mercredi 1 avril 2015

Shakespeare est un avadhuta


« Tout à l'heure, aujourd'hui, Je discutais du capitalisme, de la démocratie et du communisme. Par exemple, Abraham Lincoln était une âme Réalisée - sans aucun doute. Il avait sa vision de la démocratie, mais il ne pouvait la mettre en œuvre car les autres n’étaient pas des âmes Réalisées. Ils ne pouvaient pas accéder à sa vision et ne pouvaient pas s’imprégner de ces choses. Ils ont juste vanté ses mérites, il est leur héro. Ils feront une statue de lui, le décoreront, écriront des livres sur lui, mais rien de ce qu'Abraham Lincoln aura (pensé de la démocratie) n’entrera dans leur esprit, rien. Ils ne le suivent pas selon ce qu’il a fait dans sa vie. Ils se diront "Lincolnists" ou quelque chose comme ça - Shri Mataji rit doucement - ils mettront une sorte "d'isme" à cela. Ils essayeront de le posséder, de le labelliser en quelque chose, mais n’essayeront pas de l’intégrer en eux-mêmes.
Puis, Lénine était aussi une âme Réalisée, comme Je vous l'ai dit, il était une âme Réalisée. Il avait une vision de la collectivité - une vision très appropriée. Mais il a trouvé que les gens allaient lui faire défaut, et qu’il n’allait pas pouvoir la mettre en pratique. Alors il a dû passer à autre chose, il a dévié. Partout où il y a une personne qui est une âme Réalisée, elle aura, à sa manière, apporté une contribution (à l’humanité).

Je dirais que Shakespeare - l'autre jour, Je suis allée sur sa tombe (?). Or, Shakespeare était une très grande âme Réalisée, c’est certain. Sa contribution est si belle, mais les gens ne le voient pas : ils n’ont pas les yeux pour voir ce qu'il essaie de montrer.
Disons que nous avons vu "Hamlet". "Hamlet", qu’est-ce que c’est? Ce n’est rien d’autre que sa tentative de démontrer la futilité de toutes les stupidités que nous faisons. Tout d’abord, un homme tue un autre roi. Puis la femme courre après cet homme. Parce que le père est tué, le père vient (hanter) son enfant et contraint son fils à devoir le venger. Il se venge. Une petite fille, jeune fille innocente, aime follement cet homme.
Je veux dire que toute la vie est transformée en quelque chose de si dérisoire.
La vie de la mère - elle n'a pas d’estime de soi. Elle pense qu’en aimant cet homme par amour, elle aura le dernier mot. Alors, elle peut tuer son mari. Le mari - le soi-disant second mari - pense qu’en tuant cet homme et qu’en ayant cette femme, il atteindra le sommet. Puis la troisième personne, c’est ce pauvre fils, et le fantôme se retrouve à lui dire ce qui s’est passé. Le fantôme lui-même devrait mourir et aller loin de ce monde et vivre là où il est sensé être. Mais il revient et lui dit qu’il doit lui faire vengeance. Il ne s’intéresse pas à son Esprit, à son bien-être. Le père non plus. Maintenant, le fils suit son conseil et se met à haïr. Il adopte la destruction, il veut détruire cet homme. Dans cette destruction, il tue le père de cette petite fille - sa fiancée - et la jeune fille meurt aussi. Elle devient folle elle aussi. Tout le monde devient fou. Même Hamlet devient fou.
Que démontre Shakespeare ? Vous voyez, J'appelle Shakespeare, un "avdhyuta" (un ascète qui a renoncé au monde). Un "avdhyuta" est une personne qui est au-delà, ce n’est pas quelqu'un qui serait une incarnation. Une incarnation vient sur terre, joue avec vous, vit avec vous, agit comme vous, partage avec vous toutes sortes d'humeurs et de choses que vous vivez, et tente de vous aider, à ce niveau.
Les incarnations peuvent fléchir, mais très peu, elles ne le font pas, elles se maintiennent. Et que démontrent-elles? La futilité, la futilité de cette sorte de vie insignifiante et absurde que les gens mènent.
C’est ce qu'il a essayé de démontrer avec "Hamlet". Maintenant, combien de personnes, qui ont lu "Hamlet", comprennent ce point, que c’était au sujet de la futilité de se venger, même de sa mère ou de l'homme qui a tué son père?
C’est tellement évident. Toutes ces émotions auxquelles nous donnons tant d'importance et auxquelles nous identifions tellement notre vie, ne sont rien d’autres que des choses inutiles et futiles. Nous gaspillons notre énergie.

Alors il vous met face à une dramaturgie, voyez, cette dramaturgie, c’est un jeu. Voyez maintenant, ce qui se passe, c’est que vous devenez Hamlet. En la regardant, vous devenez un des personnages. Si vous regardez cette pièce de théâtre, vous deviendrez Hamlet. Immédiatement, vous commencez à penser : "Combien de vengeances dois-je entreprendre?" Vous allez vous faire une liste de personnes, vous devenez immédiatement Hamlet. 
Vous ne devenez pas Shakespeare, vous devenez Hamlet. » 
Shri Mataji Nirmala Devi, programme public, Caxton Hall, Londres, 01/09/1980 
Photo : Le TEV en représentation en Slovénie pour la pièce "Femmes de Shakespeare".


Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire