lundi 10 mars 2014

Le pur bonheur vient du Soi


« Lorsque vous connaissez votre Soi, vous connaissez en fait votre propre être et vous êtes très heureux de voir que votre Soi est si beau, que vous êtes vous-même si beau, si joyeux, d’avoir (en vous) toutes ces choses, de savoir qu’à l’intérieur de vous, cela exhale vraiment de bonheur. Vous devez avoir cet état. Je le vois parfois - lorsque vous êtes si enchanté que vous dansez, chantez- c’est vraiment quelque chose de très agréable. Mais votre Esprit devrait danser tout le temps, à la moindre occasion. Pour la moindre chose qui soit, disons, artistique, si vous voyez un geste de gentillesse, un geste de gratitude, vous ressentez la profondeur de ce sentiment.
Par exemple, aujourd’hui, J’ai vu le drapeau, celui de l’Indépendance. Lorsque nous avons obtenu l’indépendance (de l’Inde), nous avons fabriqué ce drapeau. J’ai vu la levée de ce drapeau et la mise en berne de l’autre (celui de Britanniques en 1947). Je ne peux pas vous parler du sentiment qui prévalait alors, le sentiment que la vérité, d’une façon ou d’une autre, avait triomphé du mensonge, que la justice avait masqué l’injustice. Ce sentiment est toujours si fort que Je ne peux même pas regarder le drapeau. Si Je le vois, Je me souviens de tout l’historique, de tout, combien de personnes se sont sacrifiées, combien de martyrs il y a eu, combien de personnes ont combattu pour cela- ce drapeau représente tout cela. Et vous représentez aussi tout cela, vous représentez tous ces idéaux. Vous représentez tous ces sacrifices, et vous représentez tout ce qui doit être fait pour rendre meilleurs les êtres humains. Vous devez en accomplir beaucoup pour les autres. Vous devez étudier intérieurement ce que vous pouvez faire pour les autres, ce que vous pouvez accomplir pour les autres, ce qu’est la meilleure façon d’absorber en vous ces qualités afin de devenir une personnalité absolument unique.
Comme Je vous l’ai dit, il y a eu de nombreux grands dirigeants et beaucoup de grands hommes dont les gens se rappellent. Or, vous devriez comprendre ce qui les a rendus si imposants, pourquoi, après tant d’années, les gens se souviennent d’eux. Je vous ai donné une statue de du roi Shivaji. C’était une autre âme, une grande âme, qui avait de grands principes et une vie qui embellissait (les autres) par son langage, par son attitude, en chaque chose. 
Et en plus, il était très brave. Une fois que vous aurez cette (qualité), rien ne vous détournera de ce qui est important à faire. Vous n’aurez peur de rien. Vous ne tournerez pas en rond, mais vous saurez comment trouver la solution et régler le problème. Cela se produira pour vous. Si vous vous connaissez vraiment vous-même, vous aurez tant de pouvoirs de votre courage, non pas comme un casse-cou, mais avec sagesse. Vous serez sage dans le courage. Et voici ce qu’est votre Soi, qui vous donnera beaucoup de sagesse et beaucoup de courage. Ce n’est pas de la combativité, cela ne vient pas d’une nature violente, d’une nature brutale, mais c’est une attitude très silencieuse, belle et courageuse. »

Shri Mataji Nirmala Devi, puja d’anniversaire, New Delhi, Inde, 21/03/2001


Un extrait du livre de Babamama, Mes mémoires, nous parle du sentiment patriotique de Shri Mataji :
« Shri Mataji fut très touchée par les reportages des journaux au sujet du massacre de Chimur Asthi (à Vidarbah).  Elle se rendit sur les lieux avec quelques amis et depuis ce jour, ne peut oublier les choses horribles qu’Elle vit, jusqu’à des enfants violés et massacrés. 
A l’époque de la partition qui morcela l’Inde et créa le Pakistan, Shri Mataji étudiait à la Faculté de Médecine de « Balakram », qui se trouvait du côté pakistanais (à Lahore), Il y eut plusieurs massacres d’hindous et de non musulmans au Pakistan, et Elle dut quitter son établissement sur le champ. En roulant vers la gare à bord d’une tonga (voiture à cheval), Elle vit une foule importante s'approcher par l’autre côté, poursuivant quelques hindous pour les tuer. Le cocher de la voiture à cheval était un homme très bon; il prit une autre route et réussit à déposer Shri Mataji à la station, en toute sécurité. Son train était le dernier train permettant d'atteindre l'Inde pour échapper au massacre.
L’esprit patriotique est si profondément inscrit en Elle, que depuis ce jour, Elle ne peut voir le drapeau national sans que des larmes ne s’écoulent de Ses yeux. »
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire