lundi 28 novembre 2016

Etablissez en vous Bhairava


« Quelqu’un qui possède une culture sahaj doit émettre un message envers autrui, les gens devraient voir: "Oh, c'est celui-ci, c’est le Sahaja Yogi." On doit pouvoir le voir clairement : aucun air sérieux, aucun air malheureux, rien. Supposons que Je vous ai dit quelque chose qui a pu vous déranger, oubliez-le! Si vous ne pouvez pas l’oublier, alors vous ne m'avez pas écoutée. Mais "oublier" ne signifie pas que vous ne preniez aucune mesure. "Prendre des mesures" signifie que vous faites face à vous-même et que vous voyez par vous-même à quel point vous vous êtes élevé et où vous devez aller, pas comment vous allez tomber. Ainsi, cela agit toujours des deux côtés, comme Je vous le dis dans ma conférence, d'un côté vous verrez par vous-même ce qu’est votre relation avec moi, et de l’autre votre relation avec les autres.

Un Sahaja Yogi, cela ne lui importe pas d’être dans un palais ou dans la rue. Lors de ma première rencontre avec les premiers Sahaja Yogis - nous n'avons qu'un survivant assis ici- ils ne pouvaient pas supporter, la belle atmosphère de l'Inde était difficile pour eux. La raison en est qu’ils analysaient tout: "ils n'ont pas de bonnes salles de bains ici, pas de douches".
Mais vous avez le ciel tout entier, vous avez les montagnes, vous avez les arbres. Vous avez toute l’eau qui s’écoule. Mais vous voulez avoir une petite douche, dans laquelle vous ne pouvez même pas bouger. C’est juste une idée, juste une idée du confort. Vous n'avez aucun confort, selon moi, par rapport à ce que nous avons en Inde. Aucun confort du tout ....

Le confort de l'Esprit, c’est ce que nous avons perdu, et ceux qui recherchent le réconfort de l'Esprit, ceux-là sont des Sahaja Yogis, pas autrement. Le Confort de l'Esprit nous vient en donnant.
Disons que Je vous ai emprunté de l'argent, Je ne me sentirai jamais à l’aise tant que Je ne vous aurai pas remboursé. En poussant plus loin l’idée, supposons que vous soyez pris dans quelque chose, que vous ayez des problèmes. Je vais, d’une façon ou d'une autre, m’arranger pour que vous veniez près de moi quelque part, et Je vais travailler sur vous, vous nettoyer, c’est tout. Jusque-là, Je ne serai pas à l'aise, même si Je souffrirai, J'aurai des douleurs, J'aurai ceci, cela ....

(Mais) vous n'essayez pas de corriger quelqu’un de manière à pouvoir le corriger en vous-mêmes, d'absorber en vous-même, comme votre Mère, et le faire. Je le fais pour des milliers et des milliers et des milliers de personnes, vous devez le faire pour une ou deux, ainsi vous n’êtes jamais dérangés. Et c'est comme cela que vous devenez forts. Non, ce n'est pas en évitant les gens, en les fuyant ou en vous condamnant, ou en disant: "Nous devons fuir sur le bateau." Non, c’est par l'aventure: "voyons ce qui se passe".
Tamara m’a dit: "Rien ne me bloque, Mère, comment cela se fait-il?"
J'ai dit: "Mais qui va te bloquer? Ceux qui voudront te bloquer, ils se blesseront."

Comment cela se fait-il?
Bhairava doit être établi. "Siddha kala mane Bhairav". De même que vous devez établir Shri Ganesha, vous devez établir aussi Bhairava (sur le côté gauche) et Hanumana sur le côté droit. Si ces trois divinités sont établies en vous-même, rien, rien sur cette terre ne peut vous bloquer, vous ne serez bloqués qu’un certain temps. »
Shri Mataji Nirmala Devi, discours aux Yogis, New jersey, USA, 26/10/1985

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Wiliam Blake, une incarnation de Shri Bhairava.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire