samedi 21 décembre 2013

Du côté de l'enfant et de l'innocence


« Il y a beaucoup d'êtres humains qui peuvent être cruels, qui le sont dirais-Je, on dit que ce sont des démons – peut-être, peut-être. Mais quand il s'agit d'enfants, et de personnes innocentes, tout le monde se sent responsable.
Il est difficile pour les êtres humains ordinaires d'être innocents, parce qu'ils ont une façon de se voir comme quelque chose de grand, de penser qu'ils comprennent tout, qu'ils peuvent tout analyser. Et ils pourraient être des escrocs, être agressifs, gênants, ils pourraient être n'importe quoi - et ils donneront encore une explication pour cela ; ce n’est pas grave, mais pourtant, dans l'ensemble, ils ne pourront jamais être respectés, ne pourront jamais être à l'honneur pour les choses qu'ils font.

Pour nous, les Sahaja Yogis, la culture Sahaj, c’est le respect de notre innocence. Il se peut que vous vous sentiez un peu manipulés, un peu dominés, vous pourriez vous sentir un peu déshonorés, mais les Sahaja Yogis doivent être innocents. Parce que, en eux se trouve le pouvoir de Shri Ganesha. Ils ne devraient pas se sentir découragés si on les utilise, on les insulte, les tourmente, les domine, ce n'est pas grave. Ils ne devraient pas tenter de détruire l'innocence d'autres personnes - de personne. Automatiquement, cela va fonctionner. Vous serez étonnés de voir que quand l'innocence est mise en cause, toute la bonté du monde vient à sa rescousse.
Un exemple de ceci, c’est la dernière guerre, la soi disant guerre d'Amérique, où des personnes innocentes, qui n'avaient rien fait de mal, ont été torturées, ont été tuées (11 septembre 2001). A ce moment-là, il y a eu un grand soutien envers eux dans le monde entier. Chaque pays, qu’il croit en ces personnes ou non, est impatient de s'occuper de ceux qui ont commis ce crime. Il se peut qu’ils n’appartiennent pas à la même religion, pas au même pays, qu’ils ne partagent pas les mêmes crimes, mais en ce moment-là, celui qui ne prend pas le parti de l'innocence se retrouva isolé et sera détruit - aucun doute à ce sujet. Une fois pour toutes, ils apprendront une leçon: "Vous ne pouvez pas attaquer des innocents."

Je vous ai dit que, les pratiquants de Sahaja Yoga, nous ne devrions jamais nous fâcher contre nos enfants. Nous ne devrions en aucune façon les punir. Notre principale réalisation devrait être une attention aimante envers les enfants; partout dans le monde, qu'ils appartiennent à votre famille ou à une autre famille, ou qu’ils (fassent peu) attention à vous, parce que ce sont des enfants, ils sont innocents. L'innocence en vous-même, votre propre innocence va essayer de les protéger.
Il est très surprenant de constater combien de gens sont prêts à sacrifier leur vie quand il s'agit de défendre l’innocence. Les enfants ne devraient jamais être attaqués. Ils ont leur propre pouvoir de protection, c’est certain. Mais vous ne devriez pas perdre votre énergie à quelque chose qui est extrêmement néfaste, extrêmement cruel et très laid.

Si vous ne pouvez pas aimer les enfants, vous ne pouvez rien aimer. Je n'ai jamais jusqu’ici rencontré quelqu'un disant qu'il n'aimait pas les enfants - heureusement! Mais peut-être que certains pourraient dire: "Nous aimons les fleurs." Pourquoi? Pourquoi aimez-vous les fleurs? Parce qu'elles sont innocentes, parce que c’est la beauté de l'innocence qui est en elles. Vous aimez la nature, pourquoi? Parce qu'elle est innocente. Mais la plus grande innocence se voit chez les êtres humains qui sont des Sahaja Yogis. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Ganesha Puja, Cabella, Italie, 22/09/2001


Il ne faut pas punir les enfants mais il  faut pourtant corriger les enfants qui font des erreurs pour les remettre dans le droit chemin. Shri Mataji voudrait que notre attention, notre confiance, notre innocence soient en elles-mêmes des protections contre les erreurs des enfants. Difficile équilibre à trouver sur ce chemin de la parentalité. Ce puja à Shri Ganesha est avant tout du côté, du point de vue de l'enfant. 
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire