jeudi 24 mars 2016

L'amour cosmique contre le feu de la violence


« En Inde, nous avons eu un roi du nom d’Ashoka, qui s’adonnait à la guerre et tuait des gens. Mais lorsqu'il a vu une rivière déborder du sang des personnes qui avaient été tuées dans la bataille, son comportement l’a choqué et il a été surpris de la façon dont il s'était adonné à la destruction de gens. En conséquence, il s'est converti au bouddhisme et a essayé de propager cette religion de compassion dans toute l'Asie orientale.
De telles transformations sont très rares, mais elles marquent vraiment l'histoire et promettent un avenir heureux. On peut espérer que le jour viendra où tous ces horribles gens qui s'entretuent sans pitié, seront transformés en anges, à grande échelle.

Bien que la violence faisait rage et se propageait comme un feu du temps d’Hitler, aujourd'hui le feu a disparu (en apparence); vous pouvez voir que ce feu n’est pas vraiment totalement éteint, mais qu’il brûle toujours sous ses cendres. Parfois, vous voyez les effets de ce qu'on appelle le feu de mort partout dans le monde.
Comment pouvons-nous mettre complètement fin à la nature brûlante des êtres humains chez qui, individuellement ou collectivement, se construisent les flammes de la destruction ? Est-il possible de mettre fin à ce genre d'éruption partout dans le monde?  
Ce serait possible si les êtres humains pouvaient comprendre et savoir qu'il existe un amour divin cosmique qui imprègne toute la création et qui fonctionne à travers le processus d’évolution.
Si leur attention était éclairée par l'Esprit, ils pourraient profiter de leur propre compassion et des hautes valeurs de la vie spirituelle : c’est la joie éternelle qui surpasse tous les plaisirs de la violence.

Il se peut que cela ne se produise pas aujourd'hui (en 1995), mais le message de paix a commencé à se répandre parmi les masses du monde entier. Il ne peut pas se terminer avec les fondations de la paix ou les récompenses de paix. Ceux qui dirigent ces institutions ou qui reçoivent ces prix doivent faire leur introspection et voir s’ils ont le "feu requis" en eux.

Ce qu’il faut, c’est une transformation complète d'une personne en une personnalité divine qui connaît le pardon et trouve des solutions pour les problèmes des autres. Quand les gens verront cette transformation chez des milliers de chercheurs de la vérité, alors de nombreuses personnes accepteront cette dernière percée de l’évolution. Ils suivront les âmes évoluées qui les inspirent et tueront l’Hitler de leur mental.
Nous ne savons pas que, fondamentalement, notre désir pur cherche à atteindre la conscience la plus élevée d’une existence bienheureuse. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Meta Modern Era, chapitre 4 sur le racisme, 1995

Le grand empereur indien, Ashoka, est né en 265 avant Jésus-Christ. Il était le petit-fils de Changragupta Maurya et il régna sur un empire qui couvrait les deux tiers du continent indien. Il fut le plus célèbre des rois Maurya et l'un des plus grands dirigeants de l'Inde.
Pataliputra (aujourd'hui Patna) était la capitale de son empire, ville où le Bouddha avait vécu.

Bien qu'il fût le plus jeune fils cadet du roi, c’est lui qui succéda à son père en 268 avant JC, car il était aimé et respecté de ses sujets et de ses ministres.
8 ans après avoir été couronné roi, Ashoka a décidé d'annexer Kalinga (Orissa) à son royaume. Ce fut la première guerre que Ashoka mena, et bien qu’il eut remporté la victoire, il fut tellement horrifié par tous les morts de part et d’autre, que ce fut la dernière.
Cette expérience le transforma au point qu’il jura de ne plus faire la guerre. Il se convertit au bouddhisme, et il a jura de ne pratique que des actions vertueuses. Après avoir reçu un enseignement des membres de la communauté bouddhiste, Ashoka commença véritablement à incarner l’idéal du souverain qui promeut la prospérité et la paix dans la société.
Ashoka mourut en 232 avant JC.

Ashoka a religieusement suivi les principes du bouddhisme dans sa vie, ceux de la vérité, la charité, la bonté, la pureté et la bienveillance. Il a également demandé à ses disciples de suivre la voie de l'action vertueuse. Il croyait à la non-violence et interdit les sacrifices d'animaux. En outre, il a ouvert des cliniques vétérinaires pour les oiseaux et les animaux.
Il a propagé le bouddhisme en faisant graver ses principes sur les piliers de tout son royaume. Les piliers d'Ashoka, comme on les appelle maintenant, mesurent plus de 40 pieds de haut et sont très lourds. Il a aussi tenté de se propager cette religion en Syrie, en Égypte et en Macédoine, et a envoyé son fils Mahendra et sa fille Sangamitra au Sri Lanka dans ce but.
Ashoka reste parmi les plus grands souverains de l'histoire de l’Inde et il représente le «maître idéal» dans l’âme des Indiens. D’ailleurs, l’emblème national de l'Inde vient du pilier d'Ashoka à Sarnath. La roue, qui représente la royauté et le règne sur terre, se retrouve sur le drapeau indien.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire