dimanche 21 décembre 2014

Comment neutraliser l'envahissement des joies primaires


« Comme vous le savez, le Mooladhara a des effets excréteurs et vous savez combien nous sommes soulagés lorsque nos excrétions sont normales. C’est une chose primaire, mais ce soulagement vous donne une sorte de joie et de contentement. C’est très grossier, d’un niveau très basique comme on dit, mais c’est très important pour nous d'avoir cette joie. Cependant, pour que cette joie ne soit pas si dominante sur les autres joies qui ont une sensibilité plus subtile, il faut être innocent. Je sais qu'on ne peut pas se forcer à être innocent, on doit être innocent par soi-même. Mais avec Sahaja Yoga, on peut le redevenir en nettoyant son Mooladhara. Il est très important que notre Mooladhara soit nettoyé. Notre innocence doit être établie, de sorte que ces joies primaires ne recouvrent pas la totalité du spectre de notre vie et ne nous rendent pas esclaves d'elles, même si elles nous procurent du soulagement. 

Mais nettoyer son Mooladhara ne signifie, en aucune manière pour Sahaja Yoga, avoir toutes sortes d'obsessions et d'obstructions, mais c’est donner une libération naturelle, comme un enfant innocent, à ces vagues, qui n'ont pas besoin de remonter toutes les autres strates de joies. Vous devez avoir vu, lorsque les vagues de l’océan touchent les côtes, qu’elles repartent vers le large. Si les rives sont faites de roches très dures, le rouleau de la vague peut s'enrouler encore plus vers le fond et les vagues peuvent s’enfoncer encore davantage.

Si le cerveau est très focalisé sur l'ego, s'il est recouvert par l’ego, ces joies (triviales) prennent une plus grande importance dans la vie que ce qu’elles devraient normalement avoir. L’innocence est la seule façon de neutraliser ces vagues qui reviennent sur les six autres strates très importantes (pour les recouvrir)

En allant plus avant, vous savez qu’à la deuxième strate, se trouve la joie de créer. La joie de la créativité, lorsqu’on ressent en soi la joie de créer, elle retourne encore à la périphérie. Pour certaines personnes, il est si important, si galvanisant, de créer quelque chose - ils en sont fous et ils pensent qu’il est si important de créer une réflexion, un livre, des impressions artistiques ou quelque chose d’autre. Pour certains, c’est très important, de sorte qu'ils créent. Et cette créativité, si elle frappe un esprit rationnel, il en développera le même genre de réaction (inférieure) : la personne commencera à penser qu'elle est la plus importante de toutes et que, quoi qu’il fasse au reste du monde, c’est bien, tant qu'elle reste une grande créatrice de pensées ou d’idées. Un tel homme peut devenir vraiment très dogmatique, dominateur, et pourrait être tyrannique, parce qu'il pense que tout ce qu'il fait donne des résultats, a du succès, selon lui (ses critères). Il rationalise tout et (ces pensées) reviennent et s’enfoncent encore plus en lui, et recouvrent tous ses autres chakras.  

Donc, la neutralisation de cette deuxième couche, c’est la conscience sans pensée, nirvichara.
Lorsque votre conscience est illuminée - samadhi - et que vous êtes à l'état de nirvichara, alors tout ce que vous créez, vous le voyez simplement, en conscience sans pensée, vous aimez vraiment ce que vous voyez ou ce que vous créez, vous êtes en conscience sans pensée. C’est comme cela que vous maintenez ces couches d’obstruction à la périphérie. Il est important de les garder à la périphérie quand elles vont au cerveau, car le c’est cerveau qui les enregistre. Et si le cerveau est dur comme du bois, il ne peut pas enregistrer, il n’est pas sensible, la plupart …se perd en réaction, et cela tue toute joie. Par exemple vous créez une peinture. Vous venez de la créer et il suffit de la regarder sans aucune pensée. La joie totale du cœur que vous avez mise sur cette toile, vous remplira complètement et vous ressentirez le flux de joie revenir vers vous. 
Si la création se fait en conscience sans pensée, alors c’est la plus belle. En dehors d’être la plus belle, c’est une création parfaite, car une telle peinture ou un tel art ou telle création, une telle conception, un tel livre, une telle idée, émettra des vibrations. Le coefficient vibratoire émis (par une œuvre) sera intégral, si elle est faite en conscience sans pensée. C’est pourquoi ceux qui sont des âmes Réalisées, quand ils créent quelque chose, ou qu'ils produisent quelque chose, vous verrez qu'il est facile de savoir si votre œuvre produit des vibrations ou non, c’est très facile. »
Shri Mataji, conseils sur les chakras. Mumbai, Inde, 30/12/1979 
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire