mercredi 11 octobre 2017

Le style ou la substance?

« Nous devons savoir que le style ne peut pas remplacer la substance, il ne peut pas en être un substitut. Le style est vraiment basé sur l’aspect extérieur et fait donc tellement illusion. C’est si trompeur et si externe qu'il nous induit en erreur aussi, il nous trompe aussi.
Par exemple, si nous voyons, sentons que nous appartenons à une classe, ou quelque chose comme ça- il y a aussi une grande conscience de classe- si vous commencez à penser aussi: "Nous appartenons à une classe", alors, Je veux dire, il faut savoir qu’appartenir à une classe, c'est une chose vraiment créée par les hommes. Si vous dites: "J’appartiens à une classe", cela signifie que cela vient de l'homme, ce n'est pas bien. Les façons du Divin font que le Divin n'a pas toutes ces différenciations.
Appartenir à une "classe de Sahaja Yogis", cela veut dire que par votre contentement, en vous-même, vous avez de tels pouvoirs que vous pouvez faire face à vous-même avec joie et que vous avez la joie, que vous vous connaissez vous-même. C'est cela appartenir à une classe selon Sahaja Yoga, ce n’est pas la façon dont vous vous habillez ou comment vous parlez de la manière de tenir sa fourchette, sa fourchette et sa cuillère, ce n'est pas cela. Donc, le style auquel nous pensons n'est pas un substitut pour le contenu (contents).
Maintenant, cette approche va bien avec notre culture basée sur l’aspect extérieur, sur la nécessité de ne pas exprimer ses sentiments - vous voyez que c'est une autre absurdité qu'ils nous ont apprise dans ce pays.
C'est totalement absurde, absolument absurde: "Il ne faut pas exprimer ses sentiments et il faut rester posé" vous voyez. Et disons, quelqu’un est décédé, quelqu'un est mort chez un ami - Je veux dire dans notre cercle d’amis- et M. Shrivastava s’est rendu là-bas. Dieu merci, Je n'avais pas de sari noir alors Je n'y suis pas allée. Car il faut s’y rendre avec un sari noir, avec une blouse noire et tout le reste en noir, des bracelets noirs. Et J'ai dit: "Baba! Je n'ai pas toutes ces choses en noir, alors que faire?"
Je veux dire en quoi est-ce important? La personne est morte, maintenant elle ne voit pas si vous êtes en noir ou en rouge. Rires Vous voyez?
Mais une chose est sûre, si vous portez quelque chose, vous voyez, quoi que vous portiez, vous exprimez votre intérieur, la substance qui est en vous, le fait que vous soyez très triste et très malheureux….

Donc, toutes ces idées, vous voyez, chaque pays a des sortes de conditionnements et nous devons prendre conscience de ce que sont nos conditionnements. Ensuite, nous allons bien, parce que nous devons casser tous nos conditionnements dans chaque pays. La meilleure chose, à propos de Sahaja Yogis, c’est qu'une fois qu'ils deviennent Sahaja Yogis, ils voient les problèmes de leur propre pays. C'est la meilleure chose, et ils rient des gens qui y sont.
Pourtant, nous devons savoir qu'il pourrait y avoir des choses subtiles restant cachées en nous, parce que, dans las de Gavin, vous pouvez maintenant voir clairement les choses. Vous voyez, il avait un style, il avait toujours un style pour tout. Pour le puja il aura un style, pour ceci il aura un style, pour cela il aura du style. Donc, Je doutais un tout petit peu de lui, vous savez. J’ai demandé: "Pourquoi s'inquiète-t-il tellement du style et des manières?" Je veux dire, pour les moindres petites choses.
Même pour porter un habit indien, il pensera à un style: "Quel style est-ce?" J'ai dit: "Tu vois, nous (les indiens) n'avons aucun style. Cela, nous le portons depuis des siècles! Maintenant, pourquoi s'inquiéter du style que pouvons-nous avoir? Nous n'avons pas de style Géorgien, ce style-ci ou ce style-là. Il n’y a qu’un seul style: c'est un kurta, c'est tout. "
Comme ça, voyez-vous, il s'inquiétait davantage du style qu'il portait (que du reste). Et c'est pourquoi Je dis que nous devons comprendre qu’un style ne peut pas se substituer à la substance. Faites attention. »
Shri Mataji Nirmala Devi, 8 nuit du Navaratri, Margate, Royaume-Uni, 06/10/1989
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire