mercredi 11 février 2015

La puissance du germe



« Quand vous regardez une graine, cela ressemble à quelque chose de très ordinaire, il n'y a rien de spécial. Cela pourrait être une noix très dure aussi, car la plupart des graines sont à l'intérieur de coquilles, le plus souvent. Si elles ne sont pas dans des noix, alors elles possèdent au minimum une sorte de gaine. Mais vous ne trouverez pas de graine suspendue comme cela sur un arbre. Elle doit avoir une certaine protection, une sorte de résistance externe. Il y a donc cette dureté, mais le germe a la capacité de la briser. Imaginez seulement qu’un germe, cette chose si délicate que vous pouvez casser juste en la touchant, est capable de briser son enveloppe, sa dure carapace. Comment y arrive-t-il? N'est-ce pas fantastique qu’une coquille aussi dure, que nous ne pouvons même pas rompre avec nos dents, puisse être si facilement brisée par un faible germe? 
Donc, à ce moment-là, ce qui se passe, ce n’est pas que la coquille devienne vivante. Elle ne se met pas en vie. Il n'y a pas de mouvement de la coque en elle-même, mais elle bouge et s'ouvre. Car cette chose délicate, le germe, quand il grandit, la coque doit se briser. 
De même, cette Kundalini, qui est une chose délicate - si vous voyez quelqu’un qui a de la compassion : "Oh," disent-ils, "Mère, c’est un vrai bijou, vous savez." Tout le monde aura une sorte de sympathie protectrice envers cette personne. "Il n’est que compassion, Mère, vous savez, c’est trop." Nous avons toujours l’impression qu’une telle personne est très fragile, que c’est une personnalité faible et qui doit être protégée : "Oh, Mère, il ne sait pas non plus comment abuser les gens. Comment pourrait-il combattre quiconque? Il ne peut même pas tuer une fourmi sur la route. Comment peut-il faire quelque chose ? Ou alors il n’est bon à rien?" C’est notre conception des choses, car nous pensons qu’il nous faut avoir quelqu'un de vraiment tyrannique pour gérer les choses. 
Mais comprenez que dans une graine, c’est ce germe délicat qui se développe et qui brise la coquille. De même, lorsque nous deviendrons vraiment sensibles comme un germe et que notre sensibilité, la beauté de notre compassion grandiront, ainsi que l’amour et la connaissance qui nous rendent humbles, alors les coquilles se briseront. 
Mais c’est l’inverse qui se produit normalement. Nous avons des leaders pour Sahaja Yoga maintenant. Nous avons eu des leaders et des leaders, encore et encore. Certains d'entre eux sont arrivés comme des tigres. Je ne savais pas quoi faire d’eux. Même un tigre peut être chevauché par la Déesse, la Kundalini, parce que cet amour a le pouvoir de briser n’importe quelle coquille. Donc ce que nous devrions demander, c’est cette nature belle et douce, cette nature pleine de compassion et alors la Kundalini nous la donnera, car elle n’est que cela.
La Kundalini n’a rien d’autre, son pouvoir est fait d’amour et rien que d’amour. Ainsi, comment pourrait-elle vous donner quelque chose qu’elle ne possède pas ? Supposons que vous haïssiez quelqu’un, que peut-elle faire ? Elle ne peut rien y faire car elle ne peut pas vous donner le pouvoir de haïr. Ce qu’elle en dit : "Tu déteste quelqu’un ? Continue ou pardonne." Elle vous donne le pouvoir de pardonner. Comme une épée qui devrait combattre un bouclier et non une autre épée. Donc la violence, comme on dit, ne peut être combattue que par la non-violence.
Pareillement, si l’on doit évoluer - et les Sahaja Yogis doivent évoluer- il faut d’abord observer à quel point on parle avec douceur, avec gentillesse, à quel point on est prévenant. Or, c’est extérieur. Cependant, quand on commence à agir ainsi extérieurement, l’énergie se met à affluer intérieurement. Il se peut que vous disiez : "Mère - même si vous pensez – ce n’est qu’une réflexion. Non, au moment où vous aurez cette pensée, l’énergie affluera de la Kundalini car vous demanderez son aide. Quoi qu’elle possède, elle veut le donner, mais ce qu’elle n’a pas, comment pourrait-elle l’offrir? »
Shri Mataji Nirmala Devi, Adi Kundalini Puja, Weilburg, Allemagne, 11/08/1991
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire