dimanche 20 novembre 2016

Sahaja Yoga n'est pas un ensemble de règles absolues

« Cela a été une expérience très douloureuse pour moi quand, un jour, Je suis allée en Amérique et il y avait un petit enfant de huit ans dont la mère a dit: "Il prend de la drogue". J'ai dit: C’est vrai? J’ai ressenti un tel choc que J’ai simplement pris l'enfant contre mon cœur et Je lui ai dit: "Pourquoi prends-tu de la drogue?"
Il a levé les yeux vers moi, il a dit: "Ma mère ne me prends jamais dans ses bras comme ça."
Je lui ai demandé: "Pourquoi ne prends-tu pas ton enfant dans tes bras?"
Elle a dit: "Parce que je vais me sentir coupable."
J'ai dit: "Comment?"
"Selon Freud, ce serait coupable."
Maintenant, Freud dicte qu’il est coupable d'embrasser son enfant, donc vous développez de la culpabilité.
Alors, d'où vous vient cette culpabilité? C'est de ces livres que vous lisez, ces gens inutiles qui vous guident, ils n'ont pas de caractère, ils n'ont aucun bon sens, ils n'ont aucune idée de la réalité et c'est cela que vous acceptez comme une Bible? Alors naturellement vous serez coupables.
Si vous répandez un peu de café sur quelqu’un dans une fête: "Oh mon Dieu!", Alors il va penser que vous êtes pire qu'un criminel. Ou alors, le tapis de quelqu'un est abîmé, alors bien sûr, Je veux dire, vous devriez aller en prison immédiatement. Rires

Ces normes sont faites surtout sur des choses très superficielles, c’est pour des comportements très superficiels que ces normes sont faites et puis on commence à se sentir coupable.
On ne se sent pas coupable d’être raciste. Vous ne vous sentez pas coupables pour les choses dont on devrait se sentir coupable, que vous agressiez les gens - en Amérique, des milliers et des milliers de personnes, des millions de personnes y ont été tuées - personne ne se sent coupable à ce sujet. Ou que vous dominiez le monde entier - personne ne se sent coupable à ce sujet. Vous vous sentez coupables de choses qui sont extrêmement superficielles.
Mais les Sahaja Yogis, ils sont si profonds, si profonds que s’ils doivent vraiment se sentir mal au sujet de quelque chose- Je dois trouver maintenant ce pourquoi ils devraient se sentir mal. Rires

Donc, J'ai trouvé une solution simple : si vous vous sentez mal, s'il vous plaît, tirez-vous les oreilles, c’est tout. Ou si vous vous sentez coupables, tirez-vous juste les oreilles et le Vishuddhi ira bien. C'est une méthode très simple, tirez-vous simplement les oreilles comme ça, c’est tout!

Mais parfois, Je vois des gens qui tout le temps passent devant moi comme ça. Shri Mataji se tire les oreilles et rie.
Grands rires et applaudissements
Alors Je me dis : qu’est-ce que Je leur ai fait maintenant? Shri Mataji éclate de rire
Même en dansant, ils feront la même chose. Shri Mataji se tire les oreilles et rie.
C'est un peu trop pour moi de voir les sentiments de ces personnes. Je veux dire, pour Sahaja Yoga, il n’y a pas de règle absolue, immuable sur quoi que ce soit. Je veux dire que vous êtes des gens absolument libres et que vous devez utiliser toute votre liberté, absolument. Vous ne devez pas, en quelque sorte, être guidés par une règle stricte et définitive qui ferait que tout le temps, vous vous tireriez les oreilles comme ça.
C’est juste pour surmonter cette absurdité qui consiste à se sentir coupable que J'ai dit: "Très bien, vous pouvez vous tirer les oreilles." Et Je vois tout le temps des personnes qui ne font que se tirer les oreilles.

Hier, il y avait une fille qui portait de grandes boucles d'oreille et elle tirait sur ses boucles d'oreilles, vous voyez, Je me suis inquiétée qu’elle se- Grand rire.
Sahaja Yoga n’est qu’une pièce de théâtre, juste un plaisir, ce n'est pas ce genre de lois et règlements définitifs et figés comme vous le voyez. Parce que vous êtes maintenant intérieurement religieux, vous avez votre Esprit pour voir (pour vous guider). Quelles erreurs pourriez-vous commettre?
Mais là où vous devriez faire attention, vous n'êtes pas prudents. Par exemple, Je dis qu'avant de sortir, s'il vous plaît, faites-vous un bandhan. C'est un kavach (un bouclier, une carapace), on appelle cela un kavach. C’est à dire, pour kavach, en anglais, il y a un mot pour Kavach?
Sahaja Yogi: Protection.
Shri Mataji: Hum?
Sahaja Yogi: Protection, protéger.
C'est plutôt- protection c’est abstrait, alors que c'est une protection de la Mère qui est une chose concrète, voyez-vous, ce kavach. Alors vous prenez ce kavach, le kavach, c’est quelque chose, disons, que les gens portaient, hum-
Sahaja Yogi: Une armure.
Shri Mataji: Une armure intérieure, vous voyez, ce genre de choses, c'est un kavach. Donc vous devez faire cela avant de sortir ou de parler à quelqu'un- ce que vous ne faites pas. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Vishnumaya Puja, Everbeek, Belgique, 04/07/1992

Le kavach de la Devi est un texte où l'on invoque différents noms de la Déesse pour qu'elles protègent des parties du corps. C'est un texte très ancien et réputé pour être très puissant. Le bandhan de Sahaja Yoga est une façon de se protéger qui est aussi efficace qu'une sorte d'armure, de bouclier, qui protège notre aura.
Le fanatisme commence lorsqu'on applique des règles immuables sans tenir compte de la réalité immédiate et sans comprendre pourquoi on le fait.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire