mercredi 11 mai 2016

Lakshmi est avant tout une mère



« Nous ne le réalisent pas, mais maintenant que vous venez à Sahaja Yoga, on doit vous dire que c'est stupide, qu’aller à l'extrême du côté droit est aussi stupide que d'aller à l’extrême du côté gauche. Ceux qui sont égocentriques qui ne s’inquiètent que de leurs propres enfants, de leurs propre famille, de leur propre cercle - en Inde, nous avons également le système des castes, ce système-ci – ces gens sont également à un extrême, dirais-Je, comme vous (Occidentaux) êtes sur l'autre extrême. Vous n'avez pas ces systèmes mais vous avez d'autres choses.
Mais le résultat de tout cela, c’est que ceux qui essaient de courir après une position sociale, de courir après l'argent, de courir après les biens matériels, ne sont jamais des gens heureux, ne peuvent jamais être heureux. Prenez tous ceux qui sont ainsi, vous verrez qu'ils sont les gens plus malheureux qui soient. Parce que, comme Je vous l’ai dit, le bonheur va de pair avec le malheur.

De l'autre côté (à gauche) quand vous aimez vos enfants, c’est bien. Mais si vous les aimez plus que l'être collectif, par exemple, vous voyez, disons dans notre pays ou tout autre pays, où les gens feraient n’importe quoi pour leurs enfants, ils sacrifieront le pays entier pour leurs enfants : une personne ne peut pas non plus être heureuse dans ces circonstances.

Alors quel est donc le facteur d'équilibre entre les deux que nous devons voir? Quelle est la source du bonheur pour quelqu’un? Il doit y avoir un certain équilibre à ce sujet. Et cet équilibre, c’est l'équilibre que vous apprenez par votre dharma, par votre religion, par votre subsistance, qui sont dans le ventre (chakra du Nabhi et du Vide). Voilà pourquoi la subsistance est une partie très importante qui nous donne l'équilibre, pour être vraiment heureux, si elle est faite dans le dharma, avec contrôle. Disons, par exemple, prenons les gens du côté droit - ceux qui tentent de - Je veux dire ceux qui utilisent le côté droit, essayant d'apprendre beaucoup de choses et tentant de parvenir à une position sociale– ils sont sur le canal Mahasaraswati, comme nous l’appelons.
Si vous voyez les symboles de Mahasaraswati, de Saraswati qui ont été créés par les anciens sages, vous serez étonnés de voir à quel point ils savaient que nous allions perdre notre équilibre. La façon dont ils ont créé son image est des plus intéressantes.

Ceux qui courent après l'argent vénèrent effectivement Lakshmi. Lakshmi a également une image qui est si merveilleusement équilibrée, que vous ne pouvez pas imaginer comment il est suggéré que si une personne doit posséder Lakshmi, quelles sont les choses nécessaires?
Lakshmi est la déesse, disent-ils, de la richesse et du bien-être. Mais elle est la fille de Mahalakshmi, peut-on dire, ou une petite forme de Mahalakshmi, qui est la déesse de la subistance, qui est la déesse de votre évolution. C’est la puissance par laquelle vous évoluez.
Cette déesse a quatre mains. Elle est, avant tout, une mère. Cela signifie qu’une personne riche doit être pleine de compassion.
Où trouvez-vous ce genre de personnes?
Quelqu’un qui a beaucoup d'argent, doit avoir parallèlement beaucoup de compassion, et un tel homme ne souffrira jamais s'il a de l'argent. Mais s'il n'a pas de compassion en son sein, alors l'argent va le manger tout cru. Ses enfants vont s’enfuir, il fera de mauvaises choses et il souffrira à cause de cet argent. »
Shri Mataji Nirmala Devi, programme public, Caxton Hall, Londres, 23/10/1978

Quelle différence entre subsistance et dharma?
Ce sont deux notions presque identiques, mais subtilement différentes. Le dharma est un ensemble de limites à ne pas dépasser pour rester en accord avec sa propre nature. Les animaux et les êtres inanimés subissent le dharma de leur espèce, de leur nature, imposé par Dieu.
Les Incarnations ont successivement enseigné à l’homme la notion de dharma, de religion, car il est le seul à pouvoir choisir librement sa voie. Ce que l'homme intègre des notions de religion, de dharma, ce qu'il digère et assimile devient sa subsistance. La subsistance de l’homme est ce dont il se nourrit et ce qui le nourrit, ce qui le constitue et qui le maintient dans son humanité. C'est un processus d'assimilation au niveau subtil comparable à celui de la nourriture au niveau physique. La subsistance se manifeste par l’ensemble de qualités intérieures qu’on possède. Pour cela, la tempérance ou voie du milieu est une bonne conseillère.
On pourrait donc dire que la subsistance est l’assimilation personnelle du dharma universel.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire