mardi 19 janvier 2016

Une femme ne doit pas être servile

« Les Japonais sont censés être les plus- comme vous dites, les Japonais sont bouddhistes – ce sont les personnes les plus cruelles qu'on ait jamais connues, les Japonais sont des gens cruels, ils sont les plus cruels de tous, vous voyez, ils ont un système vraiment bizarre. Je suis allée au Japon. J’ai été surprise de voir qu’une jolie femme ne se marie pas au Japon. Cela vient du bouddhisme, imaginez, quel système! Une jolie femme se veut pas se marier, ni une femme instruite, seules les "femmes de ménage" se marient. Les femmes qui …seraient des femmes de ménage ailleurs se marient et elles sont les mères des enfants du Japon.
La mère, même si son mari la bat, s'il fait n’importe quoi, doit le supporter. Il peut faire entrer chez lui, des maîtresses, des concubines, il peut aller voir des geishas, elle n'est pas censée avoir à y redire. Et voilà pourquoi, dans le monde entier, vous le savez, on dit qu’une épouse japonaise est ce qu’il y a de mieux. 
Elle est pire qu’un esclave pour son mari. Et si vous allez au Japon, personne ne vous invitera dans son foyer, dans sa maison.

Voyez, Je suis allée au Japon sans mon mari, de sorte qu'ils ne savaient pas quoi faire de moi, vous voyez. Ils ne pouvaient pas m’emmener dans une maison de geishas et ils ne pouvaient pas m’emmener chez eux non plus. Donc, ils ne savaient vraiment pas que Je pouvais être un casse-tête! Et J’ai lu qu’ils ne savaient vraiment pas quoi faire de moi. Je leur ai dit que Je voulais bien aller voir une maison de geishas, aussi pour voir ce que c’était. Et J’ai découvert, auprès de ces geishas, quand Je leur ai parlées, qu’elles en avaient assez de ces absurdités. Elles ont dit : "Vous voyez, nous sommes de belles femmes, donc nous ne nous marions pas, parce que nous gagnons de l'argent. Et nous sommes aussi à temps partiel, des filles carriéristes." Elles étaient la moitié du temps geisha et l'autre carriéristes. Et elles se rencontraient toutes là, totalement ouvertement, comme ça. 

Ici, elles font aussi cela. Je veux dire que la façon dont les femmes sortent pour un rendez-vous galant, c’est quoi? C’est du business de geisha. Un rendez-vous galant, c’est quoi? Je veux dire, là-bas au moins, elles se font appeler ouvertement des geishas, mais ici, si un homme a un rendez-vous galant, le pauvre doit payer pour elles tous les soirs, même si c’est trop.
Tout cela se fait d'une manière très subtile ici. Donc, vous voyez, vous dites qu'il n'y a pas de prostitution mais il y en a. Je veux dire, quelles sont les lois de la prostitution? Vous ne pouvez pas en faire la publicité, mais vous pouvez avoir un sauna ou autre chose. Je veux dire, le type de choses qu'ils ont fait ici avec leur intelligence.
Mais au Japon, c'est très clair: une geisha est une geisha, une femme au foyer est une femme au foyer. Mais si vous voyiez les mains d’une femme au foyer, elles ne sont pas douces, ce sont des mains vraiment rêches, comme l'écorce d'un arbre. Si vous voyiez leurs pieds, si vous voyiez leurs jambes qui sont courbées, leurs corps courbés, de très jeunes femmes ont l’air si âgées. Nous avons été invités chez un homme très riche. Là, J’ai vu que ses belle-filles étaient belles. Mais ils ont dû payer beaucoup d'argent à ces filles et à leurs parents pour les avoir, aucune fille ne voulant se marier. 

Ensuite, les enfants, quand ils voient leur mère traitée comme cela, que va-t-il leur arriver? Vous voyez, après tout, la fierté d'une mère est en eux et ils ne peuvent plus le supporter. Donc, les Japonais sont des personnes qui extérieurement sont vraiment disciplinées, vous voyez, ils sont, comme l’est leur mère, extérieurement disciplinés. Ils vous font toujours des courbettes, voyez-vous, si vous ne vous arrêtez pas, ils continuent. Rires. Si vous vous arrêtez, alors ils s’arrêteront. Ils ne s’arrêteront pas avant. Mai s’il y a un accident, ils s’inclineront devant vous. Mais dans la foule, s’ils rencontrent un étranger, ils lui marcheront dessus - Ils tuent les gens, c’est une boucherie, ce sont des bouchers, Je vous le dis- Propos dits sur le ton de la confidence.
Ils sont très disciplinés, parce que si quelqu’un parle, personne ne va l’interrompre, juste comme des machines. Hiroshima leur a donné un choc, cela les a vraiment choqués et ils ont été secoués.
Les jeunes, aujourd'hui, les jeunes femmes se révoltent contre cela, elles prennent conscience de la situation. Mais Je ne sais pas quel chemin parfois les jeunes peuvent prendre, quelle folle direction. Mais le Japon se réveille. »  
Shri Mataji Nirmala Devi, premier séminaire occidental, East Hampstead Park, Londres, 15/10/1978

La société japonaise était très dure pour les femmes dans les années 80. Les brus surtout, quand elles entraient dans la famille de leur mari, devaient proposer une dote, et ensuite prenait la place de la bonne à tout faire. Leur belle-mères étaient pour elles de vrais tyrans. C'était une réalité. 
La dignité de la femme ne se trouve pas dans la servitude.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire