vendredi 5 septembre 2014

Les clans sont opposés à la fraternité

« En Inde, nous savons, bien que personne n'ait dit quoi que ce soit contre l'alcool, mais nous savons que boire est un pécher. On le voit tous les jours: tout le monde sait que si vous buvez, vous perdez absolument la tête. Ce n'est pas une chose à dire sur une tribune religieuse, mais tout le monde sait ce qu'est l'alcool. Non pas que les gens à l'étranger ne le savent pas, ils le savent aussi. Mais d'une certaine façon, c'est devenu une mode. Même dans notre pays, cela a été introduit maintenant. Je ne sais pas comment, après l'indépendance, les gens ont commencé à boire. A chaque fête, ils boivent; aussi au nom du Christ, le jour de Noël. C'est une telle insulte à vie sainte et belle Alors, quand ils (?) sont venus sur cette terre, peut-être que tous leurs pouvoirs de sainteté ont été détruits.
La très bonne chose à propos des Indiens, c'est qu'au moins, ils ont du respect, ils respectent un lieu saint. C'est quelque chose de bon maintenant, et ils savent ce qu'est cette sainteté. Actuellement, bien sûr, ils deviennent très modernes et américanisés, mais ils savent toujours ce qui est mal, ce qu'on ne devrait pas faire.
Pour Sahaja Yoga, Je suis maintenant très contente de dire que les Sahaja Yogis étrangers sont aussi devenus très beaux. Cela me surprend car dans leur culture, il n'y a pas de spiritualité. Mais Je ne sais pas comment ils ont abandonné toutes ces bêtises et se sont développés comme des lotus, magnifiquement, avec un si beau parfum de spiritualité. C'est quelque chose - un miracle. Tout le monde dit: "Mère, nous ne pouvons pas le croire, comment cela a-t-il pu se produire? Comment avez-vous pu gérer cela? "Je dirais que c'est la bénédiction du Christ.
Ils ont vu comment les gens œuvrent au nom de Jésus-Christ d'une manière très avilissante, et ils ont développé une sorte de prise de conscience, que définitivement, quelque chose n'allait pas avec cela: ce n'est pas le Christ, ce n'est pas sa vie sainte qu'ils représentent, c'est autre chose.
Et c'est pourquoi, Je pense, il y a en Occident un désir plus grand, une force ascendante plus puissante.
Hier, quelqu'un est venu me voir et m'a dit: dit: "Mère, il n'y a pas de méditation collective." J'ai été très heureuse d'entendre (ce regret). Ce qui est le plus important pour Sahaja Yoga, c'est la méditation, il n'y a aucun doute là-dessus. Mais les étrangers méditent beaucoup plus que les Indiens ne le font, c'est très surprenant. Et les hommes et les femmes étrangers sont très bien armés, Je dois dire, en ce qui concerne la spiritualité ...

Je ne sais pas pourquoi, dans ce bloc de l'Est, les gens - les Bulgares et les Russes, tout ceux-là, les Roumains- ont pris tellement goût à Sahaja Yoga. Bien sûr, ils ont subi la malédiction du communisme. Peut-être qu'ils ont eu l'impression que quelque chose leur a manqué dans la vie et ils sont entrés très profondément en eux-mêmes. Et c'est ainsi qu'ils ont atteint (cette profondeur).

Mais Je dois dire aux Indiens qu'ils doivent méditer. Les Indiens ont unes ou deux très mauvaises qualités. Et c'est l'une d'elles, c'est de faire des clans. Par exemple, s'ils sont Brahmanes, ils vont s'asseoir ensemble; s'ils sont des Kayasthas, ils vont s'asseoir ensemble; s'ils sont des Bhanyas, ils vont rester ensemble. Si ce n'est pas cela, alors ils vont se regrouper sous un autre nom. C'est la pire malédiction de mon pays, car une fois que vous commencez à faire des clans, vous ne pouvez jamais voir le bon côté des autres et ni le mauvais de vous-même. Ces rassemblements en clans peuvent apporter beaucoup de problème à ce pays.
À l'époque du Christ, ils avaient une façon de voir très différente : soit ils s'intéressaient à la spiritualité, soit ils ne s'y intéressaient pas. 
Maintenant, nous avons ici (en Inde) des gens qui s'intéressent à la spiritualité, mais qui ont toujours un pied dehors et l'autre dedans, où des problèmes séculaires existent encore, et c'est la faillite de notre pays. Nous ne pouvons pas nous unir, nous ne pouvons pas être amis les uns avec les autres. Bien sûr, ce n'est pas le cas de Sahaja Yoga, Je dois dire que ces problèmes ont été très bien résolus. »
Shri Mataji Nirmala Devi, puja de Noël, Ganapatipule, Maharashtra, Inde, 24/12/1998
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire