vendredi 8 mai 2015

Notes manuscrites sur la façon de diriger

Ces notes manuscrites ont été données en 1992 à un Yogi indien, Yogi Mahajan, par Shri Mataji. Elle lui avait demandé d'en faire des photocopies et de les distribuer à différents Yogis. 

« Le leadership
Pour sentir comment agit le processus naturel, au moyen du principe de la Kundalini, pour obtenir cette connaissance, les dirigeants doivent méditer et suivre ce que leurs vibrations leur dictent à ce sujet. Tout d’abord, avant la méditation, faites 7 fois un bandhan. Ayez l'esprit ouvert. D'abord, localiser vos conditionnements, vos préférences et vos préjugés.

Les leaders ayant des préjugés, s’ils ne sont pas profonds, voient chez autrui ce qui correspond à leurs préjugés. Pour savoir comment les choses arrivent, il ne faut pas faire de projections mentales ni de délibérations : elles ont un mouvement linéaire propre qui s’en retourne à leur polarité. N’essayez pas de faire marcher les choses. Ils disent: " nous voulons faire un travail de masse (?)". Faites simplement fonctionner le principe (de la Kundalini) et le processus se manifestera.


Il n'est pas besoin d'analyse mentale car il n'y a pas de cause ni d’effet. L'Esprit, qui est illuminé par la kundalini, s’occupe de tout, car il a une qualité innée, comme la graine. La Terre Mère est le Pouvoir supérieur ( ?). Permettez au Divin d’œuvrer à travers votre Esprit. Travaillez moins mentalement, soyez seulement l'instrument. Etre, est le devenir.

Cela fonctionne au moyen de l’obédience (surrender): "Oh Mère venez dans mon cœur, s'il vous plaît, venez dans mon esprit, s'il vous plaît, venez dans mon attention." La kundalini va faire le travail pour vous. Le leadership s’abandonne difficilement. La véritable simplicité est difficile pour un esprit compliqué. Le leader enseigne par l'exemple et non par des conférences qui gonflent l'ego et créent pour lui des Shabda Jalam (toiles de mots).

Ne recherchez pas l'argent ni les éloges, ne vous en préoccupez pas, il y en a beaucoup avec Sahaja Yoga. J'ai vu des gens perdre cela en un rien de temps, quand ils commencent à penser mentalement et à conclure que : "il n’y a rien de mal chez moi", parce qu'ils sont leaders, "je suis tout à fait correct." Ils sont éjectés de Sahaja Yoga par la force centrifuge de la vérité et dans trente pays, les cloches qui chantaient leurs louanges, se mettent soudain à dénoncer leur fin, les murmures deviennent une condamnation largement ouverte.

Des interventions constantes vis-à-vis du groupe bloquent la progression du groupe. Si un individu est constamment gênant, mettez votre attention sur lui à travers votre Mère, soit il s’en ira ou bien il s’améliorera. Ne vous inquiétez pas de savoir qui abandonne Sahaja Yoga. Il n'y a pas de place au royaume de Dieu pour des Yogis sans enthousiasme.


Rappelez-vous que toutes les projections mentales ont une polarité et qu’avec Sahaja Yoga, cela agit très rapidement. Tout ce qui est d’une blancheur immaculée laisse clairement apparaître le plus petit point noir. Un leader ne devrait jamais parler au groupe de ses propres problèmes, de sa vie, ni de démission. Une telle obsession est dangereuse pour sa croissance et celle du groupe. Un bon leader ne doit jamais montrer sa sainteté ou sa soi-disant relation plus étroite à la Mère. Il est inapproprié d'avoir des favoris ; même votre femme doit être traitée comme les autres Sahaja Yogis.


Elle ne devrait pas être consultée; au contraire, si elle vous conseille contre l'un ou pour l’autre, s'il vous plaît, dites-lui que vous savez ce qu’il en est. Pour être vous-même pleinement ancré dans le Param Chaitanya et être conscient du groupe, vous pouvez vous imprégner de la religion innée Vishwa Nirmala Dharma. Il n'y a aucun besoin de créer des classes dans le groupe, car cela va créer des compétitions, des jalousies. Laissez cela au discernement de la Mère. L’état de conscience personnel du leader le rend plus réceptif, ouvert et lui donne un sentiment de sécurité. Ainsi, il obtient le respect. Le style n’est pas un substitut à la substance (à la nourriture spirituelle).

Un bon leader n’est pas spectaculaire, mais son groupe l’est. La renommée qu'il recherche l'éloigne de sa tache. Un leader ne doit pas éclipser l'enseignement. Un leader ne devrait pas avoir de favoris. S'il vous plaît, nettoyez vos conflits émotionnels. Dirigez en étant nourrissant. Dirigez sans détruire ni blesser.



Ne vous attribuez pas le mérite d’avoir aidé autrui. Dirigez sans possessivité. Observez le silence du groupe et ressentez la satisfaction, la sollicitude du groupe. Percevez l'ambiance essentielle du groupe, comment le vent souffle dans le groupe.

A l'époque, le nombre de pays et de Yogis grandissant, Shri Mataji a établi des leaders pour représenter chaque pays.  Ensuite ils sont devenus des coordinateurs; aujourd'hui il y a des conseils ou une auto-gestion totale selon les pays.
Tous les mots ne sont pas sûrs; à voir...
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire