vendredi 31 octobre 2014

La magie noire est la plaie de l'Amérique du Sud


« Des forces destructrices ont formé des groupes et des organisations militantes qui disent ouvertement : " nous sommes destructeurs." Par exemple, il n’y a qu’en Amérique que nous avons Satan, des organisations de Satan, des organisations sataniques. Ensuite, il y a la sorcellerie. Ouvertement. Ouvertement, ils sont enregistrés en tant qu’organisations en Amérique, alors que nulle part ailleurs, dans le monde, il ne peut y avoir une telle chose comme cette organisation de magie noire, qui soit une organisation de sorcellerie, là-bas ils sont publiquement enregistrés. Donc, ils sont allés jusqu’à ce point et ont accepté collectivement la sorcellerie. C’est une punition (pour leur passé). Voilà pourquoi l'Amérique est l'endroit le plus difficile pour nous, pour Sahaja Yoga. Il faut avoir une véritable compassion pour eux. Ils sont maintenant en train de passer par la phase de la punition, parce que leurs ancêtres ont fait toutes sortes de choses mauvaises (génocides) et, eux non plus n’ont jamais accepté le dharma comme principe de vie. Ils pensaient que le dharma signifiait la mort de leur liberté, que le dharma signifiait qu'il vous enlevait (le choix de) sa vie personnelle et privée, pour la placer entre les mains de quelque chose d'autre. 

Donc, pour établir le dharma en Amérique, que pouvons-nous faire? Je suis allée en Amérique au moins dix fois plus qu’en Russie et Je veux vraiment leur faire remarquer, d'une manière ou autre, que : "Vous avez perdu votre dharma." Mais cela ne leur plaira jamais, parce qu'ils sont très égocentriques. Si vous leur dites cela, alors ils se mettront très en colère. Au contraire, ceux qui leur disent, comme Rajneesh et tous ces gens (les faux gourous), "Oh, pas de dharma", flattent leurs intempérance et leur ego. Ensuite, ils sont très contents. C’est donc une tâche difficile, dans ce pays, que de faire comprendre aux gens qu’ils subissent un châtiment, et que cette punition ne peut être surmontée qu’en devenant des Sahaja Yogis. Avec Sahaja Yoga leur dharma va s’éveiller et tous leurs châtiments, leurs malédictions (karmas) seront effacés. 
L'Amérique a besoin de Sahaja Yoga, beaucoup plus que tout autre pays. Ma préoccupation pour l'Amérique a la même cause. Je ne parle pas tant de l'Amérique du Sud, mais surtout de l'Amérique du Nord. Mais même en Amérique du Sud, Je trouve que ce sont des sortes de nations où les gens n’ont aucun sens de ce qu’est le dharma, aucun sens. Ouvertement, ils font un carnaval, ceci, cela. Je veux dire, comment peut-on faire toutes ces choses dans ce pays? Ils suivent les traces de l'Amérique du Nord. Comme en Amérique du Nord, ils ont cette absurdité d’Halloween. Je veux dire, imaginez ouvertement, dans la rue, ils font cette absurdité qu’est Halloween. Donc ils font ce carnaval. Pour eux, c’est vraiment quelque chose que d’aller à Rio, comme si c’était un grand accomplissement, et ils viennent de partout pour faire le carnaval, on vient d’Australie. 
Tout cela ne les aide pas. Leur situation est si mauvaise, à bien des égards, qu'il n’est pas facile d'expliquer pourquoi ils vont jusqu'à cet extrême. Comme par exemple, des filles de treize ans sont transformées en prostituées au Brésil. Ouvertement. Ils coupent tous les arbres d'Amazonie. Ouvertement. Tout le trafic se fait ouvertement. Leurs politiciens sont corrompus là-bas. Je veux dire qu’il y a tellement de magie noire là-bas, tellement de magie noire, ouvertement. Ils ne font que suivre les traces de l'Amérique du Nord. Le dharma est représenté par l'Église catholique là-bas. Qu'est-ce qui va leur enseigner le Dharma, l'Église catholique? Ils vont donc à l'église, ils font tout (le rituel) et ils reviennent chez eux avec les mêmes idées. 
Ce sont des pays, des pays qui sont si pauvres. Ainsi, cela montre que Kubera n’a pas son attention sur ces pays. Normalement, les gens pauvres respectent le dharma, habituellement. Parce que, voyez-vous, c’est l'argent qui leur donne l’idée de faire des choses absurdes, ainsi que l’ego. Normalement, les personnes pauvres sont "dharmiques" mais là, c’est différent. Ils s’adonnent trop à la magie noire. Ils m’ont dit que la magie noire est venue d'Afrique et qu’ils l’ont admise. Mais elle s’est tellement développée en Amérique du Sud, qu'il est impossible de comprendre comment ils ont accepté ces absurdités aussi facilement, pour en arriver à se condamner eux-mêmes. Or, nous devons comprendre que ces problèmes existent aussi en nous-mêmes, au niveau de notre chakra du Vishuddhi.» 
Shri Mataji Nirmala Devi, Krishna Puja, Cabella Ligure, 15/08/1993

Aujourd'hui, c'est la veille de la fête de tous les Saints. Halloween, au contraire, fête la sorcellerie et la magie noire qui sont des calamités pour l'homme...

Les pays, comme les individus, ont un karma. Pour les Amériques, il s'agit du génocide des Indiens notamment et de l'esclavage. Shri Mataji nous a dit que les Amérindiens étaient si évolués qu'ils avaient été tout proche de recevoir collectivement la Réalisation du Soi.

Le dharma est ce qui nous donne la véritable liberté ; bien sûr il implique des limites à l’activité humaine, comme pour toute création, afin de l’aider à mieux préserver son potentiel immense et lui éviter de perdre du temps à se laisser absorber dans les méandres du subconscient ou du supraconscient. Le dharma est donc une nourriture de l’âme et du corps, qui devrait être naturelle et non venir de l’extérieur. Mais comme l’homme s’est lui-même coupé de sa véritable nature, il ne sait plus ce qui est bon pou lui. 
L’intempérance se définit par "un abus, un excès dans le manger, le boire et/ou les plaisirs sexuels" En termes "sahaj", on dira que c'est une plongée extrême dans le canal gauche. Il traduit les termes anglais "indulgence" ou "weaknesses". L’intempérance est le contraire de "tempérance" qui correspond précisément au sens de expressions "être centré, être au centre", "être équilibré, être à l’équilibre". 
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire