de certains complexes qu’ils tentent à l’occasion de justifier par leurs théories. Parfois, dans leur enthousiasme, ils généralisent leurs observations faites sur des personnes anormales comme si elles étaient applicables au large spectre de l'humanité ordinaire.

La psychologie a beaucoup évolué en ces temps modernes. Les psychologues actuels comprennent la bassesse de la perversion sexuelle. Mais une fois que la société a quitté la voie de la réalité et du dharma, à cause des premiers psychologues, il est très difficile de la remettre sur la bonne voie. Le déraillement est allé bien au-delà de la compréhension des psychologues qui l'avaient provoqué. La science de la psychologie a tellement progressé que l'on parle même aujourd'hui de compassion, d'amour et de psychosynthèse.
Certains psychologues parlent même de moi inférieur et de moi supérieur, mais leurs prédécesseurs ont déjà transformé les gens en esclaves du sexe qui vont être les précurseurs d'une race de violeurs et de prostituées. Cette connaissance partielle que les psychologues ont des êtres humains a déjà détruit la vie de famille et la société occidentale. C'est en grande partie suite à leurs expériences hasardeuses avec les plus belles et les plus précieuses créations de la personnalité humaine, que nous allons avoir une grande proportion de délinquants et de maniaques sexuels dans notre population. »
Shri Mataji Nirmala Devi, le Livre de l’Adi Shakti, ch12, Le chakra du Mooladhara,
Le Livre de l'Adi Shakti, écrit entre 1975 et 1977 (?)
Publié en anglais le 09/2013



La psychosynthèse a été développée par le docteur italien Roberto Assagioli (1888-1974) vers 1910. Il a mis en place une pratique à partir de plusieurs des théories de Jung, notamment l’incorporation de la religion et de la spiritualité dans une vue d'ensemble de la psyché humaine. Freud méprisait la religion et considérait toutes formes de religion et de spiritualité comme une régression dans des états de conscience d'enfant. Pour Freud, l'état sain est celui de la dominance d’une psyché rationnelle présidée par un ego réaliste, en évacuant tout ce qui est irrationnel. 
Karl-Gustav Jung a découvert que dans l'inconscient collectif de l'homme, existaient des symboles qui agissaient en permanence et qu'il a appelé des "archétypes". Ces "archétypes" sont des images inconscientes de certaines réalités psychologiques, chargés d’une énergie psychodynamique énorme, comme l'image de la Mère primordiale qui s'occupe toujours de nous, ou celle du cheval blanc, symbole de liberté. Certains de ces symboles sont de nature religieuse, comme l'ange gardien ou le Fils de Dieu, le Sauveur.
Jung a étudié toute sa vie ces symboles archétypiques et a percé ainsi les secrets de l'inconscient. Il nous a montré avec une grande richesse de matériel que ces archétypes sont aussi à l'œuvre dans les mythes et les contes du monde entier, comme dans nos rêves par lesquels nous découvrons le fonctionnement de ces symboles.
La psychosynthèse considère que l’être humain est un système vivant où le corps et l’esprit sont en interaction avec l’environnement. L'objectif est de parvenir à une synthèse, une union des différentes parties de la personnalité d'un individu vers une cohérence du soi. La personne peut alors fonctionner d'une manière plus authentique. 

Le concept du Soi supérieur est aussi très important dans la psychosynthèse de Assagioli, car pour lui, la psychologie devait intégrer toutes les différentes fonctions de la psyché humaine en un tout harmonieux. L'affirmation de la dimension spirituelle de la personne, c'est-à-dire du soi "supérieur", "profond" ou "transpersonnel" est essentielle à la psychosynthèse. Ce Soi supérieur est considéré comme une source de sagesse, d'inspiration, d'amour inconditionnel, et de volonté de donner du sens à notre vie.
La psychosynthèse prend pour base que nous participons à un univers ordonné et structuré qui veut faciliter l'évolution de la conscience. Cela implique que la vie de chacun a un but et un sens et qu'il est possible pour l'individu de découvrir. 
 

Roberto Assagioli dit les choses ainsi: "La Psychosynthèse est un processus vital et dynamique, menant à des conquêtes intérieures toujours nouvelles, à une intégration toujours plus large"
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire