vendredi 6 janvier 2017

Jhansi Ki Rani ou Lakshmibai

« Les historiens indiens ont rendu un grand hommage à leur reine Lakshmibai, en disant que le sol même de Jhansi était sanctifié par le sacrifice héroïque de sa reine. Cette histoire lui rend hommage.
Lakshmibai est née le 19 novembre 1835 à Varanasi Kashi dans le district de Satara, au sein d’une famille de brahmanes. Elle perdit sa mère à l'âge de 4 ans et suivit des études à la maison. Lorsqu’elle eut 13 ans, son père alla travailler à la cour du roi, le maharaja de Jhansi. Puis elle fut mariée à Gangadhar Rao, le roi de Jhansi, à l'âge de 14 ans. Après son mariage, on lui donna le nom de Lakshmibai.
Grâce à l'influence de son père à la cour, Rani Lakshmibai jouissait d’une grande indépendance par rapport aux autres femmes, qui restaient normalement confinées chez elles. Elle étudia les arts de combat, habituellement réservés aux hommes: la légitime défense, l’équitation, le tir à l'arc. Elle forma même sa propre armée avec des amies de la cour.

Lakshmibai donna naissance à un fils en 1851, mais cet enfant mourut à environ quatre mois. Après la mort de leur fils, le roi et la reine de Jhansi adoptèrent Anand Rao, le fils du cousin du roi. Cependant, son mari ne se remettait pas de la mort de leur fils biologique. Il décéda de chagrin le 21 novembre 1853. Le jour de la mort de son père adoptif, Anand Rao fut alors renommé Damodar Rao.
Mais le Gouvernement britannique refusa de reconnaître Damodar Rao en tant qu’héritier du royaume. Comme il avait été adopté et n’était pas biologiquement lié au Raja, la Compagnie des Indes, dirigée par Lord Dalhousie, réussit à rejeter la demande légitime de Damodar Rao à accéder au trône. Lord Dalhousie, agissant dans l’intérêt du Gouvernement britannique, annexa ensuite Jhansi, prétextant que le trône était devenu vacant et mit ainsi Jhansi sous sa protection. En mars 1854, la reine reçut l’ordre de quitter le palais pour aller vivre au fort de Jhansi. L’État de Jhansi fut alors annexé à l’administration britannique et une misérable pension fut versée chaque mois à la Reine.

Pendant ce temps, l'agitation commençait à se répandre dans toute l'Inde et, en mai 1857, les premières révoltes pour l'indépendance de l'Inde éclatèrent dans de nombreux endroits du Nord. Or, la reine Lakshmibai bouillait d’un fort sentiment de patriotisme et était impatiente de secouer le joug britannique. Elle rejoignit rapidement l'insurrection et proclama son autorité sur l'ensemble de son Etat. Elle dirigea elle-même son armée et alla jusqu’à revêtir un uniforme militaire.

La reine de Jhansi renforça ses défenses en rassemblant une armée de volontaires. Les femmes reçurent également une formation militaire. Mais la reine était consciente de l'ampleur de la tâche qui l’attendait : sans une armée organisée, les Britanniques ne pouvaient pas être renversés. Elle unit alors ses forces à celles du puissant commandant Tatia Tope et se mit à recruter des soldats dans tout le pays. La Reine travaillait sans relâche, sélectionnant les hommes, supervisant les troupes. Elle faisait preuve d’une grande aptitude et était douée du génie militaire. C’était une véritable héroïne pour ses propres soldats. Les rébellions se multiplièrent et les Britanniques, ne sachant plus où donner du fusil, furent contraints de se concentrer ailleurs, sur d’autres fronts. Lakshmibai eut les coudées franches et se retrouva seule à s’occuper de Jhansi. Grâce à un commandement sans faille, Lakshmibai fut en mesure de garder Jhansi relativement calme et paisible, au milieu de l'agitation de l'Empire.

Puis lors d’une attaque-surprise audacieuse, les forces combinées de la reine et du commandant prirent l'imprenable fort Gwalior, avec ses vastes réserves d'armes et de munitions. Le maharaja de Gwalior s’enfuit pour sauver sa vie, mais la plupart de ses soldats se rallièrent à la force de la reine Lakshmibai. Les Britanniques furent naturellement fort surpris de voir une attaque aussi audacieuse. Ils commencèrent à avoir peur de cette reine aussi téméraire. Alors, ils firent revenir sur-le-champ leurs meilleurs cavaliers qui avaient combattu à Balaclava lors de la guerre de Crimée, et les lancèrent face aux troupes de Lakshmibai.
Les Britanniques étaient équipés d’un arsenal bien plus moderne que celui de l’armée de la reine, dont les armes ne faisaient pas le poids face à celles des envahisseurs. Malgré cela, les forces de Jhansi combattirent jusqu'au dernier homme.
Sur son cheval, la reine résistait vaillamment et ne voulait pas s’arrêter. Seule une balle eut raison de son courage. Blessée, elle tomba au sol et cessa le combat.
Le général Rose, qui avait combattu contre elle de nombreuses fois, eut pour elle ces mots célèbres:
"De tous les combattants, le chef le plus brave et plus vaillant des rebelles était sans aucun doute la reine de Jhansi!" »
Plus sur:


Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire