mercredi 28 mai 2014

L'indépendance des femmes n'est pas dans la perte de la féminité


Shri Mataji: ...Les femmes font cela et c'est très joli, beau, et elles savent comment le faire délicatement.
C'est un travail pour les femmes.
C'est pourquoi les hommes ici ne se marient pas, vous savez? Ils n'ont plus besoin des femmes. Parce que la femme est là juste pour se faire le petit déjeuner, tout faire pour elle seule, se faire du thé, son petit déjeuner, prendre ses vêtements pour les laver, Je crois qu’elles les repassent - Je n’en suis pas sûre. Rires.
La prochaine fois, elles porteront une cravate. Rires. 
Ça va trop loin, Je veux dire que ça ne devrait pas être ainsi. La femme doit être une femme, cela ne signifie pas qu'elle soit dominée, pas du tout, c’est son travail. C'est le travail d'une femme. Je veux dire, vous devriez en être fières. Je veux dire que vous étiez, à une certaine époque, censées être "fières d’être des femmes d’intérieur". Je ne sais pas, cette expression vient justement d'Angleterre. "Fières d’être des femmes d’intérieur", c’est terminé ou quoi?...
En fait, ces mouvements vous rendent vraiment unisexe, vous ne pouvez pas différencier l'homme et de la femme et s’il n'y a plus du tout de différenciation, la beauté est perdue. Le minimum du minimum, c’est d’avoir une différence, un homme est un homme et une femme doit être une femme, c’est le minimum du minimum. Shri Mataji rit. Qu’est-ce qui est si difficile?  ...
Sahaja Yogi: Est-ce cela l’unisexe, Mère?
Shri Mataji: L’unisexe?
Sahaja Yogi: Cette mode, sur Kings-Road, où ils ont tous ces magasins, le bus va jusqu'à Kings-route, vous voyez.
Shri Mataji: Vous voyez, Je ne peux pas seulement blâmer les magasins, parce que s’il y a une demande, ils sortiront tout, voyez-vous, si vous dites que les robes des dames sont pour les hommes, très bien, ayez-les. Shri Mataji rit
Tout ce que vous voulez! Vous voyez, on ne peut pas blâmer les boutiquiers, parce que tous les boutiquiers sont là à cause de la demande, vous voyez, parce qu’il y a une demande.
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation avec les Yogis, Sydney, Australie, 25/03/1981

La liberté et la parité ne se gagnent pas en devenant asexuées, mais en respectant les différences de chacun, et en se libérant des esclavages. La différence entre les hommes et les femmes crée la beauté de la vie, c’est ce que Shri Mataji voudrait faire comprendre aux femmes occidentales. Il faut pouvoir être une femme au foyer, sans être dominée par le mari. Et pouvoir être une femme active, qui travaille, sans devenir masculine ni éocentrique. De même, un homme doit pouvoir exprimer son coté gauche, c’est à dire ses qualités émotionnelles, l’aspect féminin de son être, sans devenir pour cela efféminé. Car les qualités de la femme sont la générosité et le fait de prendre les autres, comme sa famille, en charge. Or, Shri Mataji voyait un égocentrisme et une solitude grandissantes chez les Anglaises de l'époque. C'est un discours mal compris en ce moment et qui n'est pas à la mode.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire