mercredi 8 février 2017

Lorsque Nirmala cherchait

« Il y a longtemps, de nombreuses occasions se sont spontanément présentées à moi où J'ai eu à donner des conférences devant un large public, c’est à dire devant des milliers de personnes. Il y a eu un incident en 1930 au moment où Gandhiji faisait un jeûne.
Mon père était aussi un bon orateur, vous devez en avoir entendu parler. Mais il devait quitter la maison à cause d'un travail important. Alors tout le monde a commencé à dire: Monsieur Salve, si vous ne voulez pas donner de conférence alors toutes les personnes vont se mettre à courir. Comment faire? Il a répondu: "Mon frère, je pars, tout simplement. Voici ma fille et je la laisse en tant que garantie: je pars et quand je reviendrai je donnerai un discours."
Mais il était très tard et il n'est pas revenu. Tout le monde a dit: "Il n'est pas encore revenu et a laissé sa fille comme garantie. Maintenant, que va-t-il se passer? Qui va faire le discours? Et il y a des gens de Chitnis Park, s'ils se mettent en colère, ils vont se mettre à jeter des pierres."
Un monsieur assis là, a proposé: "Pourquoi ne pas demander à sa fille de prononcer un discours?" Alors on m'a demandé de le faire. J’ai dit que J’allais le donner.
A ce moment-là, Je n'avais que 7 ans. S'il y a des gens de cette époque, ils doivent se rappeler que J'ai donné un discours d’15 à 20 minutes. J'ai raconté l'histoire du mariage des poupées (gudda-guddi). Maintenant, Je pense, après tant d'années, Je viens avec un nouveau sujet parmi ma propre famille, mes propres frères et sœurs. Un peu de vieux souvenirs me reviennent aussi.
Depuis l’enfance, ce que Je connaissais le mieux, Je n’ai jamais eu la chance de pouvoir en parler. La raison c’est que quelqu’un qui est né au dixième étage d’un immeuble, qui connaît les choses du dixième étage, que peut-il dire à ceux qui sont au premier étage? Même s'il dit quelque chose, personne ne le croira.
Dès ma tendre enfance, J'en ai parlé avec mes parents, surtout avec mon père avec lequel nous discutions beaucoup de religion. Mais J’ai constaté que lui aussi pensait que cette connaissance ne pouvait se partager avec personne.
Par exemple, M. Barin, qui est un avocat local, m'a beaucoup enseigné durant l’enfance. Lui aussi me connaît très bien ainsi que mes frères et sœurs et beaucoup de gens ici qui étaient en relation avec mon père. Je considérais qu'aune de ces personnes ne pouvaient pas comprendre mon point de vue. Ce n'était donc pas le bon moment pour discuter de ces choses. Au minimum, ces personnes devraient atteindre le premier étage – le cinquième étage, ensuite, un peu de mes discours pouvaient pénétrer leur esprit. Parler de ces choses soudainement aurait amené les gens à penser que cette personne était folle de parler ainsi et à se demander quel bénéfice ils auraient bien pu en tirer.
J'étais moi-même trop impliquée dans la même recherche pour découvrir quel étaient les problèmes des êtres humains et comment il fallait les résoudre.
Vous serez surpris d’apprendre que J'avais l’habitude de beaucoup méditer depuis l'enfance. Et lorsque nous vivions à Mount Road, aussi, J'ai entendu dire qu’un beau jardin avait été construit (un jardin Zen) et qu’un temple à Marie avait été installé. J'avais l’habitude de m’y rendre et Je méditais pendant des heures à ce sujet. Je pensais que l'être humain est dans la confusion, qu’il a un problème. Il n'y a qu'un seul problème, et c’est normal, car Dieu a fait cet Univers entier et a créé cette lila (le jeu divin): pourquoi?
C’est comme lorsqu’un jeu se déroule et que l’homme concède qu’il doit jouer ce jeu très sérieusement. "Suis-Je le seul?" Par exemple, il y a un homme à qui on dit qu’il doit devenir Shivaji et jouer le rôle de Shivaji. Puis, il commence à penser qu’il est vraiment Shivaji lui-même. Alors, comment lui ôter cette folie? C'est vraiment un problème parce que tout le monde pense que nous sommes ce que nous sommes, et que nous sommes les seuls! En plus, ils ne peuvent s’imaginer qu'ils pourraient être autres que ce qu'ils sont. Et quand il n’y pense pas, qui voudra en apprendre à ce sujet? Tout le monde croit que la pièce qui se joue est la vérité ultime. Si vous parlez aux enfants, les enfants considèrent le monde entier comme un jeu….
Quand les Britanniques gouvernaient ici, ils vivaient dans la grande illusion d'être des Britanniques et les autres des Indiens. Ils avaient oublié qu'ils étaient eux aussi des humains tout comme les autres et voilà une très grande vérité.
La vérité, c’est comme ceci: voici un doigt et de la même manière voilà un autre doigt, puis un troisième, un quatrième, un cinquième, ce sont les doigts d'une seule main. Mais cette main fait aussi une partie d'un seul corps. Nous sommes tous étroitement liés, c'est une grande vérité et c'est un fait réel. Mais si ce doigt pense qu’il est séparé des autres et s’il essaie de comprimer les autres, s'il essaie de les mordre, si mes dents se mettent à mordre mes jambes- c’est ce genre de choses que Je voyais dans ce monde. Je ne pouvais trouver la façon de convaincre ces gens que "Regardez vous ne faites qu’un!" Par conséquent, il était nécessaire que chacun sente que sa propre douleur pouvait être ressentie par l’autre et vice versa. Mais alors, que fallait-il faire? Car Je sentais cela et Je connaissais le problème....C'était la grande question que J'avais en tête. Par conséquent, J'ai étudié un peu la médecine pour comprendre ce qu'est un être humain. »
Shri Mataji Nirmala Devi, programme public, traduit de l’hindi, Nagpur, Maharastra, 1973
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire