lundi 5 mai 2014

Des débuts difficiles


« Il y a trente ans, quand le Sahasrara a été ouvert, Je n’ai trouvé qu’obscurité autour de moi : les gens étaient si ignorants, ils n’avaient aucune conscience de ce qu’ils devaient trouver. Naturellement, J’ai découvert qu’ils voulaient trouver quelque chose qui était inconnu, mais ils ne savaient pas ce qui était inconnu, ce qu’ils devaient rechercher. Et ils étaient extrêmement ignorants, sur eux eux-mêmes, sur leur environnement, et sur le but de leur vie. Je ne savais pas comment entamer le sujet avec eux.
Quand le Sahasrara a été ouvert, J’ai pensé qu’il fallait essayer de donner la réalisation à une seule personne. C’était une vieille dame. Il y avait une autre dame qui a commencé à venir aussi. La vielle dame a reçu sa Réalisation et la deuxième, qui était bien plus jeune, m’a dit qu’elle était possédée par des esprits (morts). "Oh mon Dieu, me suis-Je alors dit, comment vais-Je lui donner la Réalisation?" Mais, d’une manière ou d’une autre, elle a été très rapidement guérie et a elle aussi reçu la Réalisation.

C’est un savoir vraiment inconnu. En plus, les êtres humains, dans leur ego, ne veulent pas accepter qu’ils ne sont pas complets, qu’ils doivent obtenir la Réalisation du soi. Leur style de vie, aussi, était tel qu’ils n’avaient pas de temps pour eux-mêmes. J’ai trouvé très difficile de convaincre les gens qu’ils devaient avoir leur Réalisation, car ils pensaient que c’était quelque chose d’imaginaire, très farfelu. Ils ne croyaient qu’en des gourous qui leur disaient : “D’accord, faites tant de ce rituel, ‘karma karan’, et c’est tout !” Et ils appliquaient donc toutes sortes de rituels sous la gouverne complaisante de leur gourou, sans savoir que d’abord, vous devez vous connaître vous-même, ce que toutes les grandes Incarnations, tous les saints, ont clairement dit.
Ce n’est pas que l’idée d’obtenir la Réalisation ne venait que de moi. Cela a été l’idée de toutes ces personnes. Ils ont dit, l’un après l’autre, depuis des siècles, "Cherchez votre Soi !" Même le Christ a dit : "Connais-toi toi-même". Le Prophète Mohammed, Gourou Nanak ont dit la même chose, mais personne n’a essayé de comprendre que ces rituels n’étaient pas le but de la vie, qu’ils ne serviront pas l’objectif qui est avoir la Réalisation du soi.

Donc ces deux femmes seulement ont reçu la Réalisation. Et alors Je me suis dit: "allons sur la plage". Et trente personnes sont venues avec moi. Et ils se demandaient, d'une manière très bizarre, s’ils pouvaient obtenir la Réalisation du Soi, car ils ne la méritaient pas, ils n'avaient pas été de très bonnes personnes, toutes sortes de choses, en se restreignant. Et dans le lot, J'ai eu environ douze personnes au total, y compris ces deux dames, qui ont obtenu la Réalisation.
C'est le signe que le mouvement de la connaissance de soi est très, très lent, et que les gens ne comprennent pas pourquoi ils doivent se connaître eux-même. J'ai été très déçue, parce que personne ne me comprenait.
Mais un jour, il se trouve que, durant un de mes programmes, une dame est venue qui était hantée, et elle a commencé à parler en sanskrit alors qu’elle n’était qu’une servante, et tout le monde en a été surpris. Elle a dit : "Vous ne savez pas qui elle est." Et puis elle a commencé à me décrire, à partir du "Saundarya Lahari". Je me demandais qu’est-ce qui n’allait pas chez cette dame, elle parlait comme un homme, sa voix était celle d’un homme. Qu’on le croit ou pas, elle a été vraiment hantée. Puis les personnes ont commencé à poser des questions et sont venus me voir pour me demander: "Mère, est ce qu'elle dit vrai?"
J'ai répondu : "C’est à vous de le découvrir. "
Parce qu’en ces jours, les gens étaient tels que si vous leur disiez quelque chose comme ça, ils auraient détourné leur visage. Ce n’était qu’avec le genre de faux gourous qui disent : "Bon, vous me donnez cinq roupies", qu’ils étaient très heureux: il pouvaient acheter le gourou. Ensuite, ils n'ont plus à se soucier de quoi que ce soit. Ils n’ont plus rien à faire. A partir de là, peu à peu, nous avons commencé à avancer. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Sahasrara Puja, Cabella Ligure, Italie, 07/05/2000
 

Shri Mataji s'est retrouvée, au début, face à des personnes qui doutaient et avaient peu de foi en elles-mêmes. C'est grace à la venue de cette femme hantée, qui a fait très impression sur l'asseblée, que les premiers Yogis ont pris conscience de l'importance de ce qu'ils vivaient.
Photo: un des premiers havans en 1979
Publié par dictionnaire sahaja yoga


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire