jeudi 3 septembre 2015

La force des maryadas entre Sahaja Yogis

« Nous devrions avoir des relations extrêmement pures les uns avec les autres, c'est-à-dire, nous devrions essayer de donner notre cœur à une autre personne sans luxure ni cupidité, c’est ce que nous devrions essayer de faire. Essayez de vous aider les uns les autres. 
J'ai trouvé que lorsqu’ils se sentent attachés à quelqu’un d’autre, d’une façon vicieuse ou intéressée - ce qui ne concerne pas les yogis Sahaja, mais les non Sahaja Yogis- ils sont tellement intéressés par cette personne, c’est un attachement très primaire. Mais pour Sahaja Yoga, l’attachement concerne l’Esprit, l’Atma et l'Atma est la forme la plus pure de notre être. Nous devons garder notre être absolument pur et ensuite la satisfaction est supérieure à toute autre romance, mariage, toute chose matérielle, c’est la plus haute et la meilleure. D’abord, atteignez cette jouissance ; avant tout, vous devriez vous élever et atteindre cette pureté, c’est très important. ...

Aussi, le sens de la pudeur doit être développé parmi les hommes et les femmes. C’est sympathique, c’est beau, cela vous donne un charme supplémentaire si vous avez le sens de la modestie, celui de la pudeur. Voyez, votre princesse de Galles (Lady Di) est considérée comme quelqu’un de beau. Elle est timide. Sa pudeur est si naturelle. Cette timidité n’est pas présente, comme chez un - Je ne sais pas quel animal agit ainsi, mais quelqu'un qui n'a pas de honte, Je veux dire, Je ne sais tout simplement pas quel genre c’est. Tout le monde a le sens de la timidité, même les animaux. Alors, pourquoi devrions-nous ne pas avoir ce sens de la pudeur?
...L'autre jour, J’ai rencontré un chauffeur de taxi très agréable. Et je vous le dis et le reste étaient si beaux. Immédiatement, Je me suis dit : "C’est une âme Réalisée." Il ne disait rien sans mettre ses main comme ça, et en baissant les yeux. Il n’aurait rien dit comme ça, rien de la sorte, il était si doux, toute sa gestuelle. C’est un Anglais, élevé ici. Il n’a dit aucun mot vulgaire ... 
Alors, la façon dont vous vous comportez dignement avec chacun, dont vous respectez leur dignité, dont vous vivez, est très importante, et vous devriez essayer de la maintenir dans une voie qui ressemble à un comportement saint. Vous devez être un saint, et ce n’est pas difficile pour vous de vous comporter à la manière d’un saint. C’est très important. Je dois vous le dire parce que J’ai vu que ces maryadas, cela tuerait, cela tuerait totalement Sahaja Yoga, si vous ne respectez pas vos maryadas. C’est l'une des choses les plus essentielles que l’on doive faire. Je vous ai dit encore et encore comment vous habiller, comment vous comporter, comment parler, comment vous écouter les autres, plus que de parlez de soi-même, comment perdre son agressivité, c’est la meilleure façon d'impressionner les gens et d'exprimer Sahaja Yoga. Je vous le dis tel quel, les gens ont commencé à dire : "Ce sont de très belles personnes, vous pouvez voir qu'elles sont très belles. Vous pouvez voir qu'elles sont d’un style très différent. Il y a quelque chose de différent. Ils sont quelque chose de grand." Les gens ont commencé à parler de vous ainsi… 

La langue anglaise a beaucoup de mots comme "s'il vous plaît", "merci." Tous ces mots doivent être abondamment utilisés, abondamment. Nous allons revenir un peu vers le passé, nous sommes en train de devenir beaucoup trop modernes, nous devrions abandonner cette modernité, devenir moins modernes et plus élévateurs. Or, le sens de ces maryadas est tel, que lorsque vous avez appelé quelqu'un "ma sœur" ou "mon frère", alors ce n’est pas simplement pour la forme. Dire : "Tu es ma sœur" c’est quelque chose d'inné, et de très profond. Vous devez développer ce sentiment fraternel, car c’est comme cela que votre sublimité va grandir, que votre Vishudhi gauche va s'améliorer, que la Vishnumaya qui en vous sera satisfaite. 
Si vous appelez quelqu'un "ma sœur", cette fraternité, (tout comme) les relations filiales et maternelles, réduisent toujours, voyez-vous, ce soi-disant ego qui se cache dans le Vishudhi gauche. Donc essayez d'être gentils et doux avec la personne que vous appelez "ma sœur". Soutenez-la, occupez-vous d'elle. 

Si vous appelez quelqu'un "mon frère", vous devez prier pour sa protection ; ensuite sachez que vous avez le droit de lui demander sa protection aussi. Mais vous devez aussi lui donner quelque chose et vous devez essayer de prendre soin de lui, de l’accueillir chez vous et de le traiter comme une personne faisant une partie intégrante de votre être, parce qu'il est très proche de vous car c’est votre frère, et il est bien plus proche. 
Mais un tel frère ne devrait pas essayer de dominer la femme, c’est encore une question de maryadas. Par exemple, si un frère est, en quelque sorte, très sympathique avec un autre, ou si une dame est une sœur sympathique, alors elle ne devrait pas essayer de semer la discorde entre l’époux et l’épouse. La pire chose à faire, c’est de semer la zizanie entre le mari et la femme. Quiconque qui essaye de faire cela, doit savoir qu'il est méchant. On ne devrait jamais essayer de semer la zizanie un fossé entre le mari et la femme. » 
Shri Mataji Nirmala Devi, Vishnumaya puja, Hounslow, Londres, 11/08/1984 

Shri Mataji déconseille d'utiliser la politesse dite par habitude, pour la forme. La politesse doit exprimer le fond de ce qu'on ressent sinon c'est une attitude hypocrite. 
La politesse sert à véhiculer des mots agréables et une certaine idée de l'éducation. Cette vision de la communication est vécue comme "ringarde" aujourd'hui où l'on a tendance à parler plus crûment. Pourtant, le mot merci est toujours un mot "magique" comme on dit aux enfants.
Image : la princesse de Galles en février 1984 à Oslo,  
 Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire