dimanche 4 décembre 2016

Shri Krishna ne pardonne pas


« La première moitié de sa vie, Shri Krishna l’a passée à Gokul et à Vrindavan où il a démontré la belle expression de son caractère en créant ce qu’il appelle la lila (le jeu divin), liladhara. Celui qui a dit que vous devenez un témoin: "Vous êtes témoins du monde entier comme d’une dramaturgie", sakshi swarupa. Et puis, une fois que vous voyez le monde entier tout comme un enfant le regarde, avec sa gaîté et sa joie enfantines, vous profitez pleinement de la vie. Cela vous est arrivé à vous, vous êtes devenus tels les citoyens de Vrindavan et de Gokul, vu la façon dont vous êtes dans la joie, dont vous appréciez la compagnie de chacun, jouissant de la béatitude de Dieu. Puis il a démontré aussi, en tuant Kaliya, en tuant Putana et d'autres personnes, que si quelqu'un essaie de déranger des enfants de Dieu aussi joyeux, c’est lui qui ira indéniablement les protéger et tuer toutes les forces du mal qui importunent.

Mais plus tard, il devient le roi, et quand il devient le roi, il utilise ses pouvoirs d'une manière différente. Tout d'abord, voyez-vous, son propre oncle, membre de sa propre famille, son propre oncle, le frère de sa mère, c’était Kansa, et c’était un homme très mauvais. Alors Shri Krishna ne l'a pas épargné. Il l'a tué. Il a tué tant de gens! Avant de devenir roi, il a tué beaucoup de gens.
Or, que signifie qu’il ait tué son propre oncle? Une de ses caractéristiques, que le Christ avait, peut-on dire, ou que beaucoup de saints possédaient, c'est le pardon: Krishna ne croyait pas au pardon. C’est le seul qui a dit: "Je dois punir. Il nous faut quelqu'un qui devrait punir aussi."
Si vous êtes comme Shiva, Shiva aimait même jusqu’aux rakshasas et, dans son innocence, leur donnait aussi des bénédictions. Mais Shri Krishna ne croyait pas du tout au pardon, parce qu'il était important qu'il y ait quelqu'un à l’esprit très strict, à l’entendement très sévère qu’un démon est un démon, et qu’un démon doit être tué.

Il a dans sa vie, si vous voyez, tué tant de personnes! Cela ne veut pas dire que nous avons le droit de tuer quiconque. Il était Shri Krishna; nous ne le sommes pas. Nous devons pardonner parce que nous sommes des êtres humains. Une fois que nous pardonnons, nous transférons toute notre colère, toute intention de se venger, à Shri Krishna. Il s’en charge. Une fois que vous dites: "Je pardonne", alors il s’en charge parce qu'il ne pardonne pas. Il prendra immédiatement votre relais et si c’est justifié, s'il le faut, il punira ceux qui tourmentent les saints, qui détruisent le dharma.
Maintenant, il est très surprenant que quoi qu’une personne puisse prêcher, ce champs devienne tout le contraire de cette prêche. C’est très surprenant.

Par exemple, nous avons dit que le Christ disait: "Tu n'auras pas d'yeux adultères." Les chrétiens sont les pires du point de vue du regard.
De même, dans la religion hindoue, il est dit que chacun possède l'Esprit. Pourtant, les Hindous croient aux différentes castes et communautés et se battent entre eux.
Tout ce qui a été prêché, c’est tout simplement l’opposé qui est suivi.
Si vous lisez, même le Coran, dans le Coran, le Prophète Mohammed a tout le temps parlé de "Rahmat", qui signifie la miséricorde. Mais vous ne la trouvez nulle part. Il n'a pas parlé de la charia, Il n'a pas parlé des nombreuses choses qui sont pratiquées par des musulmans, juste de leur propre fait. Il n'a jamais dit que les femmes devaient se couvrir le visage ou se couvrir la tête, mais cela a été mis en pratiqué et ce n’est pas une pratique, mais une vengeance.
Donc ce que cela nous apprend, c'est que quoi qui ait été prêché, les gens essaient de faire tout juste le contraire. Et quand de telles choses arrivent, le dharma décline. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Krishna Puja, Cabella Ligure, 15/08/1993

Le mot charia (ou ses dérivés : charʿ et chirʿah) est cité dans le Coran comme étant la voie à suivre pour les musulmans. Ces règles se réfèrent aux Dix Commandements de Moïse et aussi au message du nouveau Testament, le Christ étant le plus grand de Prophètes selon le Coran. Les décrets de la charia ont été inventés au IXe siècle, soit deux siècles après la mort du prophète au cours du califat abbasside.
Voici quelques passages où paraît la notion de charia, de religion:
« Juge alors parmi eux d'après ce qu'Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, et prends garde qu'ils ne tentent de t'éloigner d'une partie de ce qu'Allah t'a révélé. Et puis, s'ils refusent (le jugement révélé) sache qu'Allah veut les affliger [ici-bas] pour une partie de leurs péchés. Beaucoup de gens, certes, sont des pervers. » Sourate 5, verset 49
« Il vous a légiféré en matière de religion, ce qu'Il avait enjoint à Noé, ce que nous t'avons révélé, ainsi que ce que Nous avons enjoint à Abraham, à Moïse et à Jésus : « établissez la religion ; et n'en faites pas un sujet de division ». Sourate 42, verset 13
« Puis Nous t'avons mis sur la voie de l'Ordre [une religion claire et parfaite]. Suis-la donc et ne suis pas les passions de ceux qui ne savent pas. » Sourate 45, verset 18.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

2 commentaires:

Enregistrer un commentaire