jeudi 11 août 2016

La culture Sahaj, c'est la culture de la joie

« Avec Sahaja Yoga vous pouvez faire beaucoup, beaucoup de choses, mais vous devez savoir ce que vous êtes en mesure de faire. Pour cela, Krishna est un très bon exemple. Il a démarré la culture Sahaj. Je parle de culture. Il n'a donné la Réalisation à personne, mais il a donné l'idée de la culture Sahaj. Avant lui, il y a eu Shri Rama, qui était Maryada Purushottama, un homme très exigeant sur tous les sujets. Je veux dire, comme pour la façon dont il a rejeté sa femme parce qu'il était un roi, et qu’un roi ne peut avoir de scandale, spécialement venant de sa femme. Alors il l’a rejetée. Ce n’était pas l’époque de Kali Yuga, voilà pourquoi. Et son père lui a ordonné de partir, pas tant son père que sa belle-mère, de partir en exil dans une forêt. Et il l’a accepté. Après tout, il était Maryada Purushottama.
Donc, tout ce que son père disait, il l’approuvait. Tout ce que sa mère disait, il l’acceptait. Il est allé dans la forêt, y est resté quatorze ans. Voici ce qu’est l'obéissance au père. Ce n’était pas nécessaire, son père n’était pas Dieu – c’est lui qui était Dieu. Mais à cette époque-là, il était important d’amener les gens à non seulement respecter leurs parents, mais aussi à leur obéir. C’était l’époque.

En son temps, il y avait beaucoup de Munis et de nombreux saints et aussi des Hatha Yogis. Et, même avant lui, ils faisaient suivre aux gens un type très strict de discipline. Et s’ils ne pratiquaient pas cette discipline, ils devaient faire beaucoup d’austérités. Et alors, beaucoup de gens qui essayaient n’atteignaient jamais le but, à cause de la rigueur et de la discipline imposées pour suivre le chemin de la spiritualité. Récemment, J’ai lu un livre intitulé "Peaceful Warrior". On y décrit un Américain qui recherche la vérité, et le gourou de cet homme le réprimande tellement sévèrement, que ma petite fille a dit: "Je suis très en colère contre ce gourou !" Shri Mataji rit. Elle ne pouvait pas le supporter. Donc, en fin de compte, il comprend qu'il est existence.

Voilà ce qu’était l’usage après Shri Rama. Les gens quittaient leur femme, leurs enfants, allaient dans l’Himalaya, et y restaient pour pratiquer la méditation. C’était très rigoureusement suivit, dirions-nous, c’était une société très morale, tellement morale! Mais c’était par peur, toute la moralité provenait de la peur. Cela s’est produit également dans d'autres religions. Or, Je dois dire que l'islam d'aujourd'hui a pris cette forme: celle de la peur. Ils ne la pratiquent pas par choix. Pour les chrétiens, c’est la même chose, et les pour hindous, Je ne sais pas: c’est moitié-moitié. Même parmi les sikhs, il y a une terrible discipline. Tant et si bien que, comme punition, vous devez nettoyer les chaussures de tout le monde. Je ne sais pas si c’est du "shoebeating" ou autre, mais il y a beaucoup de punitions.

Alors Shri Krishna est arrivé et il a compris la situation, la façon dont les gens maintenant jeûnent. Si vous suivez vraiment les rituels de la religion hindoue, en une semaine, vous aurez jeûné au moins six jours durant. Un jour, il se peut que vous mangiez une sorte de nourriture, ensuite, vous aurez à visiter toutes sortes d'endroits Or récemment, ils ont dû se rendre, comme vous le savez, à Amarnath et beaucoup y sont morts. Donc maintenant, ils disent: "Nous avons reçu le nirvana. Nous sommes morts en faisant cela, donc nous avons reçu le nirvana." Ce genre d'une idées très bizarres existait : "nous avons le nirvana maintenant, nous avons obtenu ce que nous voulions, et maintenant nous sommes morts". Tant de gens sont morts, de sorte que ceux qui n’étaient pas morts se repentaient en se demandant pourquoi ils n'étaient pas morts, que cela aurait été beaucoup mieux, ils auraient reçu leur nirvana. Shri Mataji rit. Donc, même dans ce Kali Yuga, ces idées sont répandues.

Même en Inde, les gens ont des types très sévères (de rituels), en particulier dans le sud, Je l'ai vu, ils font toutes sortes d’absurdités pour se tourmenter ou peut-être pour quelque chose qu'ils demandent. Tout cette absurdité, c’en était trop pour Shri Krishna. Il ne pouvait pas comprendre le fait qu'ils perdent leur vie avec ce genre de décision ritualiste, puis qu’allait-il rester d’eux pour Sahaja Yoga? Donc, c’est lui qui a commencé la culture Sahaj. Il a dit: "Profitons de la vie. Nous devons profiter de la vie." "Nirmal anand", la joie pure. Comment ressentir la joie pure? Il avait ce Raki bandhan par lequel toute femme, à part votre épouse, est votre sœur ou votre mère. Je dois dire que c’est réellement vrai pour les Indiens. Pas tellement dans le nord en raison de l'influence islamique, mais dans le sud, c’est comme cela. Dans le Maharashtra, aussi. Et puis il a également démarré la fête de Holi, où l’on joue avec les couleurs. Peut-être que c’était pour se débarrasser de nos préjugés sur la couleur, peut-être. En Amérique, c’est une très bonne idée de jouer avec les couleurs, et de mettre un peu de noir sur les Blancs et un peu de blanc sur les Noirs. Et ils peuvent voir par eux-mêmes à quel point il est stupide de se battre au nom de la couleur. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Krishna puja, Cabella, 01/09/1996

Le terme de Purushottama" vient du sanscrit: "purusha" qui veut dire esprit et de "uttama", le plus élevé. Littéralement, c’est le suprême Purusha, l’Être suprême. C’est également le 24e nom du Seigneur Vishnou dans le Vishnou Sahasranama du Mahabharata. Selon la Bhagavad Gita, Purushottam est présenté comme un être cosmique omnipotent. 

Rama est le septième avatar du Seigneur Vishnou appelé Maryada Purushottama car il suit les "maryadas" c’est à dire les limites et règles de comportement védiques liées à la religion. Il est l’exemple de l’homme parfait qui sait toujours jusqu'où aller avec les autres.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire