jeudi 22 janvier 2015

L'amour de Shri Mataji pour la musique indienne


« Il est très difficile de décrire cette joie intérieure, vous pouvez seulement en profiter, vous ne pouvez que la ressentir. C’est quelque chose de si inné- voyez que beaucoup d'entre vous ont appris cette musique difficile. Et vous avez l’avez tous appréciée… 

J'ai demandé ensuite à mon frère, votre Babamama, pourquoi il ne commencerait pas une académie de musique. Et quand ils sont en venus à la musique cela m'a surpris. J’ai vraiment été surprise, alors que nous n’attendions rien d'eux, en 3 mois, en 4 mois, ils ont saisi un style de musique très difficile. Il est impossible, il est impossible aux Indiens de le faire. Ils ne pourraient jamais faire cela en 4 mois de temps.
Oh Baba! Je l’ai vu dans ma propre famille, ils étaient musiciens, et mes sœurs, mes frères, pendant des heures, chaque matin, ils se levaient à cinq heures et se mettaient à la musique. Chaque "rias" (entraînement) durait 3, 4 heures, tous les jours! Je me disais alors, quand cela va-t-il prendre fin? Je veux dire, qu’après tout, si quelqu'un avait besoin de dormir après 5 heures du matin, c’était impossible. Mais c’est une coutume, en Inde, de se lever très tôt le matin. 
Mais, la façon dont ces gens apprennent si vite, c’est parce que cette envie fougueuse de s’exprimer était en eux très, très puissante, beaucoup plus forte que chez les Indiens. C'est vrai; Je peux vous dire très clairement, que Je n’ai jamais entendu parler de quelqu'un qui aurait appris cette musique difficile en 3 ou 4 mois. Pendant des années, ils n’ont pas voulu l’apprendre. C’est la même chose pour vous, la façon dont vous vous êtes mis à l'apprécier. Je ne sais pas. Je veux dire, qu’une atmosphère différente a commencé, pleine d'espoir et de joie. »  
Shri Mataji Nirmala Devi, India tour, discours après le récital de Arun Apte, Ganapatipule, Inde, 01/12/1998 
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire