samedi 29 juillet 2017

Taquiner tout en douceur

Shri Mataji: Une autre question?
Sahaja Yogi: Est-ce bien de blesser les gens pour leur propre bien, Mère?
Shri Mataji: Vous voyez, ce problème se produit lorsque vous n'êtes pas le tout, d'accord?
En supposant, comme Je vous l'ai dit, que vous soyez le tout, qui est l'autre?
Ensuite, vous allez- même si vous devez être blessant- par exemple, si du sang sort de mon pouce, Je vais appuyer fortement pour arrêter le sang. Cela va être douloureux, mais il faut user de discernement: Je suis en train de perdre du sang qui est précieux, beaucoup plus précieux que cette petite douleur. Mais il faut atteindre ce discernement.
Vous voyez, avec Sahaja Yoga, vous êtes libres de développer votre sens du discernement. Et une fois que vous le développerez, progressivement, vous saurez quoi faire. Au début, vous ferez du mal, c’est sûr, parce que vous êtes habitués à cela. J'ai vu que les gens ici ne font que crier les uns sur les autres. Dès qu'ils se voient, ils se mettent à s’aboyer les un sur les autres.
Partout, où que vous alliez dans tout le pays, n'importe où, ils se mettent à aboyer pour un rien. J'ai été surprise. Je suis allée à Pune, là bas, tout le monde crie sur tout le monde, vous savez. Qu'ils soient saouls ou pas, cela ne fait aucune différence – ils sont dans le même état.

Mais après la Réalisation, vous dites les choses car vous vous sentez concernés, vous vous inquiétez. Mais vous les dites d’une certaine façon qui vous fait obtenir des résultats. Vous voyez ce que Je veux dire? Voilà les critères, il vous faut obtenir des résultats.
Mais, supposons que quelqu’un vienne pour la première fois, et que vous lui dites: "Vous êtes un bhoot (mauvais esprit)". Alors, naturellement, il sera blessé! C’est très commun. Shri Mataji rit
Dès le premier jour, quelqu'un vient et vous lui dites: "Vous êtes un bhoot." Je veux dire, Dieu merci, il ne comprendra pas le sens du mot "bhoot", alors ça ira! Shri Mataji rit
Mais d'abord, pensez à être doux, corrects, attentionnés, gentils. Voyons, trouvons des façons de faire, des méthodes. Une très bonne façon, c'est, le soir, d'écrire combien de choses agréables vous avez dites dans la journée.
Pas comme ces choses agréables que nous disons: "Tu es magnifique" et le reste. Pas ces choses superficielles qui pourraient dorloter l’ego. Mais ces mots très doux, vous savez, ces choses, disons qu'il y a de très bonnes paroles, comme lorsque l’on dit: "Avez-vous assez chaud?" C’est une façon très douce de poser une question.
Alors, c'est très simple, mais vous pouvez parler comme ça. Mais c’est même très difficile pour les gens de dire cela, Je l’ai vu. S'occuper du confort de l'autre: si quelqu'un est assis et qu’il désire de l’eau, s’il n’est pas très bien assis, empressez-vous de lui donner de l'eau. "Oh, c’est trop ! Oh, mon Dieu! Vous m’avez donné de l'eau!"…

Pensez à ce que vous pouvez faire pour les autres. Et aussi, parfois, il n’est pas mauvais de taquiner, parfois, les asticotages sont bien, mais c’est une sorte de doux rapport, vous voyez, entre vous, même le sentiment de pouvoir le faire. C’est un travail de maître, c'est un travail de maîtrise, voyez-vous. Ceux qui en ont la maîtrise peuvent le faire, ceux qui ne l’ont pas, ne pourront pas faire comme ça, ils seront de nouveau blessants. En fin de compte, ils finiront par blesser les autres ou se battre ou donneront des coups.
Mais ceux qui sont maîtres (en taquinerie) feront les choses tellement bien que, vous voyez, ce sera une relation très douce; cela s'appelle "madhurya", c'est-à-dire sans convoitise, sans avidité. C’est une relation si douce et la joie sera effervescente. Toutes ces perversions et toutes ces choses s’effaceront, il ne restera qu’une relation très douce. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Terre Mère, Surbiton, Londres, 21/08/1983

Madhurya, c'est ce qui caractérise les relations que Shri Krishna entretenaient avec les gopis et les gopas. C'est une relation douce et enjouée. 
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire