vendredi 5 mai 2017

Sans lumière, l'évolution de la conscience peut mèner à la haine

« Aujourd'hui, nous nous sommes rassemblés ici pour faire le puja du Sahasrara. Sahasrara- le mot "Sahastr" en sanscrit signifie un millier et dans notre cerveau, il y a mille pétales qui deviennent illuminés. Bien sûr, les médecins se querellent à ce sujet, mais oubliez-les.
Or, ces pétales se tiennent prêts pour notre illumination et ce sont vraiment les nerfs, un millier de nerfs, qui sont là pour l'illumination du cerveau. Donc, lorsque la Kundalini s’élève, elle illumine ces mille nerfs qui deviennent, comme vous le voyez ici, de la forme de ces flammes, comme des pétales. Et c'est pourquoi cela s'appelle le Sahasrara, c’est le centre du Sahasrara.

Chez les êtres humains, c'est un centre très important car c'est le seul centre par lequel on pense et on essaye d'arrêter ce qu’on n'aime pas. C'est le centre qui réagit, qui réagit de telle manière que, sans aucun discernement, on commence à dire "non" à ceci, "non" à cela, concernant des choses élémentaires aussi. Par exemple, quelqu'un pourrait dire: "Je n'aime pas ce tapis, je n'aime pas cette maison, je n'aime pas ça." Ce langage montre en lui-même que: "Qui êtes-vous? D'abord, découvrez-le!" Mais vous ne pouvez pas devenir vous-même tant que ce Sahasrara, ce cerveau n’est pas ouvert et que la Kundalini ne s’est pas unie à la Param Chaitanya.
Avant cela, vous êtes totalement ignorants de ce qui est bon et de ce qui est mauvais. Tout ce que vous pensez être bon pour ce cerveau, vous le faites. Mais vous ne savez pas ce qui est vraiment bon, vous ne le savez pas, parce que vous ne connaissez pas la réalité. Maintenant, il nous faut comprendre la conscience, la conscience d'être en vie, la conscience de tant de choses que nous avons et la soi-disant connaissance que nous avons à propos de tout. Pour votre information, toute cette conscience est stockée près du foie par le diaphragme.
Mais ensuite, cette conscience commence à s’élever de plus en plus, puis vous devenez conscients, suivant le processus évolutif, vous devenez conscients, conscients des choses. Sans passer par le cerveau, vous êtes conscients. Et comment? Non pas par la pensée, non par la compréhension ni par la vision, mais vous devenez conscients car votre cerveau s’est mis maintenant à fonctionner d'une manière très, très sensible.
Vous devenez donc conscients d'une sorte de peur, ou peut-être d’une sorte de bonté ou d’autre chose.

Mais cela va encore plus loin, l'avancement de la conscience va jusqu'au stade où vous commencez à aimer une personne ou à ne pas l’aimer. Mais encore, il n'y a rien de certain ni de sûr. Vous n'aimez pas une personne car elle a un type particulier de visage, ou peut-être ses yeux ou n'importe quoi d’autre.
Ou peut être, si vous avez connu quelqu'un qui a été très gentil, vous commencez à transférer cette image sur d'autres. Avec ce transfert d’images, vous pouvez détester ou aimer quelqu'un. Puis vous vous mettez à dire: "Je déteste ceci, je déteste ça", ce qui n'a pas en fait de sens réel. Vous avez de la haine parce que, peut-être, il se peut que telle personne ressemble à telle autre.
Maintenant, vous allez encore plus loin, puis vous voyez que telle ou telle personne - maintenant Je ne parle pas de choses, mais de personnes - telle et telle personne m'a fait du mal…Ainsi vous commencez à penser que vous devriez haïr cette personne. Maintenant, vous commencez à haïr cette personne. Par cette haine, vous développez de nouvelles facultés sur la façon de nuire à cette personne. Ensuite, vous commencez à penser à comment détruire cette personne, comment lui rendre la vie dure. Ensuite, vous pouvez la battre, lui crier après, vous pouvez essayer de la tuer, vous pouvez tout faire. Car alors la conscience va dans une autre direction, qui est l'obscurité, qui n'est pas la lumière. Parce qu’avec la lumière, vous ne feriez pas une telle chose...

Les animaux n’agissent pas ainsi, les animaux ont des limites. Les animaux, s’ils voient que quelque chose ne va pas, que quelque chose leur nuit vraiment, ils attaqueront ou s'enfuiront. Mais ils ne garderont pas une sorte de haine, ni autre chose. Mais ils peuvent conserver une impression de peur, peut-être une sorte de mal qu’on leur aurait fait.
Mais les êtres humains ne sont pas comme ça. Les êtres humains n'ont pas (besoin) de raison particulière, en tant que telle, pour détester quelqu'un. Mais pourquoi cela fonctionne-t-il, c’est parce qu'ils s’identifient à leur ego. Quelqu’un d’égocentrique estime qu'il a le droit de faire ce qu'il veut. Il peut tuer quelqu'un, il peut bombarder n'importe qui, il peut faire ce qu'il veut. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Sahasrara Puja, Cabella, Italie, 09/05/1999
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire