dimanche 25 mai 2014

Sadhana Didi parle de sa mère





Sadahana Didi: Elle voyageait beaucoup, Je veux dire que c’était au moment que je n'étais pas tellement avec elle, parce que j'étais chez moi et elle se trouvait en Europe ; et Elle est allée en Bulgarie, en Roumanie, ici et là. Elle est allée en Amérique du Sud, comment gérait-elle tous cela, Je vous le dis, je ne sais pas comment.
Dernièrement, Je me suis plus retrouvée avec elle. A Dubai, alors que l’on quittait le représentant de la collectivité de Dubai, il était assis très calme et je lui ai dit : "que se passe-t-il?" "Sadhana Didi, maintenant que Mère s’en va, je me sens triste".
J’en ai parlé à quelqu'un d'autre qui se sentait également triste, alors qu’elle partait d'un autre endroit. Je lui ai dit que : "c'est comme un cercle, Mère nous quitte et s’en va, et les gens qu’elle laisse derrière elle, ainsi que Mère, sont tristes de se dire au revoir. Et puis, elle se prépare à atterrir, et il y a beaucoup de visages souriants qui l’attendent. Elle va d’un point à un autre."
Alors tout le monde m'a demandé: "comment, comment pourriez-vous, vous savez, en tant que mère, la partager ?" Bien sûr, lorsque vous etes enfant, vous voulez avoir votre mère tout le temps, c'est naturel. Mais lorsque- le temps a fait que telle que, je crois que j’étais déjà fiancée et engagée à me marier quand elle a - c'était 1970, n’est-ce pas? Donc, j'étais déjà engagé pour être mariée, ma sœur était déjà mariée. Donc, comme on dit, ses devoirs de mondains étaient, d’une certaine façon, achevés.
Kalpana Didi: Je ne l'ai jamais trouvée vraiment différente, sauf quand j'ai vu ses affiches partout. Rires. J'ai dit : "O mon Dieu!" Rires. Elle est une sorte de, Elle est devenue célèbre dans le monde entier. Mais pour moi, elle a toujours été une mère.
Sadahana Didi: Oh, c’est une mère forte. Elle est forte, elle aime beaucoup, vous savez, que l’on soit correct, droit et très dharmic. Elle insistait beaucoup pour que l’on ne fasse jamais rien de mal. C’était plus facile à cette époque je crois, parce que la malhonnêteté n'était pas du tout commune. Donc, il fallait vivre selon ses moyens, et automatiquement, on devenait quelqu’un dont l’attention n’était pas attirée par de nombreux loisirs,. Aussi nous n'avions pas un esprit de consommateur à cette époque. Je veux dire qu’on vivait simplement.
La majorité des gens avait la même façon de penser, ce n'était pas si difficile, vous n'aviez pas la pression de vos pairs, la plupart des filles étaient bien élevées, vous savez. Aussi je ne pense pas qu'il y avait beaucoup de conflits entre les générations, c’était plus fluide, les familles s'entendaient bien.

Un film de Carolin Dassel, produit par devifilm GbR / Carolin Dassel, Joseph Reidinger / Co-Production with University of Munich Television and Film and Bayerischer Rundfunk Claudia Gladziejewski - 2005
Plus sur : http://www.sahajayoga.com.au/freedom/
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire