vendredi 16 janvier 2015

Le péche originel pour nous pousser à évoluer en toute liberté


« Beaucoup de gens me demandent – auparavant aussi- : “Mère, pourquoi sommes-nous devenus comme cela? Pourquoi Dieu ne nous a pas simplement rendus conscients de nous-mêmes ? Sans que nous commettions toutes ces erreurs? Et pourquoi avons-nous dû passer par ce cercle vicieux?” A cette époque, Je n’ai pas voulu dire que vous aviez commis le péché originel, que vous aviez désobéi à Dieu, sinon, les choses auraient fonctionné de façon différente, ne se seraient pas autant prolongées. Parce que, si vous leur dites cela, alors une autre chose se produit, c’est qu’ils se retrouvent sur le côté gauche, et ils commencent à se sentir coupables du péché originel, vous voyez. 
Donc, nous devons sauter de l’ego à la partie concernant le péché originel, mais si vous voulez éviter cette partie (sur le péché originel), on peut simplement dire qu’au début, l’évolution n’aurait pas pu avoir lieu sans que cette liberté vous soit donnée, vous voyez, parce que la liberté était testée pour la première fois. 
On vous a donné la liberté, vous aviez un endroit agréable à vivre, vous viviez sous la protection totale de Dieu, dans le jardin d’Eden, peut-on dire, dans la beauté, tout était merveilleux, il ne manquait rien. Mais, malgré cela, les êtres humains, vous voyez, quand ils ont reçu la liberté - la liberté allait juste être testée - ils ont tout de suite pris goût à ce qui se passe "sous la ceinture", vous voyez. Et c’est ainsi que Dieu a dû ensuite modifier tous ses plans, parce que les plaisirs inférieurs de la vie étaient séduisants, malgré toutes les bénédictions qu’ils avaient. Toute leur animosité et, on peut dire, toutes leurs émotions animales, peut-on dire, attiraient encore les êtres humains - et c’est ce qui était le plus surprenant. 
Et quand ces choses se sont produites, naturellement, la liberté a dû passer elle-même par l’épreuve du perfectionnement. Et cette épreuve, c’était la création toute entière des êtres humains. 
Mais leur dire tout cela, leur dire que c’est seulement le péché originel qui a créé un problème, alors ils se seraient assis et auraient dit: “Oh, mon Dieu, pourquoi avons-nous commis le péché originel?” Alors, il est préférable de dire que c’était indispensable pour votre processus d’évolution, que votre liberté devait être mise à l’épreuve. Parce que, si vous devez connaître la liberté suprême, il vous faut d’abord savoir si vous pouvez la supporter ou pas. Et en voyant cela – ainsi cela a pris tant d’années aux êtres humains pour évoluer, pour comprendre que l’homme ne peut pas tout supporter : il ne peut pas supporter la liberté, il ne peut pas supporter l’argent, il ne peut pas supporter une bonne situation sociale, ni le confort, il ne peut pas tout supporter. 

Et c’est ce que nous voyons également maintenant chez les Sahaja Yogis : lorsqu’ils obtiennent le confort, ils se "sédentarisent" de nouveau, tout simplement. Lorsqu’ils obtiennent n’importe quelle type de bienfaits matériels, il se produit ce qui s’est passé, c’est encore la même chose : vous êtes prêts à retrouver le Jardin d’Eden, et lorsque vous commencer à le retrouver, vous retournez encore au même stade (trivial). Ce n’est pas positif. 
Maintenant, vous devez comprendre qu’il vous faut être suprême. Ainsi, il vous faut maîtriser tout cela, rien n’est important, rien n’est important, seul l’Esprit est important. Alors seulement, vous pouvez en sortir. Cela peut aussi agir sur vous comme une tentation. Toutes les bénédictions que vous recevez sont des tentations. Donc, vous devriez être prêts. 

Rien n’est plus important que l’Esprit, vous voyez. Nous sommes prêts à toutes sortes de choses pour atteindre l’Esprit. Nous ne nous préoccupons pas de savoir quelles bénédictions nous recevons ni rien d’autre. Mais ce que nous voulons, c’est la liberté de l’Esprit, qui n’ambitionne rien, qui ne désire pas de choses matérielles ; ainsi vous serez comme une lampe à huile qui donne de la lumière, sans être concernés par la lampe en elle-même, qu’elle soit fabriquée en or, en argent ou en n’importe quoi d’autre, elle peut donner de la lumière, même si elle est faite en argile. C’est ce que doivent accomplir, comprendre les Sahaja Yogis, parce que c’est un stade très précaire, où, Je trouve, les gens dérivent de nouveau vers le bas. » 
Shri Mataji Nirmala Devi, Durga Puja. Vienne, Autriche, 26/09/1982 

Le péché originel est décrit ici comme une façon de forcer l’humain à sortir de la stagnation qu’induit sa nature animale : en effet, si on se contente des plaisirs que l’on a déjà acquis au stade animal, pourquoi rechercherait-on à évoluer ? Or, Shri Mataji nous dit ici que Dieu n’avait pas prévu que cette attirance pour les plaisirs inférieurs, qui sont aussi moins satisfaisants par rapport aux plaisirs et bien-être de l’Esprit, collerait tant à la peau des êtres humains. 
Donc Dieu a dû changer ses plans et c’est pourquoi les Incarnations se sont succédées sur terre, afin de montrer à l’homme le chemin de l’évolution. Sinon, on n’aurait jamais choisi d’évoluer et on se serait contenté de ce qu’on avait déjà. 
Lorsqu’au jardin d’Eden, les hommes ont reçu la liberté, ils l’ont surtout utilisée pour assouvir des instincts primaires venant de leur nature animale, comme les plaisirs sexuels, ceux liés à la nourriture. Ils n'ont pas cherché à aller plus avant sur le chemin de l'évolution. C’est pourquoi le concept de péché originel a eu une certaine utilité au début de l’humanité, cela les a forcé à rechercher des plaisirs supérieurs. 
Mais si au départ, Shri Mataji avait présenté la nécessité temporaire de faire passer dans l’esprit humain le concept de péché originel, les gens (ou les Sahaja Yogis ?) auraient culpabilisé et seraient de nouveau retombés dans une certaine léthargie. Donc la supercherie qu’est le péché originel a eu une certaine utilité durant un temps. 
 Chez les Sahaja Yogis, de nouveau, le piège de s’installer dans le confort, de s’y établir et de ne plus essayer de progresser, se présente de nouveau. C’est le risque qu’on court à recevoir des bénédictions, on peut régresser à un stade plus basique, un stade matérialiste, alors que le but c’est d’atteindre le divin pour être l’Esprit, ou d’atteindre l’Esprit pour devenir divin. 
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire