lundi 25 août 2014

L'arbre de vie

« Nous devons méditer tous les jours, tout comme nous nous lavons les mains, ou nettoyons nos dents, nous devons méditer le matin. Et aussi le soir, il faut méditer, les deux fois. Nous devons progresser, nous devons grandir. Ce nettoyage doit être fait tous les jours, intérieurement et extérieurement. C'est pourquoi aucun de ces états de Sahaja Yoga n'a été expérimenté, parce que votre attention n'est pas là où elle aurait dû être. Alors, on doit essayer de méditer de manière à ce que le travail de la Kundalini soit facilité, que les chakras soient purifiés, et, finalement, pour que vous soyez dans un état de méditation. Ce n'est pas une question de savoir comment entrer en méditation, mais comment être tout le temps en méditation.
Comme vous le savez, lorsque la Kundalini atteint le chakra de l'Agnya, et quand elle ouvre ce chakra, vous pouvez plonger dans la conscience sans pensée. Vous observez simplement, et ne vous retrouvez pas impliqués dans quoi que ce soit. Cette observation vous permet de grandir intérieurement.
Pensez à un arbre qui, dans la tourmente ou lors d’un tremblement de terre, ne poussera pas. Ce n'est que lorsque tout est calme, que l'arbre pourra se développer. De même, notre développement ne peut se faire que si nous sommes en paix à l’intérieur. La paix n'est possible que si nous sommes en paix avec les autres Sahaja Yogis. Si vous êtes toujours tourmenté, la Kundalini ne peut jamais s’élever. C'est pour cette raison que la collectivité est si importante. C'est pourquoi, sans la collectivité, votre chakra du Vishuddhi ne peut pas s’ouvrir, et sans la collectivité, vous ne pouvez pas croître spirituellement.
Comme on dit, l'arbre de vie pousse "à l'envers" car ses racines sont dans le cerveau, et cette Kundalini doit donner de l'eau aux racines, alors elle commence à pousser vers le bas et à se développer. Lorsque vous commencez à vous développer, vous touchez alors la profondeur de votre divinité ; alors les gens commencent à y arriver et les autres verront que vous êtes des Yogijis que vous êtes d'un royaume supérieur, qu'il y a quelque chose de grand en vous.
Ce n’est pas lié au nombre de fois où vous avez lu quelque chose, ni au nombre de fois dont vous avez parlé de Sahaja Yoga, ni même au nombre de fois où vous avez récité des noms, mais, à combien de fois vous avez ressenti en votre cœur, ce pur désir d’évoluer.
Si ce désir pur est en vous, alors la première chose et la dernière chose que vous faites c’est de méditer. Vous ne pouvez pas faire sans, si vous allez vous coucher, vous penserez que vous avez oublié quelque chose. Pas par culpabilité, mais vous aurez l'impression d'avoir manqué quelque chose.
Donc ce pouvoir de Gauri, (ce pur désir) doit être respecté, car elle est notre mère individuelle, elle nous a donné notre deuxième naissance. Elle sait tout de nous, elle est si douce, si gentille, elle prend sur elle les problèmes surgissant quand elle s’élève en pénétrant tous ces centres et elle nous donne notre seconde naissance. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Gauri Puja, Auckland, Nouvelle Zélande, 08/04/1991

Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire