mercredi 4 mars 2015

La connaissance de Dieu n'est pas mentale




« Shankaracharya a écrit un beau traité appelé "Viveka Chudamani" où il décrit ce qu’est Dieu, ceci, cela; "viveka" signifie la conscience, et il a fait beaucoup de descriptions de la conscience et du reste. Mais il y avait un personnage horrible, appelé Sarma, qui a commencé à le remettre en question et Shankaracharya en a eu assez. Il a dit : "Cela ne sert à rien de leur parler." Alors, il a juste écrit le "Soundarya Lahari" (un recueil poétique).
Le Soundarya Lahari n’est rien d’autre que des mantras louant la Mère. Il a dit : " Pourquoi ces questions ? Je connais la Mère, maintenant laissez-moi la louer. Il n’y a rien à faire, à quoi sert-il de parler à ces gens ? Ce sont des gens stupides, comment pourraient-ils comprendre?" Il a pris conscience que : "Ces gens n’ont pas la capacité, la sensibilité pour comprendre ce que je sais."

Voilà la vraie connaissance : savoir qui est Dieu. Et si c’est Dieu, alors comment pouvez-vous suspecter quoi que ce soit, comment pouvez-vous essayer d'analyser quoi que ce soit? C’est Dieu, c’est Dieu Tout-puissant, qui sait tout, qui fait tout, qui se plait à tout.
C’est ce qu’on doit appeler la connaissance, "dnyana" (ou gyana), la véritable connaissance, la pure connaissance. Ce n’est pas la connaissance des chakras, ce n’est pas la connaissance des vibrations, de la Kundalini, mais la connaissance de Dieu Tout-puissant.  

Et la connaissance de Dieu Tout-puissant n’est pas mentale. Je vous le dis encore, cela commence dans le cœur et va ensuite au cerveau ; c’est quelque chose qui vient de votre expérimentation de la joie et qui recouvre votre cerveau, donc, votre cerveau ne peut plus le nier. 
Par exemple, parfois, vous pensez à votre mère, vous connaissez son amour, mais vous ne pouvez pas l’expliquer, cela vient du cœur et vous vous dites: "Non, ma mère, elle ne le ferait pas comme ça. Je connais très bien ma mère." La connaissance de votre mère, de celle qui vous a donné votre naissance - peut-être pas, il se peut que votre mère n’ait pas été très bonne ou quoi que ce soit - mais la connaissance de Dieu, du fait qu’il soit amour, qu'il soit la vérité, qu'il sache tout, cette connaissance devient une partie intégrante de votre être, complètement. Et c’est dans ce cas que nous parlons de nirvana. Alors il est important, surtout pour les Occidentaux, d’ouvrir maintenant leur cœur, car cela part du cœur, pas du cerveau. » 
Shri Mataji, Maha Shivaratri Puja, Chianchiano, Italie, 16/02/1991 

Nous vivons dans trois états de conscience si on distingue le sommeil du sommeil le profond où les rêves apparaissent qu'on appelle "sushupti" en sanscrit. 
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire