dimanche 8 mars 2015

Le "quelque chose" en plus des femmes


« Si vous ne vous intéressez qu’à vous-même, à votre mari, à la maison, aux enfants, alors vous êtes en dehors du coup, vous n’êtes plus une femme à ce moment-là, ce n’est pas le signe d’une femme bien : une femme aime tous les enfants, son aptitude à aimer est immense, mais si elle devient radine, si elle fait preuve d’un esprit mesquin, alors elle n’est plus une femme.
Je vous ai parlé de mes petites-filles. Je leur ai demandé:
-Qu’est-ce que vous voulez faire plus tard? Elles sont très jeunes et elles ont dit:
-Nous voulons être infirmières ou hôtesses de l’air. 
-Pourquoi? Qu’y a-t-il de si bien dans ces métiers?
-Grand-mère, c’est avec ces deux métiers seulement, qu’on peut nourrir les gens. Il n’y en a pas d’autre pour lesquels on peut donner à manger aux autres.
La joie de nourrir les autres est supérieure à celle de remplir des documents au bureau, totalement. Je vous le dis, c’est un travail horrible que d’écrire des documents au bureau, vous savez. Shri Mataji rit, les Sahaja Yogis rient aussi. 
Il est préférable de cuisiner quelque chose de bon, en pensant que beaucoup vont manger et l’apprécier, plutôt que de faire ce sale boulot. Mais les femmes ont perdu la tête, elles ne sont plus pondérées maintenant, elles deviennent stupides.
En fait en Allemagne, vous devez faire très attention. En Autriche, vous devez faire très attention - les Autrichiennes sont très bien, mais Je conseillerais aux Allemandes de ne pas essayer de devenir des hommes...
Et ensuite vous verrez comment les hommes sont tenus. Nous, les Indiennes, savons comment tenir nos maris bien mieux que vous. Pourquoi n’avons-nous pas de divorces? Pourquoi n’avons-nous pas de problèmes? Nous nous disputons, d’accord, ce n’est pas grave, mais nos maris ne courent pas après d’autres femmes. Nous ne nous apprêtons pas, Je veux dire que nous n’allons pas chez le coiffeur, nous n’avons pas ces produits de beauté et tout cela.
Alors développez l’estime de soi-même, vous êtes la shakti, vous êtes le pouvoir. Si vous voulez faire de votre mari un légume, quel genre d’enfants aurez-vous? Des légumes bien sûr. Respectez-les. Faites-en des hommes, appréciez leur virilité et ils ne vous quitteront jamais.
Il n’y a aucune compétition entre les deux (hommes et femmes).
Je pense que le problème principal aujourd’hui en Allemagne, c’est que les femmes ont perdu le sens commun. Je crois que pour les femmes allemandes, c’est totalement le cas.
Prenez la musique, l’art, il y a tellement d’exemples. Aujourd’hui, de qui se souvient-on? Ici, de qui se souvient-on? D’un musicien, Mozart, tout le monde se souvient de Mozart, même sur du chocolat, vous verrez une image de Mozart! Rires. Je ne sais pas, si, le pauvre, a jamais mangé de chocolat ! Rires
Ou bien on se souvient, regardez ici, de Michel-Ange ou de Léonard de Vinci, ou bien de quelqu’un comme cela. Personne ne se souvient de qui était le fonctionnaire de l’époque, qui parcourait les dossiers du début à la fin. Rires
Donc les femmes ont ce quelque chose qui peut avoir une valeur éternelle, qu’elles devraient développer : la chose la plus importante, c’est qu’une femme peut aimer et aimer encore. Mais lorsqu’elle devient égoïste et égocentrique, qu’elle commence à ne s’intéresser qu’à elle-même, il n’y a plus de beauté dans son amour. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Kartikeya Puja, Munich, Allemagne, 13/07/1986
publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire