vendredi 27 février 2015

Le sacré coeur selon Sahaja Yoga


« Et c'est ainsi que, sur une base collective, le cœur est en quelque sorte le plus à l'intérieur, la chaîne la plus interne du collectif, une chaîne qui passe à travers nous tous. Aussi, si vous pouviez découvrir ce qu’il y a de plus profond - car trois cercles et demi, c’est le point le plus profond - si vous le touchez ici, il passe par dessus. Supposons que vous le touchiez à un autre endroit, il pourrait alors se briser. Mais si au début vous commencez à le toucher, il avancera très facilement et fera une circonférence complète. 
Maintenant, ce centre dont Je vous ai parlé est le plexus du cœur qu’on appelle plexus cardiaque, et il possède dix sous-plexus et les noms anglais sont pour eux – encore une fois, Je vous donnerai une liste complète. Je ne sais pas quand nous aurons le temps de les vérifier dans la revue médicale, mais Je vérifierai tous les noms, tous, et Je vous dirai comment on les appelle en terminologie médicale. Mais ils savent qu'il y a dix sous-plexus qui aident au fonctionnement des muscles du cœur, des poumons et des poumons du côté droit, et c'est ainsi qu’ils sont divisés. Mais ils ne savent pas qu'il existe déjà trois parties, et qu’il y a 10 pétales qui s’en chargent, excusez-moi, douze pétales, qui s’en chargent. Donc trois, divisés en douze, cela fait quatre pour chaque partie (du cœur). 

Mais en fait ce n'est pas comme cela, les douze pétales sont tous ensemble, au centre, et ce cœur centre est connu sous le nom de "cœur sacré". Dans la Bible on l'appelle le "cœur sacré". Et le côté sacré de ce cœur, dans sa forme abstraite, c’est l'amour maternel de Dieu. C'est pourquoi Jagadamba, la Mère de l'univers, y réside. Et ces douze pétales agissent en fonction de la Mère du cœur, et c'est pourquoi nous ne pouvons pas leur permettre d'aller sur ce côté-ci ou de ce côté-là, car c'est Elle en fait, qui les fait pulser. Donc ici, Elle devient une personne dominante et non le cœur. 
Ce sont les règles de l’Esprit, l'Esprit gouverne donc par lui-même, et il est dirigé à l'aide de la réflexion de Dieu Tout-puissant lui-même. Il est tout seul, il dépend de sa volonté propre, il voit, observe, est le témoin, il observe le jeu de ces douze pétales ici. Mais, s'il trouve qu'il y a trop de stress sur le coeur centre, alors il l'éteint, et, quand c’est éteint, tout s'arrête, vous voyez. 

Donc vous devez comprendre la différence entre les autres chakras et celui-ci : il y a l'Esprit d'un côté et la Mère, de l'autre côté il y a une personnalité humaine parfaite (Shri Rama), trois choses mises ensembles, maintenant, si vous les réduisez à nos trois pouvoirs, vous devriez comprendre. Sur un côté, il y a l'instrument, ou, on peut dire, le noyau pour le fonctionnement du côté gauche. Au centre il y a – ou on peut dire pour le fonctionnement du côté gauche, on peut parler du fonctionnement de Mahakali. Au centre, on peut dire que c’est pour le fonctionnement de Mahalakshmi. Et le noyau, pour le fonctionnement dans le côté droit du cœur, est situé à droite, là où réside Rama (Mahasarasvati). On peut parler de noyau car Rama a été actif, il a agit sans ressentir l’état de témoin. Or, (ces trois pouvoirs) se combinent ici, là où Shri Krishna est venu, (sur le chakra du Vishuddhi). Et Shri Krishna a expérimenté l'état de Témoin et il l’a appelé du nom de "lila", le jeu total. Rama n’en a jamais parlé comme d’un jeu, mais Krishna l’a appelé un jeu. Et c'est pourquoi Krishna est ici total et c'est pourquoi nous l'appelons Sampoorna, c'est-à-dire une Incarnation totale, "adi" (primordiale). »
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation sur le chakra du cœur, 01/02/1977 

La localisation est sans doute en Inde. L'enregistrement est abîmé et certains passages tronqués rendent la compréhension difficile.
Photo: c'est l'intérieur du Sacré Coeur à Paris.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire