dimanche 4 janvier 2015

Qu'est-ce qui agit quand on fait un bandhan?



« Quelqu'un m'a dit, et c’est un très bon argument qu'elle a donné : "tout ce qui est mien n’est pas "moi", ce qui signifie que ce n’est pas sahaj (intégré). Mon corps, ma tête, pour chaque chose "mon". Mais "moi?" - elle m'a donné cette idée : "Moi", qui est ce "moi"? Alors on sépare le "moi" et ce qui est pas "le mien" est "le moi". Donc, ce qui reste, c’est votre Esprit. Quelqu'un m'a donné cet argument. J’ai dit que c’était un bon argument pour arriver à discriminer, car ce qui reste est "le moi" et c’est ce "moi" dont nous devons nous occuper. Donc vous diminuer tous ces "le mien", "le mien", "le mien", et le pur esprit d'innocence s’élèvera. 
Donc, l'idée à propos de l’Esprit aussi, les gens pensent que si vous devenez spirituel - Je veux dire que Je ne sais pas ce que les gens entendent par personne spirituelle - mais l'idée générale concernant les gens spirituels, c’est qu’il faut être quelqu’un de terrifiant comme un taureau ou Je ne sais qui d’autre. On doit être astucieux comme un renard ou on doit être intellectuel comme Freud ou quelqu’un d’autre. Les gens ont toutes sortes d’idées! Non, ce n’est pas comme cela. 
Une personne spirituelle est juste innocente, simplement innocente. Il n'y a pas d'habileté intellectuelle, rien que l’innocence. Le tout n’est qu’innocence et tout ce qu'elle dit ou ce dont elle parle lui vient de son innocence. Elle n'a pas d'intellect en tant que tel, ce que les gens ici, possèdent par leurs lectures et par leur compréhension et leurs analyses. Rien de la sorte. Elle a juste une innocence pure et simple et tout fonctionne très bien, c’est si pur. Elle dit simplement ce qu'elle sait et ce qu'elle sait est ce qu’il y a de plus élevé. 
Donc, il faut intégrer ce déconditionnement, mais il ne faut pas non plus en discuter entre vous. Une fois que vous commencer à discuter, alors pour vous aussi cela devient une sorte d’argumentation théologique - il n'y a pas de théologie à ce sujet. C’est très simple. C'est la chose la plus simple d'être innocent. 
Mais l'innocence s’est perdue, pourquoi? Parce que notre attention se porte sur des choses différentes, nous sommes attentifs à d'autres choses. Nous nous penchons sur d'autres choses. C’est si simple, vous savez. 
Aujourd'hui, Je me suis dit que Je devais acheter trois neuf saris de 8 mètres de long. C’est une question simple, parce qu'il y a trois dames qui portent des saris de 8 mètres et Je dois leur offrir trois saris similaires, c’est tout. J’ai juste pensé à cela. Bien. Je suis arrivée ici et J’ai vu qu’il y avait de très beaux saris. Alors J’ai demandé : 
-Où avez-vous trouvé ces saris? 
-Vous les aurez ici. 
-Très bien, ai-Je dit. 
Ensuite vous allez acheter ces trois saris. Aucune analyse, rien de la sorte, n’est nécessaire. Il m’est juste venu à l’esprit que Je devais acheter trois saris, c’est tout. La réponse est ici. Ainsi, même l'atmosphère est si innocente, la situation entière est si innocente que la solution se présente de l’innocence à l’innocent. 
L’innocence fonctionne dans tout, vous voyez, parce que chacun possède un peu d'innocence, il y en a chez tout le monde, n’est-ce pas? On pourrait donc dire que c’est comme une cinquième colonne, vous voyez. L'innocence est une cinquième colonne en vous. Donc, si quelqu’un est innocent, vous voyez, cela agira sur votre cinquième colonne et vous fera bien. Quand vous faites un bandhan pour autrui, ce qu’il se passe, c’est qu’en fait, vous l’entourez de votre innocence et la personne n’en sait rien. Elle possède en elle-même sa propre innocence ; vous captez cette innocence, c'est tout ce que vous faites, c'est comme ça que vous y arrivez. C’est très simple d’y arriver : le seul principe, le tattva, tout repose sur ce principe qui n'est rien d'autre que l’innocence
Donc, essayez de développer cette innocence, en utilisant ce moyen (neti-neti), "ce n’est pas ceci, ce n’est pas cela" (pour trouver le vrai moi). Dites "ce n’est pas cela" pour chacune de vos erreurs. "Pas ceci, pas cela, pas cela" et vous y arrivez. "Ce n’est pas moi, pas moi, pas moi" vous y arrivez. 
Et voilà ce qu’il en est, et vous voyez que le monde matériel n’attaque pas l'innocence, parce qu'il en a peur. Vous ne pouvez pas l’attaquer, l’innocence ne peut être détruite, elle ne peut être détruite. L’innocence est quelque chose qui s’infiltre partout et ne peut être détruite. Donc, quoi que les gens puissent tenter, elle ne peut être détruite, mais elle peut être recouverte, elle peut s’éloigner, mais elle ne peut pas être détruite. Elle agira selon ses propres voies. » 
Shri Mataji Nirmala Devi, Mahalakshmi Puja, Kolhapur, Inde, 01/01/1983 
Le bhajan "Chuk Chuk Rail Chali Hai Jivan Ki" dont nous entendons la version instrumentale, est aussi une chanson pour enfants très connue. "Chuk Chuk" étant bien sûr le bruit du train à vapeur. 
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire