lundi 16 mars 2015

La profondeur des soufis

« Un jour, l'ambassade du Maroc a invité notre société à Marrakech, pour un type de salon artistique. Comme c’était en fait une réunion d'affaires, nous ne leur avons pas dit que nous étions des Sahaja Yogis. Le premier soir, nous avons dîné avec Mohamed et Mustafa et avons longtemps discouru de l'artisanat. Puis, soudain, Mohamed nous a demandé - et nous avons été très surpris de sa question:
-Puis-je vous raconter une histoire à propos de Bouddha?
Nous ne nous attendions pas à cela, car ce sont des musulmans. En 10 minutes, il nous a raconté, plein d'enthousiasme, toute l'histoire sur la façon dont Siddhartha est devenu Bouddha. Puis, il nous a demandé:
-Pensez-vous que nous pouvons rencontrer une telle personnalité sur cette terre, dans notre vie?
-Je crois que oui, ai-je dit.
-Oui? Vraiment? Mais vous savez que je me pose tout le temps la question ... imaginez quelqu'un comme Bouddha, marchant dans les rues, comment les gens vont-ils savoir que c’est Bouddha? Comment savoir si quelqu'un est comme un Bouddha, comme un vrai saint?
-Nous savons une technique, a dit mon camarade Yogi. Grâce à cette technique, vous pouvez sentir des vibrations qui vous disent si vous êtes en face d'un prophète.
-Vous devez me montrer cette technique! S’est-il écrié sur le champ.
Il était déjà deux heures du matin et avons pris rendez-vous pour le lendemain matin.

Les deux hommes sont venus nous voir dans notre petite chambre d'hôtel. Nous leur avons demandé de s’asseoir pendant que nous nous préparions la photo de Shri Mataji, une bougie, de l’encens, tout cela. D’abord, Mohamed était vraiment en sueur. Nous n’avons rien dit et sommes directement passés à la partie atelier de méditation. Il nous a fallu 20 minutes pour arriver à stabiliser la Kundalini. D'abord le Nabhi et l’Agnya étaient complètement bloqués, Nous avons travaillé de gauche à droite. Et soudain, à un moment donné, il y a eu une paix totale, le silence. L’Agnya s’était ouvert. Le silence a empli la pièce et il était si profond que nous-même en avons été surpris.
Pendant quelques minutes, Mohamed a profité de cette méditation sans pensée, puis il a regardé la photo de Shri Mataji et a dit:
-C’est incroyable que j’ai une si bonne communication avec cette dame et je me sens complètement silencieux. Quel est ce silence? Je n’ai jamais ressenti ce silence auparavant, mais je sais que c'est la vérité. Plus tard, je lui ai demandé:
-Comment savez-vous que c'est la vérité, c’était votre idée à ce sujet?
-Vous savez, mon père est un soufi et il m'a dit, une fois: "si tu trouves quelque chose qui t’amène dans un silence total, c’est dans ce moment-là que tu rencontreras Dieu."
Donc, il a obtenu sa Réalisation.

Shri Mataji était très heureuse d'entendre cette histoire. Elle a dit: "Je tiens à les rencontrer."
Puis nous avons commencé les premiers programmes, nous avons invité les gens à notre hôtel. Un des premiers programmes s'est déroulé à Marrakech. Mais nous ne pouvions pas vraiment faire de suivis. Lentement, ils ont découvert que Sahaja Yoga était aussi une religion. Quand ils ont lu au sujet de Shri Mataji, il leur est devenu clair que c’est quelque chose de supérieur.
Mais ils ont eu peur et ne sont pas revenus.
En 1996, Shri Mataji m'a demandé de nouveau des nouvelles de Mohamed et des Marocains. Je lui ai dit:
-Mère, ils ont peur à cause de la société et ils ont arrêté de méditer.
-Tant qu'ils ont peur, Je ne peux pas les aider, a répondu Shri Mataji. »
Témoignage de Franz
Publié par dictionnaire de sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire