mercredi 26 août 2015

Vishnumaya veille sur la relation frère/soeur

« La relation frère/sœur est beaucoup plus importante que toute autre relation parce qu’elle est si pure, elle est si protectrice, elle est si tendre et elle est d’un âge égal. Par exemple, entre les parents et leurs enfants, elle ne peut être ainsi, ou disons entre les grands-parents et les petits-enfants, elle peut être assez déséquilibrée aussi. Mais entre le frère et la sœur qui sont de la même génération, il y a une même compréhension et cette relation est maintenue par Vishnumaya.
Nous avons une très bonne aventure en Inde, que Je dois vous raconter, sur la façon dont ce rakhi bandhan ou cette relation entre frère et sœur est respectée. Je veux dire que personne ne va y croire parce que dans ces pays où aucune relation n’est respectée, on ne va pas comprendre. Mais quand Alexandre le Grand est venu en Inde, il a conquis notre pays, largement. Mais il y avait un roi Poru, qui l'a vaincu et l'a mis en prison. Alexandre le Grand avait épousé une Indienne. Donc, c’était le jour du Raki Purnima. Elle a mis un rakhi sur un plateau, l’a recouvert et l'a envoyé au roi Poru. Puis (les serviteurs du roi) ont dit:
- Un Rakhi est arrivé.
-Très bien, attachez-moi ce rakhi. " A dit le roi. Il ne savait pas de qui venait ce rakhi et il a été attaché à son poignet. "De qui est ce rakhi?"
- Il est de votre sœur.
-Qui est ma sœur?
-L'épouse de ce roi Alexandre.
-Oh, mon Dieu! Comment pourrais-je faire une telle chose? C’est mon beau-frère.
Le roi s’est immédiatement rendu à la prison et s’est prosterné devant lui. Il a dit : " Je suis désolé, quoi que j’ai -" c’est la beauté de la chose, vous comprenez - "Comment pourrais-je être - comment pourrais-je être assez stupide pour vous arrêter?" Alexander était ébahi.
Il ne pouvait pas comprendre cette réaction. Il a demandé : "Que se passe-t-il?" Et le roi a répondu : "Maintenant, je vous demande de me pardonner et de sortir s'il vous plaît." En grande pompe, avec des ornements pour sa sœur et le reste, il a renvoyé son beau-frère chez lui. Or, cet Alexandre ne pouvait pas comprendre. Il est rentré, sa femme souriait. Il a demandé : "Quel est le problème? Comment suis-je ici? " Elle a dit : " Sais-tu que je t’ai sauvé avec un simple fil? " Elle lui a montré un rakhi. "Avec ce fil tu m'as sauvé? Comment? " Elle a dit : "Tu sais quel jour nous sommes aujourd'hui? C’est le jour où une sœur peut attacher ce fil à un frère et le frère doit faire ce que veut la sœur. Donc j'ai dit de l’envoyer au roi Poru et il t’a libéré. Alexandre a pensé : "Quelle sorte de gens sont ces Indiens? Si pour un fil ils libèrent un ennemi tel que moi, comment pourrais-je gouverner ce peuple? Ils se débarrasseront de moi en un rien de temps, tellement ils sont sacramentaux." Il a dit : "Très bien, je suis désolé " Il a amené un gars appelé Bardai, Chanda Bardai, l’a pris avec lui - c’était un poète - et lui a dit,: "Maintenant, tu mets les choses en poésie car les Indiens sont des gens très subtils et je ne comprends pas comment ils peuvent libérer un ennemi aussi horrible que moi, seulement pour un fil." Une telle confiance, une telle compréhension d'un frère pour une sœur et de la sœur doit garder la confiance aussi.
Alors maintenant, quand nous nous approfondissons et voyons par nous-mêmes, nos problèmes Vishuddhi sont cela que nous essayons toujours, en Occident, de nous sentir coupables et d’échapper à nos erreurs. Pour de petites, petites choses,les gens se sentent coupables parce que les normes en Occident, la vie occidentale est très rigide. Par exemple, si vous mettez une cuillère de l'autre côté, c’est terminé ! Je veux dire, qu'importe le côté? Vous pouvez prendre la nourriture de ce côté et la manger. Si vous renversez du café, alors la culpabilité durera toute votre vie. Après, tout le café doit être renversé. Grands rires. S’il est chaud, cela peut arriver, un incident peut se produire. Et le cirque de la culpabilité est si grand que personne ne se corrige, et continue simplement à se sentir coupable, coupable, coupable, coupable. Et vous commencez à passer à côté de toutes les subtilités de la vie. Surtout, selon Sahaja Yoga, se sentir coupable signifie que tout votre côté gauche est bloqué. Vous ne pouvez pas ressentir correctement les vibrations, car ici se trouve le nerf cervical sur lequel pèse votre culpabilité et elle le serre tout simplement, vous ne pouvez pas sentir le côté gauche. Vous commencez à vous bloquer sur le côté gauche jusqu'à ce que vous recevez une sorte de maladie horrible, ensuite vous réalisez.
La partie plus subtile de cette Vishnumaya est qu'elle connaît la vérité. Lorsqu’elle brille, vous pouvez tout voir grâce à elle. Même pour un court laps de temps, elle expose tout ce qui est dans l'obscurité. De même, lorsque Vishnumaya commence à agir sur vous, elle expose pour vous la vérité.»
Shri Mataji Nirmala Devi, Vishnumaya Puja, Pensylvanie, USA, 20/09/1992
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire