jeudi 30 octobre 2014

Donner, donner, donner



« La femme doit être respectée dans son foyer sinon, il ne peut y avoir de conditions propices ; il ne peut y avoir de paix. Et la paix est un don de Gruha Lakshmi.  
Maintenant, certaines personnes peuvent dire: " Tout va bien. Ils ne passent pas de bon temps, la femme n’est pas bien mais elle a de l'argent. "L'argent n’est pas la Lakshmi. Cette confusion doit être absolument écartée de votre esprit. La dernière fois, Je vous ai expliqué ce qu’est Lakshmi. Vous pouvez réécouter cette cassette si vous le voulez. Mais Je vais d’abord vous en parler brièvement. 

Cette Lakshmi a quatre mains et se dresse sur un lotus. Et, elle a un corps qui est, Je veux dire, pas un type de corps mince, mais un corps plantureux. Mais elle se dresse sur un lotus. Cela signifie que, partout où elle vit, voyez-vous, elle ne montre pas sa présence. Elle est tellement, tellement belle qu'elle ajuste sa position, même sur un lotus. Elle n’affiche pas son influence, comme les femmes vulgaires le font. Partout où elles vont, elles diront : "Oh, je n’aime pas ça mais j’aime ceci. Et, je voudrais avoir cela. Et, je voudrais dormir dans un endroit comme celui-ci. Et, j'aime ce genre de chose. "Donc, la première qualité d'une femme qui possède le (principe de) Lakshmi, c’est de s’ajuster. Personne ne la ressent. Quand elle est là, personne ne la sent : la seule chose qu'on peut sentir, c’est son parfum comme un lotus. Je veux dire que c’est le signe d'une femme qui s’adapte. Elle ne se soucie pas de sa propre vie, mais elle s’inquiète de celle des autres... 

Elle devrait être celle dont les gens se sentent le plus proche, comme les frères et sœurs du mari, tous les membres de la famille. Elle devrait être celle qui donne le sentiment de sécurité, de paix et d'accueil. C’est son travail. Puis elle devient la Lakshmi. Ainsi, le bien-être n’est pas seulement avoir de l'argent.
Que se passe-t-il avec ça, avec l’aspect bien-être de Lakshmi? C’est qu’elle a une main, main qui est comme ça (ouverte). Cela signifie que cela (les biens) devrait s’écouler par une main, rappelez-vous, cela devrait circuler. Elle doit donner, donner, donner. Et elle ne doit rien exiger. C’est aux autres de dire : "tu dois avoir cela." Par exemple, Je dirais que pour les quatre dernières années, Je crois, CP essaie de m'acheter une bague solitaire, parce que J’ai donné tous mes diamants à mes filles. Il essaye, essaye – il n’y arrive pas. Il essaye seulement, il essaye. Il n’y arrivera pas, non, pas cette fois, la prochaine fois, cette fois, pas en ce moment - parce que, voyez-vous, Je sais qu'il veut m’en acheter une : c’est suffisant pour moi, n’est-ce pas? Donc, Je reporte cet achat : "tout va bien, nous le ferons. Maintenant, tu dois avoir une maison." Comme ça. 

Ainsi, l'exigence, vous voyez, dire : "donne-moi cela" n’est pas nécessaire. Laissez les hommes commencent à voir que : "Oh, elle n'a pas cela. Elle devrait en avoir un." Ce sont eux qui doivent le faire car les femmes ne devraient jamais exiger. En fait, c’est un signe de mauvaises manières selon Sahaja Yoga. Vous ne devriez jamais rien demander. 

Les femmes devraient être tolérantes, elles devraient être capables de supporter les choses. Pas comme à la façon d’un grand martyre, "Oh, je tiens le coup et tout ça." Non, mais avec la compréhension que vous avez grandi, que vous êtes mûres et que vous êtes censées supporter les choses. Or, c’est aussi de la responsabilité des hommes, car quand la femme donne, ils devraient lui permettre de donner, vous voyez. »
 Shri Mataji Nirmala Devi, Diwali puja, Bramham Garden, Londres, 27/10/1981 
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire