lundi 7 juillet 2014

L'art de donner

«  Je me souviens qu'un jour J'ai voulu offrir un sari (synthétique) que J'avais acheté à l'étranger. Vous voyez, en Inde, les gens aiment ce genre beaucoup de saris, même si Je ne comprends pas pourquoi ils aiment ce genre de sari en nylon. Une dame m'avait dit, "je n'ai pas de sari provenant de l'étranger et je voudrais avoir un sari importé".

Il ne me restait qu'un seul sari de ce style, car Je suis assez prompte à donner. Alors, J'ai dit à une de mes nièces par alliance que Je voulais donner ce Sari à cette dame. Il y a un jour de fête où l'on peut en offrir à nos aînés et Je vais donc le lui donner de jour-là.
-Il ne vous en reste qu'un seul maintenant, a-t-elle dit, pourquoi voulez-vous en distribuer jusqu'à celui-là? Vous avez donné tout ce que vous aviez.
-J'ai envie de faire des cadeaux. Je vais le donner, ai-Je répondu.
Et nous discutions de cela dans la cuisine. Je lui ai demandé ;
-Pourquoi tu me dis cela, Je ne vais pas demander conseil sur ce sujet.
Et à ce moment-là, la cloche s'est mise à sonner et un monsieur est entré. Il m'apportait 3 Saris provenant d'Afrique et l'un d'eux était exactement semblable à un sari que Je possédais (et que Shri Mataji avait donné). Parce que J'avais donné quelques saris en soie à une dame qui partait pour l'Afrique, et elle avait pensé qu'elle aurait pu m'envoyer des saris, et elle m'avait envoyé ces trois là.

Si vous êtes au centre, cela entre par une porte et s'en va par une autre. Il est agréable de voir ce mouvement (du don), c'est très intéressant.
En plus de cela, la façon que vous donnez, le côté émotionnel du don est si beau, vous ne pouvez pas imaginer.
J'ai rencontré une dame après 30 années de sa vie conjugale à Londres, et elle a dit tout à coup :
-Oh quelle coïncidence !
-Pourquoi"? Ai-Je demandé.
-Je porte ce même collier de perles que vous m'aviez donné le jour de mon mariage . Et c'est aujourd'hui que je dois vous rencontrer !
Tout le scénario change avec cette rencontre, grâce au fait que vous avez offert même une petite chose.
Le plus grand art que l'on doit apprendre avec Sahaja Yoga, c'est l'art de donner. Donnez un type de choses ordinaires, comme par exemple, si vous allez à l'anniversaire de quelqu'un, vous lui offrez une carte (avec écrit) "merci, beaucoup".
Faites-en une chose importante encore plus profonde. Voyons comment vous développez les symboles de votre amour.
Lorsque vous avez ces choses (remplies) de vibrations et que vous les donnez à un Sahaja Yogi, il saura ce qu'il en est.
Ne manquez jamais de générosité. Peu à peu, vous serez étonnés de voir comment, au moyen de petites choses, vous rallierez les autres, comme si les vibrations se répandaient grâce à ces choses et œuvraient sur ces personnes. »
Shri Mataji Nirmala Devi, conseils sur le principe du Gourou, Londres, 29/07/1980
Les personnes de la famille de Shri Mataji n'étaient pas Sahaja Yogis à l'époque et ne comprenaient pas toujours sa générosité. Mais, ce que nous dit Shri Mataji, c'est que pour faire entrer Shri Lakshmi dans une demeure, il faut ouvrir la porte de derrière, ou, en d'autres termes, il faut donner pour recevoir. Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire