mardi 16 mai 2017

L'élément éther

« L'élément éther ou ciel a été créé à partir de l'essence causale de la voix de l’Adi Shakti. Tous les sons de ce monde sont créés par une percussion. Le son des cascades, le fracas des rivières, et la poussée des montagnes sont tous sous l’influence de Tamo Guna (canal gauche), l’humeur de désir.

Le déplacement de Pranava dans la Kundalini Primordiale crée deux types de sons : le premier c'est celui de son ascension à travers les chakras. Le second, en perlant des différents pétales des chakras, crée différents sons. Le son venant de son élévation est le son de la Pranava unifiée, l'autre provient de la Pranava fractionnée.

Les sons produits par l'homme, comme ceux des instruments de musique et ceux émis par la voix humaine pour le chant, sont sous l'influence de Rajo Guna (canal droit).
L’énergie matérielle d’un son devient vraiment divine, dès lors qu'une âme Réalisée le crée au moyen de percussion ou par sa voix. Par exemple, si une âme non Réalisée psalmodie des mantras ou s’adresse aux Divinités, la communication avec ces Divinités se brouille, et Elles se mettent très en colère contre ces pratiques non autorisées. L’homme doit comprendre qu'il existe un protocole pour approcher le Divin: l'ignorance n'est pas une excuse. Par exemple, si une âme non Réalisée ne cesse de psalmodier le nom de Shri Krishna, la personne peut développer des problèmes de gorge, et, même finalement un cancer de la gorge. Les âmes ou yogis Réalisés qui invoquent les Divinités dans les temples ou lors de l'adoration de Dieu, produisent des sons qui transportent ou reflètent les vibrations divines.
Les mantras sont des sons divins et la langue poétique des Écritures saintes est basée sur une expression totalement divine de l'élément sonore.  
La prière du Notre Père et les "namaz"(prière musulmane) sont de purs mantras. Les Écritures avestiques des parsis (les disciples de Zoroastre) et les "shlokas" sanscrits des hindous sont tous des paroles divines qui véhiculent des vibrations divines. Si ces mots sont prononcés par des personnes non Réalisées, ils n'ont pas de sens et ne permettent pas de se connecter à Dieu. S’ils sont prononcés par des blasphémateurs, ceux-ci peuvent être victimes de la colère des Divinités. Ces personnes peuvent tomber dans les royaumes du subconscient ou du supraconscient. La Puissance divine, l'Énergie intégrée, est exprimée par le Verbe, également connu comme étant le AUM ou le Logos ou "Anahalk".
Il est très difficile pour un scientifique, qui ne traite que de la puissance matérielle, de comprendre la Puissance divine. Il devrait comprendre que le jeu de la création ne concerne pas seulement le pouvoir matériel: il inclut aussi la Puissance divine et le pouvoir d'incarnation et contient un aspect qui aime, un aspect qui pense, un aspect qui créé, et en dernier lieu l'aspect matériel. La création possède toutes les humeurs amoureuses d'un être humain formidable. L'Adi Shakti a créé la Nature (Prakriti) comme l'expression romantique de son amour envers son Seigneur, Dieu Tout-puissant, et aussi comme l’expression de l'amour qu'elle éprouve envers ses enfants et la création elle-même. La création ne se compose pas seulement de matière desséchée, insipide, insensible, de matière morte, ou bien d'énergie matérielle comme l'électricité.
Toutes les Incarnations de l’Adi Shakti, aux différentes étapes de l'histoire, ont été accompagnées par les Divinités correspondantes. Ces Divinités se sont également manifestées par des incarnations humaines. En se servant de ces diverses Divinités et de ces différentes Incarnations, l’Adi Shakti a transformé sa Puissance divine omniprésente en différentes humeurs, tout comme la sève qui circule à l’intérieur de l'Arbre de Vie forme les racines, les branches, les fleurs, les graines et les épines. Les différentes Divinités sont responsables de la transformation de cette Puissance divine en différentes humeurs d’activité (ou gunas). »
Shri Mataji Nirmala Devi, chapitre 14 sur les Puissances de l’Adi Shakti, Le Livre de l'Adi Shakti, écrit entre 1975 et 1977 (?), publié en anglais le 09/2013

"Anahalk" est resté introuvable dans les textes de Shri Mataji. Or, il apparaît deux fois dans le chapitre 14 du Livre de l’Adi Shakti. Il s’agit sans doute d’une mauvaise orthographie. 
Voici deux hypothèses à son sujet : 
1)Anahalk pourrait être une déformation d’un nom de l'Adi Shakti : "Alakh" ou "Alakh Niranjana" qui signifie non visible, mais perceptible (vient du mot sanscrit "Alakhshya") donné par Guru Nanak et aussi propagé par Gorakhnath et la tradition Nath. (Voir pp, octobre 1979, Caxton Hall, juin 1996; conférence médicale New Dehli 1996, pp Royal Albert Hall 1996).
2)Il viendrait du grand Saint soufi Mansur Al-Hallaj, qui disait : "Anal Haq" ce qui veut dire "Je suis la Vérité". La Vérité étant un aspect de Dieu, cela a ensuite signifié "Je suis Dieu". Une meilleure typographie pour "Anahalk" est alors "Anal Haq". 

C’est la meilleure hypothèse soutenue d'ailleurs par l'érudit Dan Costian, car "Ana halk" appartient au paradigme des noms de l’Adi Shakti:
« Le pouvoir de l’Adi Shakti, la forme complète et intégrée, c’est Pranava (appelée aussi "rûh" ou "souffle de vie", l’Anahalk, le "rukh", l’"Omkara" ou le Saint-Esprit). Ainsi, on peut comprendre comment l'AUM (Pranava) se compose des trois formes distinctes de A, U et MA. Ces pouvoirs sont la Puissance Matérielle, la Puissance d’Existence, la Puissance de Subsistance.»
Plus sur:
http://soufis-sahajayoga.blogspot.fr/search/label/Al%20Hallaj
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire