mardi 26 mai 2015

Le rôle du chakra du Swadisthan dans les maladies



« Vous voyez, on développe une maladie, comme Je vous l'ai dit, suite à l’épuisement de nos centres. Voici un centre, d’accord, du côté gauche, du sympathique gauche, et ici du sympathique droit, et ils se rejoignent, voilà le centre. Nous utilisons donc l'énergie de ce centre qui est limitée, en fonction d’un but, ou pour autre chose. Supposons, Je vais vous donner un exemple, le très bon exemple du chakra du Swadisthan. C’est le deuxième centre qui s’occupe du plexus aortique selon la terminologie médicale, mais ce n’est pas tout, Je veux dire que n’est qu'une partie.
Or, le travail du chakra du Swadisthan, selon Sahaja Yoga, qui a, bien sûr, réalisé des merveilles avec cette théorie, c’est de donner de l'énergie pour le remplacement des cellules du cerveau. Parce que nous ne réfléchissons jamais à cet aspect, nous utilisons le cerveau tout le temps, nous ne pensons pas à comment les cellules sont remplacées, au sein même de l'art médical, ils n’y pensent pas non plus. Une de ses tâches, c’est de se déplacer ici. Shri Mataji fait le tour du Vide de son doigt.
Et aussi il doit prendre soin de votre foie, il doit s'occuper de votre pancréas, il doit s'occuper de la rate, il doit s’occuper de vos reins, aussi de la partie inférieure de votre gros intestin. D’accord? Mais une personne pense tout le temps à notre époque. Tout le monde pense trop et est très futuriste. En conséquence, le chakra ne peut pas prêter attention à toutes les autres choses. Donc ce qui arrive, c’est que la première chose affectée est le foie.

Or, le foie reçoit toute la chaleur du corps et l’élimine – cette chaleur est un poison pour le corps, peut-on dire – il l’élimine dans la circulation sanguine, elle va dans le sang. Alors, voyez-vous, si on ne fait pas cas de son foie ou s’il ne reçoit pas suffisamment d'énergie, s’il se met à travailler très dur, il devient ensuite hyperactif et cette chaleur ne peut pas être supprimée. Ce qui fait qu’elle commence à aller vers le haut et vers le bas. (Lorsque la chaleur monte vers le haut) le résultat, c’est que votre- ceux-ci, ce que vous appelez les poumons - qui sont faits comme vous le savez, à la façon d’une éponge - deviennent coagulés et vous développez de l'asthme.
Nous soignons l'asthme par l’intermédiaire du foie - incurable (?). Ensuite, la chaleur descend, et quand elle descend, elle affecte vos reins. Par cela, vous avez de l’hypertension artérielle et une autre chose, vous avez aussi de la constipation.
Ensuite, votre pancréas est négligé. Lorsque le pancréas est négligé vous avez du diabète. Seuls les gens qui réfléchissent, restent assis, planifient l'avenir, ont du diabète, jamais un villageois. En Inde, si vous allez dans un village, ils vont dire: "Vous devez mettre du sucre jusqu’à ce que la cuillère tienne debout." Ils prennent autant de sucre que cela, personne n’a le diabète, parce qu'ils vont travailler le matin, rentrent chez eux et vont se coucher, alors que nous, nous cogitons et cogitons, et pensons à l'avenir. Donc, la négligence du pancréas vous donne du diabète. Maintenant, nous avons beaucoup de gens qui ont guéri le diabète aussi.

Puis le troisième (dérèglement) est le pire, c’est celui de la rate. La rate est comme- vous dites le rythme, elle donne le rythme, c’est un indicateur de vitesse en nous. Disons que vous soyez en train de manger et que soudain, vous deviez courir, alors vous ressentirez une douleur, car la rate doit produire des globules rouges. Mais si vous êtes toujours dans une situation d'urgence comme vous l’êtes en ces temps modernes - tout d'abord vous lisez le journal et vous êtes sous le choc, parce que le journal doit vous choquer, vous voyez. Shri Mataji rit. Puis un autre choc, et encore un autre, puis au volant, vous avez un choc - alors cette pauvre rate ne sait pas comment se comporter dans ce monde fou et elle devient folle et vulnérable. Et à la moindre frayeur, elle peut développer un cancer du sang. Je dois vous dire que nous avons vraiment guéri des patients atteints de cancer du sang. Absolument guéris, complètement guéris, sans médicaments ni rien, absolument guéris. Nous avons des certificats et tout à leur sujet. Et étonnamment, ils étaient tous architectes. Shri Mataji rit. Voilà pour cela.
Puis, une autre chose que Je vous ai dite, c’est que cela affecte les reins et aussi la partie inférieure des intestins. Donc, un seul centre, si vous l'utilisez trop pour un seul but, peut vous occasionner tous ces ennuis.
Et finalement, la chaleur pourrait monter jusqu’au cœur et vous pourriez faire une grave attaque cardiaque. Surtout, si les jeunes boivent trop, s’ils jouent au tennis ou ce qui est très - Je veux dire s’ils pratiquent un sport comme le football ou le tennis, s’ils boivent trop et cogitent trop, ils pourraient faire une grave crise cardiaque et mourir très jeune, à un très jeune âge. Je veux dire que c’est vraiment fatal. Si vous avez une attaque à un jeune âge, c’est mortel, on ne peut pas les sauver.

Ainsi, lorsque vous traitez quelqu'un selon ses racines (sa nature fondamentale), il est très facile de résoudre le problème. Voyez, supposons que vous ayez à traiter un arbre et que vous commenciez à traiter toutes les feuilles, c’est très difficile. Mais si vous pouvez aller à la racine, c’est si facile, c’est simple. »
Shri Mataji Nirmala Devi, interview, Melichargasse, Vienne, Autriche, 30/06/1990
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire