dimanche 19 mars 2017

Parlez le language que les journalistes comprennent

« Nous devrions avoir un organisme officiel, officiel, de gens qui s’occuperont de l’aspect journalistique. Appelez-le par n'importe quel nom. Ils s’appellent- en Amérique, Je leur ai donné le nom de Golden Age International (L’Age d'or International).
Donc, vous avez un organisme officiel, ensuite vous devez avoir un système de cartes appropriées, voyez-vous, et une sorte d'application, quelque chose, une lettre d'introduction. C'est vraiment un travail pour Krishna, vous voyez, un travail très subtil de Shri Krishna. C'est pourquoi nous devons avoir des gens très intelligents dans ce domaine, plutôt malicieux. Trop d'honnêteté, de soi-disant honnêteté face à ce monde totalement malhonnête, ne nous mènera pas à des objectifs plus élevés. Donc, pour atteindre des objectifs plus élevés, vous devez sacrifier ceux qui leur sont un peu "inférieurs", comme, voyez-vous, celui de dire: "Nous ne devrions avoir que le nom de Sahaja Yoga et nous devrions nous présenter que comme des Sahaja Yogis". On peut se retrouver en prison si vous commencez comme ça. Donc, prenez une autre forme.
Maintenant, prenez une forme, avec un message approprié: "Nous sommes ici pour contacter toutes les personnes qui ont des alternatives, pour créer l'âge d'or". Donc, d'un côté, nous aurons un visage, nous aurons un visage par lequel les gens penseront que vous êtes tous des gens neutres et vous pourrez les aborder directement....Maintenant, après avoir cette forme, d'un côté, vous aurez un visage grâce auquel vous pourrez rencontrer des gens, vous pourrez les atteindre facilement. Vous aurez vos propres cartes, vous leur enverrez ces cartes, vous serez des responsables de Golden Age International. Portez un habit formel, n’y allez pas habillés comme des hippies.
Parce que nous avons essayé des méthodes directes, elles ont échoué. Et nous devons sauver le monde, c'est notre travail, c'est l'objectif réel le plus élevé qu’il nous faut atteindre. Vous devez les sauver coûte que coûte. Autrement, ils seront tous finis. Si vous ne pouvez pas leur sortir la tête de l'eau en les tirant par la main, utilisez un crochet pour les faire sortir. Rires.
Ce sont des gens inutiles, aveugles, absurdes, ils ne veulent pas voir de quoi il retourne. Que faire? Bien. Donc un côté vous aurez un visage, de l’autre, vous serez toujours en contact avec d'autres qui essaient de créer des alternatives. D’autres gourous, de faux gourous, autre chose. Donc, très habilement, vous les amènerez à Sahaja Yoga. C'est un comportement de chroniqueur de cinquième colonne….
Aucune méthode simple ne va marcher avec ces gens rusés, extrêmement rusés. Les journalistes ici sont des gens très rusés, extrêmement rusés.
Donc, maintenant que vous êtes devenus des responsables officiels, vous pouvez aller voir tous les journaux, tous les éditeurs. Vous devez porter des costumes noirs, pleins de costumes, avec des lignes blanches, vous voyez, et huiler votre tête.
Rires.
S'ils sont purement anglais, c'est l’idéal. Je veux dire qu'un peu de sang mixte peut être bien, mais pas trop. Mais ne prenez pas un Écossais pour parler à un éditeur anglais. Voyez, il y a une partialité fondamentale, des différences, il existe des préjugés. Donc, le mieux, c’est de prendre un Écossais pour l'Écosse, non? Et parler avec un petit accent (snob). Ce sont des gens stupides vous dis-Je.
Tout cela se fait, imaginez, au niveau du Vishuddhi. Vous imaginez? C'est le travail du Vishuddhi, il y a tant de styles. Ce n'est pas seulement que vous devez en parler, mais cela doit passer partout via ces médias qui ne sont rien d'autre que des Vishuddis, car les journalistes doivent être témoins des choses et doivent les révéler en élargissant le message. Ils sont censés faire ainsi, ils sont là pour ça. Donc, s'ils ne le font pas, il vaut mieux utiliser l'autre aspect (du Vishudhi): moquez-vous d’eux et utilisez-les, car ils ne sont là qu'à cette fin de communication. Pourquoi Dieu les a-t-il créés et les a mis dans cette position? Pensez-y simplement. Comment ont-ils obtenu ces médias, pourquoi Dieu les leur a donnés? Pensez-y simplement. Ils font toutes sortes d’absurdités, ils gaspillent l'énergie des gens dans des entreprises inutiles. Ils ne veulent pas faire le travail de Dieu, alors il vaut mieux les faire un peu marcher et les amener à le faire. C'est ce qu'ils méritent. »
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation sur les media, Brighton, Angleterre, 16/08/1982

Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire