samedi 10 décembre 2016

Les gens pauvres sont très créatifs

« Ce que nous faisons en Inde (contre la pauvreté) c’est de découvrir ce qu'est l'artisanat des gens pauvres. Par exemple, Mon père était un avocat et il avait l'habitude d'aller dans un village très lointain, il y allait pour un procès. Et là, J'avais découvert que les gens étaient très, très, très pauvres. Ils n'avaient pas de maisons, ils vivaient dans les arbres, parce qu'il y avait des animaux sauvages et autres, vous voyez. Et aussi, ils ne portaient qu’un seul morceau de tissus, les dames en portaient deux sur elles. Un tissu, un seul tissu qu'ils utilisaient pour se couvrir! Et ils étaient si pauvres! Et à l’époque, Je n’avais que l’envie de pleurer pour eux.
Alors aujourd’hui, J'ai décidé que J’allais commencer une affaire d’exportation, imaginez-moi faire des affaires! Je ne peux même pas compter les reçus. Mais J'ai démarré cette soi-disant entreprise, et la première chose que j'ai faite a été de demander, J'ai demandé à mon frère d'aller voir dans le village quelle genre de personnes il y avait, si elles faisaient toujours de la poterie, de la poterie très créative, très créative, très belle. Il a dit qu'elles en fabriquaient toujours. Et certains d'entre eux descendent des Grecs, vous savez. Quand Alexandre est venu dans notre pays, ils sont restés là. Et ce qu'ils fabriquent, ils appellent cela une cloche en métal. Personne ne fait ce genre de choses dans le monde entier. J'ai dit: "D’accord." Nous avons exporté cela vers l'Amérique aussi, le dernier pays a été l’Amérique, parce qu’avec l'Amérique, on ne sait pas ce qu'ils pourraient aimer, mais quelqu'un avait osé en demander. J'avais dit: "D’accord. Je vais en envoyer".
Alors nous avons exporté cela aussi vers l'Amérique et ça marche bien, on m’a dit que cela marchait très bien ici. Parce que les gens pauvres sont très créatifs, ce sont des gens très créatifs.
Mais on ne devrait pas leur faire l'aumône, c'est une mauvaise idée. Parce que si vous leur faites l'aumône- par exemple nous avons beaucoup de "développements" venant des Nations Unies et tout cela, ils viendront pour un puits, ils creuseront un puits. D'accord, et ensuite que se passera-t-il? Il y aura une inflation d'argent et ils se mettront à boire, ceci, cela et personne ne s’occupera du puits. Mais faites-leur faire un puits et voyez. Ils devraient essayer de creuser un puits par eux-mêmes, voyez, de travailler pour eux-mêmes, ensuite ils s'occuperont de ce puits.
C'est ainsi que cela a commencé dans le village: "nous pouvons le faire", et l'artisanat villageois en Inde est formidable. Mais ils ne savent pas comment exporter, vous savez. Ce qu'ils exportent, ce sont des fourgonnettes ou des motos ou des choses comme ça. Vous voyez, ce que nous avons dans les villages, c’est du fait main bien exécuté.
Or ici, vous allez n'importe où et on vous dit: "c'est fait main". Pour nous les Indiens, qu’est-ce que le fait main? Tout est fait à la main! Rires

Mais ils disent: "c’est fait main", "c’est fait main". Au début cela m’avait interpellée…vous savez, ces choses faites à la main, nous en avons des milliers dans les plus pauvres parmi les pays les plus pauvres, vous voyez, comme au Bénin, vous voyez, quelle broderie artisanale ils ont!
Il vous faut simplement les guider, leur dire quoi faire. Vous savez, tant que vous n’aurez pas cet amour envers eux, vous ne pourrez pas dissiper la pauvreté. Aussi, s'ils ne savent rien faire, vous leur dites: "faites cela" et ils le feront.

Maintenant, pour votre information, la plupart de vos affaires viennent de ces pays en développement. Par exemple, les chemises que vous portez "made in" USA, sont faites en Turquie. Ensuite, en Tunisie, ils font de très belles choses qui sont labellisées françaises, vous voyez, c’est comme ça, des choses en cuir. Alors maintenant, ils exploitent aussi, essayent d'exploiter le travail des Indiens. Ils exploitent la main-d'œuvre indienne et exploitent leurs propres citoyens pour faire de l'argent. C'est le truc du commerce, c'est comme ça.
Mais si vous pouvez vraiment obtenir ce que ces gens pauvres fabriquent, permettez-leur de fabriquer quelque chose qu'ils peuvent faire et si vous pouvez gérer cela, ils auront l’estime d’eux-mêmes.
En fait, malgré tout ce que J’ai dit, les Indiens pauvres ont une très grande estime d’eux-mêmes. Ils ont un grand respect. »
Shri Mataji Nirmala Devi, conférence VIP, Central Park, New York, 15/06/1999
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire