jeudi 23 avril 2015

Les chercheurs sont une catégorie spéciale



Journaliste : Comment allez-vous convaincre les durs à cuire cyniques que c’est le bon chemin à prendre ?
Shri Mataji: Vous voyez, cette nature réussira de plusieurs moyens. Il y a des cyniques.
Ils sont cyniques pour des raisons précises, ils ne voudraient pas l’être mais ils sont conditionnés.  Vous pouvez le découvrir car ils doivent avoir des problèmes, des problèmes mentaux, des conflits avec la famille aussi. Les gens cyniques auront toujours des problèmes avec leur famille.
Je ne dis pas que ces gens ont toujours des problèmes, certains disent que seuls les gens heureux peuvent pratiquer Sahaja Yoga. Ce n’est pas nécessairement le cas. C’est une catégorie de chercheurs. Il s’agit d’une catégorie de personnes qui sont des chercheurs.
Donc, tout d’abord, Je dois m’occuper de ceux qui sont de véritables chercheurs, c’est une catégorie de personnes. Et c’est pourquoi ils sont malheureux, car ils sont une catégorie différente de personnes. Ils ne seront satisfaits de rien, ils essayeront tout, ils essayeront de faire de l’argent, d’avoir du pouvoir. Ils tenteront ceci, cela, mais n’en tireront aucune satisfaction, car ils appartiennent à une autre catégorie de gens. Ensuite, ils rechercheront Dieu et le rechercheront encore.
Ils iront voir de mauvaises personnes et dépenseront leur argent avec eux, feront ceci et cela, ils tenteront tout et puis ils trouveront. Pourtant, ils n’ont pas encore découvert ce qu’ils recherchent et puis ils viendront à Sahaja Yoga.
Donc, en premier lieu, mon attention se porte sur les chercheurs, c’est une catégorie de personnes.
Comme Je vous l’ai dit, ces personnes savent que William Blake a écrit à leur sujet, ils les a appelés les hommes de Dieu,  Tous ces hommes de Dieu, dit-il , deviendront des prophètes et ces prophètes ont un pouvoir spécial, grâce auquel ils donneront la Réalisation aux autres et les transformeront en prophètes.
Journaliste : Etes-vous en train de dire que William Blake était une âme Réalisée ?
Shri Mataji: Oui, bien sûr.
Journaliste : Comment peut-on être une âme Réalisée si vous êtres là seulement maintenant ?
Shri Mataji: Rires. Vous voyez, il y a eu beaucoup d’âmes Réalisées auparavant aussi, car c’est un pouvoir qui est omniprésent, éternel, qui existe partout. Tous ces grands Saints comme disons, Jean-Baptiste était une âme Réalisée, Shakespeare était une grande âme Réalisée, il était formidable, la façon dont il a essayé de montrer la futilité de la vie. Il s’agit définitivement d’une âme Réalisée.
Et cela, s’ils sont Réalisés ou non, vous pourrez le savoir en prenant les vibrations de ces personnes. Vous pouvez ressentir les vibrations qui vous diront que ce sont des âmes Réalisées. Et ces âmes Réalisées existent depuis des milliers d’années. Comme sur un arbre où il n’y a qu’une ou deux fleurs au début, puis graduellement, le temps de la floraison apparaît et il y a beaucoup de fleurs et beaucoup de fruits qui mûriront.
Journaliste : Que faut-il pour être une âme Réalisée ? Faut-il être une personne mature ou ben quelqu’un qui apprécie l’humanité pour ce qu’elle est ?
Shri Mataji: Non, ce n’est pas un statut mental, il est important de le comprendre, cela vient du désir en vous, du pur désir de s’unir à Dieu, de s’unir à ce qui est au-delà.
Ce pur désir peut exister dans le fait que ce que vous voyez n’est pas tout : vous en avez assez, c’est une dramaturgie et vous vous y ennuyez. Vous essayez tout, mais vous n’en retirez aucune satisfaction. Vous voyez, c’est le pur désir d’être uni à son Esprit (qui peut s’exprimer ainsi).
Il se peut que vous ne soyez pas éduqué, que vous soyez un enfant des rues, vous pourriez vivre dans un endroit isolé, ce pur désir peut se trouver en vous, peut tout à fait exister et cela fonctionne. Mais vous n’êtes pas conscient de ce pur désir,  pourtant il fonctionne. Il fonctionne parce que vous ne vous sentez pas satisfait des autres choses, vous vous sentez frustré. Et tout ce que vous essayez, c’est ainsi, c’est une science économique, voyez-vous, vous pouvez satisfaire un désir particulier, mais en général, ces désirs sont impossibles à satisfaire. Ainsi, même la matière vous donne une leçon.
Shri Mataji Nirmala Devi, radio Interview, Hong Kong, 06/03/1992

William Blake s’est inspiré de la Bible pour écrire son Jérusalem en 1804, (qui a été mise en musique par Hubert Parry en 1916). Depuis, rien n’a démenti sa popularité. On pourrait même dire que cette chanson pourrait prétendre au titre d’hymne national anglais.
Les premières lignes sont basées sur une vieille légende selon laquelle Jésus aurait visité Glastonbury avec son oncle, Joseph d’Arimathie. Puis le texte passe de la légende aux images de l’Ancien Testament, comme avec le « chariot of fire » et présente une vision de la construction d’une Nouvelle Jérusalem dans une Angleterre toujours verte et agréable:
“And did those feet in ancient time
Walk upon
England's mountain green?
And was the holy Lamb of God
On England's pleasant pastures seen?”
Blake a toute une mythologie personnelle, qui présente les futurs hommes et femmes de Dieu comme des personnes ordinaires qui peupleront sa nouvelle Jérusalem biblique. Mais la tradition anglaise a interprété sa chanson comme une opposition aux villes industrielles où les abus sociaux de l’industrialisation ont sévi bien avant la France. Le Mouvement Chartiste en faveur de réformes sociales et au début du 20ème siècle par le Mouvement et Parti Travailliste. Ont adopté le Jérusalem de Blake comme chant de révolte. De nos jours, il est revendiqué et récupéré par tous les groupes sociaux et politiques : du Parti Travailliste aux Conservateurs, des Instituts pour Femmes… jusqu’au BNP (leur FN) qui a tenté d’en faire son hymne nationaliste.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire