mardi 1 décembre 2015

Le nadi de la connaissance part du coeur pour s'ouvrir au cerveau



« Le quatrième état est le plus important pour nous tous : il faut savoir qu’il y a un nadi qui traverse le Vishuddhi gauche et va dans le cœur. Il commence à partir du cœur, remonte, passe à travers l’Agnya. Il a quatre pétales, et s’ouvre. C’est lui qui vous donne l’état appelé "turya".

Nous vivons dans trois états (de conscience). Durant la journée, c’est l'état de veille, "Jagruti". Notre attention va ici, là et sur tout le reste - nous gâchons notre attention.

Le second état est celui que nous appelons le sommeil. Quand nous dormons aussi, toutes ces choses qui nous sont arrivées nous reviennent du passé et de choses comme ça.
Puis nous entrons dans un sommeil plus profond appelé "sushupti". 
C’est l’état où votre sommeil est profond, et où vous rêvez de quelque chose qui est aussi la réalité. 
Il se peut que vous rêviez de moi. C’est la partie éthérée du subconscient, d'où de belles informations vous sont transmises.
Par exemple, supposons que Je sois arrivée disons, en Italie. Les Italiens pourraient apprendre dans leur état de "sushupti", que Je suis arrivée ici ou n’importe d'autre qui pourrait peut-être l’apprendre, cela dépend de la personne.

Mais le quatrième état est appelé "turya". Il y a deux autres états (dans la méditation). Vous êtes dans l'état de "turya", c’est le quatrième. "Turya" signifie "quatre". Ce quatrième état, c’est lorsque vous êtes en conscience sans pensée, quand il n'y a aucune pensée.
Réfléchissez-y : quand il n’y a aucune pensée, il vous faut être innocent, quand il n'y a aucune pensée, vous devez avoir des vibrations, quand il n'y a aucune pensée, vous ne pouvez pas être attaché à qui que ce soit. Donc, cet état de conscience sans pensée que vous avez atteint maintenant, c’est le 'turya disthuti'.
Et dans cet état, quand vous y êtes, ces quatre pétales qui sont en vous doivent s’ouvrir au cerveau. Ils viennent de votre cœur et vont au cerveau.
Et quand c’est ainsi, vous comprenez absolument ce qu’est Dieu, vous savez absolument ce qu’est Dieu. C’est le moment où l'on reçoit la vraie connaissance.

Mais à moins que ces quatre pétales ne soient ouverts, on peut retomber. C’est là que certains des Sahaja Yogis, qui se mêlent encore de choses dont ils ne devraient pas se mêler, retombent. Et ils ne comprennent pas ce qu’est Dieu. 
Mais il ne s’agit pas de compréhension, dans le sens où l’on comprend ce petit point ; cela vient du cœur pour passer dans le cerveau; pas du cerveau vers le cœur. Cela vient comme si l'ambroisie de votre bhakti (dévotion) recouvrait totalement votre cerveau. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Mahashivaratri Puja, Chianchiano, Italie, 16/02/1991
Publié par le Dictionnaire Pratique Sahaja Yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire